Cassandre
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Choisy et la Muette
 

   

Bonsoir, Votre Altesse,

Comment vous portez-vous? J'espère sincèrement que ces vipères (les révolutionnaires) ne vous font pas trop souffrir.

J'ai une question à vous poser. Je sais qu'après la mort de Louis XV, vous, le Roi et quelques personnes de la cour et de la famille royale êtes allés à Choisy et, comme Mesdames sont tombées malades, vous avez dû partir pour la Muette. J'ai entendu dire que, là bas, vous avez passé de très beaux jours, près de la nature, mais aussi avec le Roi. Avez-vous encore des souvenirs de ce séjour? Qu'en avez-vous pensé? Avez-vous été triste de devoir retourner à Versailles?

Que ma lettre vous trouve en bonne santé et j'espère qu'elle vous rappellera de bons moments et vous fera oublier vos malheurs pendant un instant.

À bientôt, que le Ciel vous protège!

Caßandre

P. -S.: Vous souvenez-vous de cette lettre allemande: ß?



Chère Cassandre,

Il semblerait que ma réponse ait mis du temps à vous retrouver. Je m’en excuse et mets cela sur le compte du temps, qui ne passe pas pour vous de la même manière que pour moi. Veuillez donc me pardonner, je vous prie.

Je ne puis vous écrire que je me porte bien. Vous me trouvez à la Conciergerie. Je suis séparée de mes enfants et je ne sais plus depuis quand j’y suis: le temps me paraît si long.

J’ai en effet de beaux souvenirs de la Muette, de ce séjour mais aussi de quelques autres. J’ai bien aimé cet endroit et je peux bien vous avouer que le quitter pour retourner à Versailles m’a semblé bien triste.

Quant à la langue allemande, je n’en ai que peu de souvenirs, mais je me souviens de cette lettre qui remplace, dans certains cas, deux «s».

J’espère avoir le plaisir de vous lire de nouveau, chère Cassandre,

Marie-Antoinette