Nabila
écrit à

   


Marie-Antoinette

     
   

Cardinal de Rohan

    Bien le bonjour Madame.

J'aimerais savoir si vous préférez votre vie à Vienne ou votre vie à Versailles.

Je souhaiterais aussi savoir si vous allez bien.

Pourquoi le Cardinal de Rohan a-t-il été chassé de Schönbrunn? Il paraît qu'il a eu un odieux comportement. Nombre de personnes discutant avec vous en parlent, mais de quoi s'agissait-il? Je sais que je vous pose deux fois la même question, mais je suis si impatiente!

J'espère que vous saurez éclairer ma lanterne,

Bien à vous,

Nabila


Bonjour de nouveau, chère Nabila,

Je vais bien, dans les circonstances… j'essaie de ne pas m'appuyer sur moi-même et de garder espoir!

Pour répondre à votre question, ma vie à Vienne et ma vie à Versailles ne peuvent se comparer. J'étais encore un enfant lorsque je vivais à Vienne, avec ma famille. Et si j'étais encore jeune lorsque je quittai l'Autriche, je devins une femme en France, c'est là que je me mariai, que j'eus mes chers enfants. Ce sont deux vies différentes qui ne peuvent se comparer.

En ce qui concerne le cardinal de Rohan, je vous ai déjà répondu dans votre lettre précédente*. Mais si vous avez d'autres questions, il me fera plaisir d'y répondre!

Amicalement,

Marie-Antoinette

 
***************
NDLR: Il s'agit de la lettre intitulée «Parlez-moi de vous».



Bonjour votre Majesté.

Oui, il est évident qu'à votre point de vue, ces deux vies ne sauraient être comparées. Mais je pense que votre vie à Schönbrunn devait être moins lourde que celle de Versailles, car moins de responsabilités reposaient sur vos épaules et étant enfant, vous étiez plus libre qu'en France. A Versailles, il va sans dire que vous préfériez Trianon où vous faisiez comme bon vous semblait. Je n'y suis jamais allée, mais j'en ai vu de nombreux dessins et de nombreuses photos. C'est un endroit magnifique. Il est compréhensible que vous vous y plaisiez. Merci de répondre avec tant de consentement à mes questions, j'espère que vous n'en avez pas les oreilles qui bourdonnent. Si jamais j'ai d'autres questions, je vous les poserai dans une autre lettre, je ne veux pas continuer à vous déranger plus longtemps, en vous écrivant deux lettres à la fois.

Prenez soin de vous, je m'en voudrais si vous tombiez malade.

Nabila.