Virginie
écrit à

   


Louis XIV

     
   

Une seule religion?

    Votre Majesté,

J'ai lu dans une de vos correspondances que vous expliquez la révocation de l'Édit de Nantes par la nécessité d'assurer une religion unique au royaume.

Pensez-vous réellement que la diversité des courants de pensée ou des croyances peut être un risque pour un pays? N'est-ce pas plutôt l'enrichir?

Doit-on, pour être un sujet fidèle à son Roi ou à son pays, être catholique? Combien de seigneurs et de simples soldats huguenots ont combattu pour la France? Ne méritent-ils pas eux aussi que l'on honore leur mémoire?

Peut-on réellement baser le respect de l'Homme sur sa seule religion?

Merci de m'accorder un peu de votre temps, que je sais si précieux, et croyez, Votre Majesté, que je reste votre dévouée servante.

Virginie



Madame,

La diversité religieuse? Enrichir un pays? L'unité est ce qu'il y a de plus important pour un royaume. Ne croyez-vous point que le royaume a assez souffert durant un siècle par le fait des guerres de religion? La diversité religieuse ne peut que mener à la guerre, à la discorde et au chaos. Et que dire du point de vue religieux? Deux religions ne peuvent détenir la vérité.

Les Rois mes prédecesseurs ont fait preuve de beaucoup d'indulgence envers ceux de la RPR, comme je l'ay fait moy-mesme. De plus, ces derniers ont eu plusieurs occasions de revenir vers la vraye religion. Mais l'Edit de Nantes ne pouvoit persister dans le royaume. Cela dit, sachez que la mémoire de ceux qui ont combattu pour le royaume est toujours honorée.

Vous semblez vouloir prendre la deffense des huguenots, seroit-ce que vous estes vous-mesme une adepte de la RPR? Vous pouvez bien me le dire, puisqu'une si grande période nous sépare.

Louis




Votre Majesté,

Tout d'abord merci de m'avoir fait l'honneur de répondre à mes questions.

Pour répondre à la vôtre, je ne suis pas de religion protestante. En fait je n' adhère à aucune doctrine religieuse, car comme vous, je pense que les religions ont fait et font encore beaucoup trop de mal à travers le pays et le monde. Mais, contrairement à vous, je ne pense pas qu'une religion doive prévaloir.

Ce n'est pas de l'existence de Dieu que je doute, mais des interprétations qui sont faites par les Hommes de Ses vues.

J'espère ne pas trop choquer Votre Majesté en lui livrant le fond de ma pensée. Je serais infiniment attristée que nos échanges s'interrompent, à peine débutés, pour cette raison.

Me permettrez vous de vous poser à nouveau une question?

Vous avez une passion pour les jardins d'agréement mais aussi , je crois, pour les potagers.

Quels légumes (je crois que l'on parle d'herbes à votre époque) peut-on voir à Versailles? Comment les cuisine-t-on? En consommez-vous regulièrement?

Je remercie une nouvelle fois Votre Majesté pour l'attention que vous voulez bien porter à mes courriers et je vous prie de croire que je demeure votre fidèle servante.

Virginie



Madame,

Sans me choquer, vostre situation m'attriste. Je prieray, Madame, pour que vous puissiez retrouver le droit chemin. Puisque vous ne doutez point de l'existence de Dieu, il est permis de garder espoir.

Je m'intéresse en effet avec passion aux potagers et je confiai très tost celuy de Versailles aux bons soins de Monsieur de La Quintinye. Je consomme les produits de mon potager très régulierement. J'ay une passion pour les petits pois qui ne s'est point assagie avec l'age. En ce qui concerne la manière de les cuisiner, je ne suis point la personne à consulter sur ce sujet. Vous imaginez bien que je ne cuisine point moy-mesme.

Je vous donne le bonjour,

Louis