Yann
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Conseils sur la révolution
 

   

À son ancienne majesté, la très dépensière Marie-Antoinette, ancienne reine de France et de Navarre.

Bonjour,

Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour m’informer de la technique utilisée par vos anciens sujets afin de vous faire perdre votre sang-froid (et votre sang chaud). En effet, au Québec, nous sommes confrontés à un gouvernement encore plus voleur et dépensier que l’était le vôtre : le nimportequouisme de Jean Charest.

Votre mari a régné durant dix-neuf ans au cours desquels vous avez ruiné le pays avec toutes vos dépenses inutiles. Jean Charest règne depuis maintenant huit ans, mais les Québécois en ont déjà plus que marre de lui. Les plus courageux ont déjà lancé une pétition contre lui, mais ça ne l'a pas convaincu de «sacrer son camp», ou démissionner, comme on dit en France. Vous vous demandez sans doute pourquoi nous voulons le renverser. Eh bien, en voici les raisons: il reçoit de l’argent de criminels en échange de contrats de construction, de nominations de juges; il a promis de faire construire un hôpital (le C.H.U.M.) qui sera terminé lorsque les poules auront des écailles (et des dents); sans oublier son manque de recul, car selon lui, il n’y a aucune corruption dans le milieu de la construction et les gaz de schiste ne représentent aucun danger. La nation Québécoise apprécierait donc fortement que vous nous décriviez la stratégie utilisée par la France pour changer de gouvernement. Mais pas par la guillotine: nous allons l’obliger à attendre aux urgences de Montréal!

Merci de votre compréhension,

Yann

P.-S. : ces conseils pourraient aussi être appréciés en Égypte.


Monsieur Roberge,

Savez-vous bien à qui vous vous adressez? Je crains qu’il y ait quelque chose que vous n’avez pas compris. Je n’ai aucun conseil à vous donner sur la révolution!

Adressez-vous ailleurs.

Marie-Antoinette