Gwenaelle
écrit à

   


Louis XIV

     
   

Vous m'avez choquée!

    Mon cher roi, pourquoi avoir humilié Mademoiselle de la Vallière en lui chantant ce refrain pendant un de vos spectacles:

Ne pensez pas que je veuille, en ce jour
Vous cajoler, ni vous parler d'amour.
Je sais qu'il est dangereux de le faire,
Et je craindrais plutôt votre colère.
D'autres que moi s'en acquitteront mieux.
Je baise ici les mains de vos beaux yeux
Et je ne veux point d'un joug comme le vôtre.
Je vous le dis tout franc: j'en aime une autre.

Sur ce petit refrain, mon bon roi, vous m'avez extrêmement choquée!

Excusez-moi, mais la seule à qui vous n'avez point fait faux-pas ici c'est bien moi.

Cordialement,

Marie Mancini



Cessez, Madame, de vous faire passer pour une femme que vous n'estes point. Je trouve cela de très mauvais goust et ne le tolereray point.

Si vous desirez communiquer avec moy, vous devrez le faire sous vostre vray nom.

Louis



Je puis comprendre votre mécontentement et veuillez m'en excuser: je voulais savoir car vous êtes une personne que j'admire vraiment. En lisant un livre niaisement intitulé «histoires d'amour de l'histoire de France», chef-d'oeuvre racontant, dans le tome III, vos histoires d'amours qui sont parfois très amusantes et parfois très choquantes, je me suis demandé pourquoi vous avez fait confiance à Mme de Montespan et pourquoi vous ne lui avez pas infligé la peine qu'elle méritait vraiment: «LE BÛCHER»!

Excusez-moi encore de m'être fait passer pour une autre...

Mes salutations distinguées,

Gwenaelle



Madame,

Je n'ay point l'habitude d'estre rancunier, je vous pardonneray donc vostre escart de conduite.

Madame de Montespan mérite le respect. Elle fut la mère de mes enfans et j'eus longtems des sentimens pour sa personne.

Louis



Certes, Votre Majesté, je conçois que vous l'ayez tant aimée, mais elle vous a trompé et s'est embusquée dans de sombres messes noires, où se commettait une sorte de boucherie sur de pauvres enfants.

Je ne doute pas que ce fut une bonne mère, mais est-ce qu'une mère aurait laissé faire cela? Est-ce qu'une mère et une femme honnête aurait essayé de vous tuer? Je ne le pense point!

Avec tous mes remerciements et ma gratitude, cordialement

Gwenaëlle



Madame,

Je suis outré, Madame, par vos mechans propos. Comment osez-vous propager de tels mensonges sur Madame de Montespan? Sans doute vous estes-vous laissée influencer par cette malheureuse affaire des poisons qui eut lieu il y a plusieurs années desja. Madame de Montespan n'eut rien à y voir, je puis vous l'assurer. Il est vray qu'elle aimoit l'astrologie et ce genre de choses, mais de là à l'accuser de sorcellerie, je vous demande, Madame, de surveiller vos propos.

Louis



Bien, Votre Majesté, je puis vous croire et ne soyez point choqué, Monsieur, car ce ne sont point mes propos mais ceux du peuple, Votre Excellence et si vous ne nous tenez point au courant, les rumeurs circulent vite...

Amicalement

Gwenaëlle


Madame,

Je ne crois point, Madame, que ce soit là les propos du peuple. Et je le repète: Madame de Montespan fut la mère de mes enfans et elle mérite le respect.

Louis