Minah
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Aucun titre ne peut décrire cette demande singulière
 

   

Très chère Marie-Antoinette,

Étant née le 20 septembre 1599, j'ose chercher à discutailler avec des personnes d'une autre époque.

Je puis comprendre que la distance qui vous sépare de votre descendance vous brise le cœur, aussi n'insisterai-je point sur ce sujet devenu sensible. Seulement, je désirerais connaître votre vie, car, étant maudite depuis plusieurs siècles, je dois me réincarner. Mais je divague!

J'aimerais ardemment savoir pourquoi vous avez été ainsi vouée à cette mort infâme et tragique? En dépit de mon vieil âge, je ne puis avoir cette information sur vous. Je ne me rappelle que ma vie première. Peut-être nous sommes-nous rencontrées? Je ne le sais.

Si vous le voulez bien, je désirerais vous soumettre une dernière demande. J'effectue nombre de recherches sur l'ésotérisme et les sciences occultes - ce qui d'ailleurs est fort mal apprécié pour une noble telle que moi - et je pense avoir vu un jour que vous étiez traitée de sorcière? Si cela est fondé, pouviez-vous m'expliquer quelle en est la raison?

Espérant que vous m'éclairerez,


Madame,

La Reine ne connaît pas les circonstances de sa mort et je vous prierais d’éviter le sujet. Je ne crois pas bon de lui faire connaître son avenir et je vous avouerais ne pas vouloir le connaître non plus. J’intercepte donc ce message qui lui était destiné. 

La Reine est constamment traitée de bien des noms. «Sorcière» n’est qu’un d’entre ceux-là.

Rosalie