Emanuel
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Consciente ou pas


 

    Chère Madame,

Je suis passionné par votre histoire, mais une question me turlupine: comment avez-vous pu dépenser autant, alors que la France allait si mal? Étiez-vous si à l'écart dans votre palais pour en oublier la misère? Quand je lis et relis vos lettres, votre style et votre élégance font de vous une femme intelligente, sensible et sensée...

Je sais que les siècles ont passé, que mon ignorance de votre époque est grande, mais j'aimerais comprendre ce manque de prise de conscience et cette débauche en tout genre, avec tout le respect que je vous dois.

Au plaisir de vous lire!

Emanuel



Cher Emanuel,

Il semble commun chez les gens de votre temps de penser que je ne me suis pas préoccupé de la misère. L’on me blâme souvent aussi pour mes dépenses. S’il est vrai que j’ai parfois dépensé, il ne faut pas oublier que je suis la Reine et que cela ne va pas sans dépense. Mais, surtout, dire que je n’étais pas consciente de la misère des gens, me transperce le cœur. Mais qu’aurais-je pu faire de plus? Avais-je le pouvoir de tout régler moi-même? Croyez-moi, si cela avait pu se réaliser seulement par ma volonté, seulement par la force de mon cœur, la misère n’existerait plus. Mais je ne possède pas ce pouvoir.

Je ne sais que vous dire de plus, cher Emanuel.

Marie-Antoinette