Retour en page d'accueil de Dialogus

Sylvain
écrit à

Marie Mancini


Angoisse


   

Chère madame Mancini,

Je vous écris car je suis dans une situation qui fait que ma vie actuellement est terne et insipide. Je suis là, enfermé dans ma chambre, chez mes parents. À part quelques amis, je n'ai pas grand-chose, sinon mes livres et mon ordinateur pour communiquer avec le monde extérieur. J'aimerais tellement vivre, comme vous, des aventures et des péripéties; car vous en avez vécu, des aventures; alors que moi, pas tellement.

Sylvain


Très cher Sylvain,

À travers vos mots, il me semble lire mes propres impressions à un moment ou à un autre de mon existence. Alors que ma famille et moi venions d'arriver en France, je passai beaucoup de temps isolée du monde. Comme je vous l'ai raconté dans une de mes précédentes lettres, ma mère, me trouvant d'un caractère trop difficile, prit le parti de me laisser à l'écart. Je passai dès lors de longues heures dans mes appartements et pour m'occuper, j’écrivais et je lisais aussi énormément d'ouvrages. C'était pour moi un réel moyen de me libérer de mes contraintes.

D'après ce que vous m'avez écrit, il me semble que vous avez déjà compris le pouvoir fantastique de la lecture et quoique j'ignore ce qu'est un ordinateur, j'en déduis, d'après vos mots, qu'il s'agit, comme les livres, d'un moyen de s'évader. Je ne pourrais que vous encourager dans cette voie qui est loin d'être vaine.

L'on dit encore maintenant que c'est grâce à mon goût pour la littérature que je parvins à captiver un certain personnage. Voyez donc toutes les possibilités que l'amour des lettres et des arts peut offrir! Ne sous-estimez jamais sa force.

Je ne vous conseillerais pas d'envier ma vie. Elle fut, comme vous dites, remplie de péripéties mais aussi de nombreux déboires. Je n'ai qu'une chose à vous conseiller, monsieur Sylvain: écoutez vos passions, assouvissez-les; ce sera toujours plus enrichissant pour votre esprit que tous les voyages que vous pouvez imaginer.

Surtout, ne perdez jamais confiance en vous, c'est primordial. Je souhaite de tout cœur que vous vous portiez bien.

Je reste votre dévouée,

Marie Mancini, connétable de Naples


Chère madame Mancini,

Je vous remercie infiniment pour votre soutien qui est pour moi très précieux. Je suis actuellement en voie de guérison grâce à un bon traitement, une thérapie à base de plante médicinales qui me font du bien. Je vous remercie et si vous avez des questions à mon sujet, n’hésitez pas. Je reste disponible.

Sylvain


Très cher Sylvain,

Avoir de vos nouvelles m'a fait grandement plaisir. Je suis heureuse de constater que vous semblez prendre soin de vous et je souhaite de tout cœur que vous vous portiez bien. Je tenais juste à vous préciser que je ne peux saisir toutes les subtilités que votre époque, et les mœurs qui en découlent, engendrent. Pour cela, je pense qu'il est nécessaire de laisser certaines choses s'écouler sans que je ne m’y immisce. Ce n'en sera que plus bénéfique pour vous et pour moi.

Je souhaite encore une fois que vous alliez bien. Soyez assuré que je répondrai à vos demandes dans la mesure de mes capacités et que je ferai toujours preuve de franchise.

Votre dévouée,

Marie Mancini, connétable de Naples


************************Fin de page************************