Manon
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Comte de Mercy
 

    Très chère Marie-Antoinette,

Je vous prie de bien vouloir me pardonner de déranger Votre Altesse, mais j'ai une question: quelle relation avez-vous eue avec l'ambassadeur Mercy? De nos jours, on dit qu'il fut une présence tout à fait paternelle pour vous.

Veuillez pardonner ma curiosité!

Avec mon plus profond respect,

Manon


Très chère Manon,

Je vous remercie pour votre lettre. Oh, j'espère tant que le comte de Mercy se porte bien! Je ne doute pas que cet homme, que je considère comme un ami, travaille encore et toujours à nous venir en aide. Que Dieu le protège! 

Vous pouvez sans doute juger quelles étaient mes relations avec le comte de Mercy, par ce que je vous écris ici.

À bientôt, chère Manon,

Marie-Antoinette


Chère Marie-Antoinette,
 
Je vous remercie tout d'abord pour votre réponse et, effectivement, je peux constater les rapports assez forts qui ont pu s'établir entre vous et l'ambassadeur Mercy.

J'espère que vous vous portez bien, dans la mesure où cela est possible en prison.

Au fond, je suis sûre que vous êtes une femme exceptionnelle, mais qui a beaucoup souffert de la bêtise de certains, qui ne trouvent rien de mieux à faire que d'enfoncer les braves gens comme vous! De même, je comprends que le fait d'être quelque peu délaissée par son époux puisse être difficile.

Moi aussi, j'espère que l'ambassadeur Mercy se porte bien.

À très bientôt,

Manon (douze ans)

Très chère Manon,
 
Je vous remercie pour vos mots. Écrivez-moi de nouveau, si le cœur vous en dit.
 
Marie-Antoinette


Chère Marie-Antoinette,
 
Comment allez-vous? Bien, j'espère!

Je vous remercie de m'avoir répondu, j'ai effectivement bien envie de continuer notre correspondance (si vous n'y voyez aucune objection!).

Quelles étaient les personnes de la cour avec lesquelles vous vous entendiez le mieux? Et celles que vous détestiez, à part cette madame du Barry? Pour ma part, je pense que cette comtesse est venue à la cour juste par intérêt, pas vraiment parce qu'elle aimait sa majesté le roi... Qu'en pensez-vous?

Merci de me répondre.

Respectueusement,

Manon


Très chère Manon,

J’ai eu deux excellentes amies à la Cour, madame de Lamballe et madame de Polignac. D’autres personnes me viennent en tête, mais c’est avec ces deux femmes que j’ai passé mes meilleurs moments. À une certaine époque, j’avais aussi une grande amitié avec le comte d’Artois, le frère du Roi.

Je crois bien que vous avez vu juste à travers le jeu de la du Barry!

Ah, chère Manon, cette époque est si lointaine maintenant!

Marie-Antoinette


Chère Marie-Antoinette,

Je vous remercie de votre réponse. Comment allez-vous? J'espère que vous vous portez bien. La vie n'est pas trop difficile au Temple? J'ose espérer que ces révolutionnaires ne vous maltraitent pas trop! Qu'ils ne soient pas d'accord avec la politique de votre époux est une chose, mais maltraiter des gens en est une autre! Je vous souhaite pleins de vœux de bonheur! Continuez à vous battre, surtout. Personne ne mérite d'être emprisonné, du moins dans votre cas! Mais, si vous aviez la possibilité de revenir en arrière, qu'est-ce que vous changeriez?

Je vous donne le bonjour.

Respectueusement,

Manon

Chère Manon,

Je ne sais pas vraiment si je me porte bien ou pas. Je souffre, physiquement et mentalement. Mais à quoi bon se plaindre? Je ne suis plus au Temple. L'on m'a séparé de mes enfants et de madame Élisabeth. Je suis à la Conciergerie. Par sa situation, cet endroit me fait penser que l'on me fera sans doute un procès. Mais je ne veux pas y penser pour le moment. Je ne suis pas maltraitée, mais tout dépend de la définition que l'on donne à ce mot. Car si séparer un mère de ses enfants et un mauvais traitement, alors j'en suis victime.

Je n'aime pas les regrets, il m'est pour cela difficile de répondre à votre question. Mais si je devais trouver une chose que je changerais, alors sans doute, je choisirais de m'intéresser d'avantage à la politique avant que les choses ne s'enveniment. Mais cela changerait-il vraiment le cours des choses? Je ne le sais pas.

Au plaisir de vous lire de nouveau, chère Manon,

Marie-Antoinette


Très chère Marie-Antoinette,
 
Comme je suis triste de vous savoir dans cette situation. Comme je vous plains! Mais comment peut-on oser faire souffrir une personne telle que vous? Je suis navrée d'apprendre (ou plutôt de réapprendre) qu'on vous a séparée de vos enfants. Vous avez raison: séparer une mère de ses enfants est atroce. Mais je suis sûre qu'ils se portent bien. C'est tout ce que je leur souhaite.
 
Je ne pense pas moi non plus que le fait que vous vous intéressiez plus à la politique change quelque chose à votre situation. De plus, d'après ce que j'ai compris, ce n'est pas vraiment cela qui vous est reproché par le peuple et les révolutionnaires.
 
J'aurais une autre question à vous poser: quelles étaient vos relations avec votre frère Joseph? Il paraît que vous en étiez proche, mais pourriez-vous m'en dire plus?


Je vous donne le bonjour très chère, avec toute mon affection,

Manon


Chère Manon,

J'ai eu la chance d'avoir une famille très unie, malgré l’étiquette et le sang impérial qui coule dans nos veines. J'ai beaucoup aimé ma famille et mon frère l'empereur ne fait pas exception. Il lui est même arrivé de venir nous rendre visite à Versailles. Mais je dois avouer que malgré mon amour et mon admiration envers lui, j'étais aussi quelque peu intimidée et craintive, tout en étant un peu détachée, ceci en raison de la distance qui nous séparait. Mais aussi, la cour de France n'est pas celle d'Autriche, et nous avions développé des valeurs différentes. Mon frère, lui, était plutôt autoritaire. Mais je l'ai beaucoup aimé, avec le même amour que j'ai toujours porté au reste de ma famille.

Et vous, chère Manon, avez-vous des frères et sœurs?
 
Marie-Antoinette


Chère Marie-Antoinette

Je vous remercie de votre réponse si rapide! J'ose espérer que vous allez bien...

J'ai effectivement entendu parler de l'autoritarisme de votre frère. Il est connu pour ça, entre autres, de nos jours.

Pour vous répondre, oui j'ai un frère. Ce «petit monstre» a 3 ans. Un âge où tout n'est qu'insouciance.

J'aimerais vous poser quelques questions. Comment avez-vous connu l'ambassadeur Mercy? À quel âge? Quel effet cela vous a-t-il procuré sur le coup? Je dois vous avouer que j'aurais bien aimé connaître cet homme. J'ai essayé de me renseigner sur lui par le biais d'Internet, mais je n'ai rien trouvé de bien intéressant.
 
Je dois vous quitter
 
Bien à vous.

Manon

Très chère Manon,

J'ose espérer que vous vous portez bien. J'apprécie beaucoup cette correspondance que nous entretenons.

Pour répondre à vos questions, le comte de Mercy était déjà ambassadeur en France, au moment de mon mariage. Ma mère me l'ayant recommandé, je l'ai donc rencontré après mon arrivée. Ma première impression fut bonne, d'autant plus que j'éprouvais beaucoup de joie à rencontrer une personne recommandée par ma mère. Encore aujourd'hui, et malgré quelques désaccords, j'ai une bonne opinion de lui et le considère comme un ami. Ces derniers se font rares, surtout dans les temps difficiles…

Mais dites-moi, chère Manon, pourquoi vous intéressez-vous autant au comte de Mercy?

À bientôt,

Marie-Antoinette


Chère Marie-Antoinette,
 
Je vais très bien et je vous remercie de vous en soucier. Et vous, comment allez vous?
 
Je puis vous assurer que je suis tout autant ravie que Vous de la correspondance que nous entretenons;  j'apprécie vraiment de pouvoir dialoguer avec une personne de votre temps, en particulier une femme, et fort agréable, qui plus est!
 
Je vous remercie de vos précisions concernant le comte de Mercy. Pour ma part, elles me permettent de me forger une bonne opinion de lui. En fait, je m'intéresse autant à lui car j'ai appris (par le biais de ce merveilleux outil qu'est internet) qu'il vous appréciait beaucoup, et aussi qu'il ne vous souhaitait que du bonheur. J'ai trouvé son comportement à votre égard un peu «exceptionnel», au vu des circonstances. Comme vous le dites si bien, les amis, par les temps qui courent, ce font rares. J'ai donc voulu en savoir un peu plus sur cet homme. Il m'a vraiment l'air doux et gentil.
 
J'aurais une autre question à vous poser. Est-il vrai, qu'à votre époque, avoir le teint blanc est un signe de bonne santé et de pureté?
 
Bien à vous,

Votre dévouée du futur, Manon


Très chère Manon,

Vous avez raison, par les temps qui courent, l'amitié du comte de Mercy semble bien exceptionnelle.

Pour répondre à votre question, il est vrai qu'avoir le teint blanc montre notre bonne santé, mais aussi notre propreté. Nous n'utilisons que peu d'eau pour nous laver, mais la propreté est importante, surtout dans les apparences. Et le blanc est synonyme de pureté et de propreté.

J'espère avoir le plaisir de vous lire de nouveau, très chère Manon.

Marie-Antoinette



Chère Marie-Antoinette,
 
Je suis ravie d'avoir de vos nouvelles: je commençais à m'inquiéter de ne plus en avoir. Comment allez-vous? J'espère du fond du cœur que vous vous portez bien.
 
J'avoue être très étonnée par la signification qu'à votre époque vous donnez au teint blanc. Chez nous, il est associé à la maladie et à la fatigue. En tout cas, à rien de positif! À l'inverse de votre temps, à mon époque, nous faisons tout pour éviter d'avoir le teint pâle. On utilise entre autres fonds de teint, lotions de bronzage... Les solutions ne manquent pas, croyez-moi!
 
J'aimerais vous poser une question. Quels ont été vos rapports avec feu le roi Louis XV? Vous entendiez-vous bien avec lui? Vous appréciait-il?
 
Dans l'attente de vos nouvelles, affectueusement,
 
Manon

Très chère Manon,

J’aimerais vous écrire que je me porte bien, mais il n’en est rien. Je suis malade, et j’essaie tant bien que mal de garder espoir malgré tout. Certains moments sont plus difficiles que d’autres…

Heureusement que vous êtes là pour me changer les idées. En vous répondant, je peux penser à autre chose et cela me fait le plus grand bien.

J’ai beaucoup apprécié feu le roi Louis XV et il m’appréciait aussi. Bien qu'il fût un roi d'agréable compagnie, cela ne me fut pas aisé pourtant, car je dus m’accommoder de ses mœurs si légères. Mais ne pensez pas que ce défaut m’empêche de dire du bien de lui. Il était bon et généreux et je suis bien heureuse d’avoir pu le connaître quelques années avant sa mort.

Et vous, chère Manon, comment vous portez-vous?

Marie-Antoinette

Chère Marie-Antoinette,
 
Comme je suis triste de vous savoir dans cette situation! Surtout, ne baissez pas les bras, gardez la tête haute. J'espère que mes lettres et celles de mes contemporains contribuent effectivement à vous rendre plus heureuse.
 
Pour vous répondre, je me porte plutôt bien, quoique les problèmes communs à toute jeune fille adolescente m'empêchent de pouvoir être rayonnante; mais j'essaie d'être sereine et en paix avec moi-même.
 
Merci de votre réponse. Louis XV est, hélas, connu pour ses frasques; de nos jours, on irait même jusqu'à le qualifier de «libidineux». Mais je suis ravie de savoir que vous vous entendiez bien avec lui.
 
J'ai encore une question à vous poser. Quels pays avez-vous visités, en dehors de la France et de l'Autriche? Sinon, connaissez-vous la ville de Bergerac, ou la Dordogne?
 
Je vous donne le bonjour, et vous envoie tout mon soutien.
 
Amicalement,
 
Manon, votre dévouée du futur

Très chère Manon,

Je vous rassure tout de suite: vos lettres me sont très chères. Tout ce qui me permet de m’évader, en pensée, de cette prison, me donne du courage et me permet de continuer d’espérer. Votre maturité est impressionnante, pour une aussi jeune personne. J’ai grand plaisir à correspondre avec vous.

Quant aux pays que j’ai visités, ils se résument aux deux que vous avez nommés, et encore!  Le seul véritable voyage que j’ai fait est celui qui m’a menée en France pour mon mariage. Et bien que je connaisse les endroits dont vous me parlez, Bergerac et la Dordogne, je ne les connais que de nom. Qu’en est-il pour vous? Voyagez-vous, malgré votre jeune âge?

J’espère avoir le plaisir de vous lire de nouveau, chère Manon,

Marie-Antoinette

Très chère Marie-Antoinette,
 
Vous avez raison: il faut continuer d'espérer même si les temps sont durs! Je vous remercie pour votre compliment à mon égard: on m'a dit plus d'une fois que ma maturité pouvait parfois être incroyable. En tout cas, je suis autant ravie que vous de pouvoir correspondre malgré les années qui nous séparent!
 
Merci pour votre réponse: je suis étonnée que vous n'ayez pas plus voyagé! Quant à moi, je n'ai pas non plus fait de longs voyages: le plus long que j'ai fait à l'heure actuelle est celui qui m'a conduite en Vendée. Sinon, j'ai déjà eu le plaisir de me rendre au bord de la mer!
 
J'aurais une autre question à vous poser: on parle souvent de vos amies à la cour de Versailles. Mais qu'en était-il de celles et ceux de la cour de Vienne? Avez-vous gardé contact avec eux? Qui sont-ils?
 
J'espère moi aussi avoir le plaisir de vous lire très bientôt!
 
Affectueusement,
 
Manon


Très chère Manon,

Les gens avec qui j’ai gardé le contact sont surtout des membres de ma famille. Eux-mêmes ne sont pas tous à Vienne aujourd’hui. Mes amis sont ici depuis bien longtemps maintenant. Et les vrais amis sont si rares.

J’ose espérer que vous vous portez à merveille et que la vie est douce pour vous dans votre temps lointain.

Marie-Antoinette