Roi à cinq ans
       

       
         
         

Carole

      À sa Majesté le Roi Louis,

Votre Altesse est sans aucun doute le souverain de France le plus célèbre. Je suis moi-même toute émue de pouvoir écrire à une si grande personnalité.

Je désirerais poser quelques questions à votre Majesté. En effet, Sire, je suis intriguée que votre Altesse ait été proclamé roi à cinq ans. C'est bien jeune, pour une si lourde tâche. Je désirerais savoir comment votre Majesté a réussi.

J'aimerais également savoir avec qui votre Altesse s'est marié, où et quand. J'espère, Sire, que votre Altesse me répondra, si ce n'est pas trop demander.

Veuillez agréer, Sire, l'assurance de ma considération distinguée.

Carole, 13 ans

 

       
         

Louis XIV

      Mademoiselle,

Il me fait plaisir de pouvoir respondre aux questions de jeunes personnes telles que vous.

Il est vrai que je devins Roy à un très jeune asge. Mais on ne peut choisir le moment de la mort de nos prédécesseurs et le feu Roy mon père descéda malheureusement bien tost. Un des principes fondamentaux de la monarchie au royaume de France est que le Roy ne meurt jamais. C'est pour cela qu'à la mort d'un Roy on entend clamer «le Roy est mort, vive le Roy!». La majorité d'un Roy ayant esté fixée à 13 ans, une Régence doit estre mise en place dans les cas de minorité royale. Celle-ci permet de gouverner le royaume au nom du jeune souverain et jusques à sa majorité. Les Régences sont souvent des périodes de troubles dans les royaumes. Comme le pouvoir du Roy est affaibli par le fait qu'il n'est qu'un enfant, les ambitieux désirant s'eslever n'hésitent pas à fomenter des troubles. La période de Régence qui accompagna ma minorité ne fut pas exempte de ces troubles.

Si j'ay réussi à atteindre ma majorité et à rescupérer un royaume intact, c'est grasce aux efforts constants de feu ma mère Anne d'Autriche et de mon Premier ministre feu le Cardinal Mazarin. Ils oeuvrèrent sans relasche à me conserver mon royaume et surent master les troubles qui eurent lieu durant cette période.

Pour mon mariage, la feu Reyne, qui nous a quittés il y a maintenant plus de 30 années, estoit Marie-Thérèse d'Autriche, infante d'Espagne. Notre mariage scelloit la paix avec l'Espagne. Il fut célébré le 9 juin 1660 à Saint-Jean-de-Luz.

Voilà, Mademoiselle, les responses à vos questions. N'hésitez pas à m'escrire encore si vous en avez de nouvelles.


Louis
         
         

Carole

      Cher Roy Louis,

Je remercie infiniment votre Altesse d'avoir eu la gentillesse de me répondre. Je suis navrée de devoir importuner à nouveau votre Majesté, mais j'ai encore quelques questions à vous poser, Sire. En effet, je désirerais savoir combien d'enfants feu votre épouse a donnés à votre Altesse, et leur nom, si possible.

Je voudrais également demander à votre Majesté qui était votre successeur le Roy Louis XV par rapport à vous. On dit qu'il fut un mauvais Roy, moins merveilleux que vous, du moins.

Bon, à présent je cesse d'importuner votre Altesse.

Mes salutations distinguées.

Carole
         
         

Louis XIV

      Mademoiselle,

Ne vous en faites point, vous ne n'importunez point du tout. Le Dauphin et futur Louis XV, si Dieu le veut, est mon arrière-petit-fils, luy-mesme le fils du feu duc de Bourgogne.

La feu Reyne me donna 6 enfants dont seulement un survécut jusques à l'asge adulte, mon fils feu Monseigneur le Dauphin. Pour les autres, il s'agit de 2 garçons et 3 filles. Anne Élisabeth qui ne survécut qu'un mois, Marie-Anne ma petite Madame qui subit elle aussi le mesme sort, Marie-Thérèse qui survécut jusques à l'asge de 5 ans, Philippe le premier duc d'Anjou qui nous quitta à l'asge de 3 ans et Louis François, deuxième duc d'Anjou qui ne vécut que quelques mois.

Voilà, Mademoiselle, je vous donne le bonjour,

Louis
         
         

Carole

      Cher Roy Louis,

Je suis soulagée de ne point déranger votre Majesté. De quels pauvres destins durent se satisfaire vos enfants, je suis désolée pour eux.

J'ai ouï dire que votre Altesse ne s'entendait pas avec feu le cardinal Mazarin. Est-ce juste, Sire? Votre Majesté avait bien fait de tout prendre en main dès qu'il a quitté ce monde.

Comme tout français(e) qui se respecte, j'admire l'oeuvre magnifique de Versailles. Combien de temps ont duré les travaux? C'est vraiment quelque chose de splendide pour l'époque. Je comprends pourquoi toutes les cours d'Europe ont cherché à imiter (maladroitement) ce chef d'oeuvre!

A présent, mon Roy que j'admire tant et tant, je laisse votre Altesse retourner à ses occupations.

Mes salutations respectueuses

Carole
         
         

Louis XIV

      Mademoiselle,

Permettez-moy de vous féliciter, vous semblez connaistre beaucoup de choses pour vostre jeune asge.

J'avois une grande confiance envers feu le Cardinal Mazarin, qui estoit aussi mon Parrain, et une excellente relation avec luy. S'il est arrivé que nous ayons eu différentes vues sur certains points en quelques occasions, il seroit faux de dire que nous ne nous entendions point. Les conseils de feu le Cardinal me furent toujours prescieux. J'ay un grand respect pour le travail accompli par mon Parrain durant toutes ses années comme Premier ministre et dans toutes les occasions et particulièrement durant ma minorité, avec le soutien et l'aide apportée à la Reyne ma mère.

Je me vois dans l'impossibilité de respondre à vostre question sur les travaux de Versailles, puisque encore aujourd'huy, des améliorations sont apportées régulièrement suivant les possibilités que me laisse l'estat des affaires du royaume. Mais à titre d'indication, la majeure partie des plus grand travaux eurent lieu dans les descennies 1660-1670 jusques à ce que je m'y installe avec la Cour de façon permanente en 1682.

Voilà, Mademoiselle, n'hésitez point à m'escrire de nouveau si vous avez d'autres questions,

Louis
         
         

Carole

      Cher Roy Louis,

Je suis comblée que votre Altesse me réponde toujours et dans les plus brefs délais, ce qui est loin d'être le cas pour tout le monde. La ponctualité est probablement une des qualités de votre Altesse, comme l'empereur François Joseph, par exemple. Votre Majesté peut-elle confirmer cette affirmation?

Je remercie infiniment votre Majesté de ses félicitations, mais votre Altesse doit savoir que je n'ai aucun mérite, car je me documente sur ce qui concerne votre Majesté depuis ma plus tendre enfance.

Que dire de plus à votre Altesse? Je voulais juste savoir si la feu Reyne s'est beaucoup investie politiquement, et si le mariage de votre Majesté avait été arrangé? Mais c'est peut-être trop personnel, comme question. Que votre Altesse m'excuse de mon naturel très curieux!

J'espère correspondre encore avec votre Majesté.

Mes plus sincères salutations,

Carole
         
         

Louis XIV

      Mademoiselle,

Je m'efforce de toujours estre le plus ponctuel possible et la satisfaction de mes sujets est la chose du monde la plus importante.

La feu Reyne Marie-Thérèse ne joua jamais aucun rosle politique. Non seulement elle n'avoit point d'intérest pour ces choses-là, mais aussi ce n'est point la place d'une femme que de s'occuper de politique et je ne l'aurois point toléré.

Mon mariage scelloit la paix conclue entre l'Espagne et la France. Ce fut un mariage d'intérest politique comme le sont la plupart du tems les mariages des Roys. Ceux-ci doivent se soumettre à ces arrangements pour le bien de leur Estat et le bonheur de leurs sujets.

La curiosité peut estre une grande qualité. Vous connaissez sans doute ce que l'on dit à ce sujet: une femme qui n'est point curieuse est une curieuse de femme!

Louis

 

       

 

       

Carole

      Cher Roy Louis,

Je suis encore et toujours comblée que votre Majesté ne se lasse pas à me répondre, moi qui ai une conversation si peu étendue.

Je voulais savoir si, en dehors du fait de régner, votre Altesse avait des passions? Peut-être votre Majesté aimait la musique, les voyages, etc...

J'aimerais également, Sire, savoir si votre Majesté s'intéressait, comme François Joseph (empereur né en 1830 et mort en 1916 qui régna sur l'Autriche-Hongrie, votre Altesse ne peut le connaître), à élever ses enfants.

À présent, je m'incline bien bas en signe d'au revoir,

Carole

 

       

 

       

Louis XIV

      Mademoiselle Carole,

J'ay eu dans ma jeunesse de nombreuses passions, certaines que je ne pratique plus aujourd'huy, bien que je m'y intéresse encore.

La danse me passionna toujours et je l'exerçai moy-mesme durant plusieurs années. Je puis me flatter, sans trop craindre de me tromper, d'avoir esté un excellent danseur.

J'eu toujours un goust particulier pour la musique que je ne me lasse point d'entendre. J'ay esté moy-mesme un joueur de guitare, ce qui fut un de mes passe-tems favoris.

Les bastiment aussi ont su éveiller chez moy un vif intérest. Je suis de près l'amélioration de mes domaines et toutes les constructions nouvelles que j'entreprends.

Toutes ces passions ont eu, et ont encore, l'avantage de bien me servir mais aussi de bien servir le royaume. Cependant, un Roy doit toujours porter une attention particulière à ne point se laisser dominer par ses passions.

L'esducation de mes enfants me préoccupa grandement. Je m'intéressai à tout ce qui les touchoient de près ou de loin et veillai à ce qu'ils reçoivent une bonne et solide esducation. Cela à esté une joie pour moi de les voir grandir et apprendre la vie.

Au plaisir de vous lire de nouveau,

Louis

 

       

 

       

Carole

      À sa Majesté le Roy Louis,

Merci de votre ponctualité. Je suis heureuse de savoir que votre Altesse n'était pas qu' une «Majesté» et que votre Altesse s'intéressait aux mêmes domaines que le plus commun des mortels (que cela n'offense point votre Majesté).

J'ai appris que votre Altesse, après le décès de la feu Reyne (je prie votre Majesté de m'excuser de lui rappeler de douloureux souvenirs), a épousé Madame de Maintenon. Qui était-elle? Votre Majesté a t-il été heureux avec elle? Je connais en effet très peu de cette dame.

Je voulais savoir si votre Altesse a aimé le fait d'être Roy. En effet, d'autres monarques considéraient cela comme un fardeau. Est-ce que c'était votre cas, Sire?

Et bien Sire, je n'ai rien de plus à demander à votre Majesté.

Mes salutations respectueuses

Carole

 

       

 

       

Louis XIV

      Mademoiselle,

Madame de Maintenon est sans doute la femme la plus constante que j'ay eu le bonheur de rencontrer dans ma vie. Elle sait estre discreste tout en estant attentionnée aux besoins de tous. J'ay pour Madame de Maintenon beaucoup de respect et d'amitié et le temps ne nous a point séparés malgré plusieurs années de vie commune. Elle fit son entrée à la Cour au service de Madame de Montespan en tant que gouvernante de mes enfants, auxquels elle porta toujours une attention extresme, mesme après son départ du service de Madame de Montespan. Elle dirige aujourd'hui et depuis plusieurs années la maison de Saint-Cyr où il est donné une éducation aux jeunes filles pauvres de la noblesse. Son grand coeur, sa générosité, sa conversation font de Madame de Maintenon une compagne des plus agréables.

Le mestier de Roy est le plus beau mestier du monde. Bien qu'il ne soit pas exempt d'inquiestude et de fatigue, je ne l'ay jamais considéré comme autre chose que ce qu'il est, grand et délicieux.

Je vous donne le bonjour, petite demoiselle.

Louis

 

       

 

       

Carole

      Votre Majesté,

Madame de Maintenon a l'air d'une grande dame, je vous souhaite beaucoup de bonheur avec elle.

J'aimerais savoir si votre Altesse possède des résidences secondaires, si oui lesquelles?

En feuilletant mes livres historiques, j'ai descouvert un courrier qui été adressé à votre Majesté. L'auteur était un certain Fénelon. Le sujet portait sur votre façon de régner qui ne devait point convenir à ce Monsieur. J'ai été totalement abasourdie à la lecture de ces lignes écrites pas un si vulgaire personnage. Je suis dans l'impossibilité de vous transmettre le message, qui date de 1695, envoyé anonymement, mais dont l'auteur a finalement été reconnu, de peur d'offenser votre Altesse. Le plus terrible, c'est que cette lettre désigne votre Majesté à la deuxième personne du pluriel.

Votre Altesse connaît-elle ce Fénelon méprisable? Si oui, je conseille à votre Majesté d'en finir avec cet odieux personnage, si ce n'est pas déjà fait.

Eh bien voilà, Sire, j'espère que votre Altesse me répondra à son habitude.

Mes salutations.

Carole

 

       

 

       

Louis XIV

      Mademoiselle,

Il existe plusieurs résidences royales, la plupart héritées des Roys mes prédécesseurs. Certaines sont toujours utilisées et d'autres le sont moins. Je vous en nomme ici quelques unes: Fontainebleau, Chambord, Compiègne, Saint-Germain-en-Laye. J'ay aussi fait construire Marly qui est très chère à mon coeur.

L'archevesque de Cambray, ou Monsieur de Fénelon dont vous me parlez ici, fut le prescepteur du feu duc de Bourgogne et Dauphin mon petit-fils. Suite à son implication dans une cabale politique et religieuse, il fut exilé de la Cour où il ne revint jamais, il y a maintenant 18 ans. Il est aujourd'huy décédé alors vous n'avez point à vous inquiester.

Soyez assurée que je demeure, Mademoiselle, à vostre disposition,

Louis

 

       

 

       

Carole

      Honorable Majesté,

Je remercie votre Altesse de m'avoir répondu. Je suis rassurée que Monsieur de Fenelon soit à présent hors d'état de nuire.

J'avais une question à poser à votre Majesté. Je suis danseuse classique, et j'ai ouï dire que votre Altesse avait inventé ce noble art. Est-ce juste, Sire? Quelles étaient les principales danseuses de votre époque, si il est vrai que votre Majesté en fut l'inventeur?

Au plaisir de lire votre Majesté,

Carole

 

       

 

       

Louis XIV

      Mademoiselle,

Je n'ay pas le bonheur d'estre l'inventeur du ballet, cependant je peux me vanter d'avoir esté un excellent danseur dans ma jeunesse. Le ballet est un art que chaque gentilhomme doit maistriser et cela estoit déjà le cas dans ma jeunesse et depuis longtems. Suite à la mort du cardinal Mazarin, la création de l'Académie Royale de Danse fut une de mes premières actions. Celle-ci participa à la conservation des ballets et à l'élaboration d'une technique d'escriture de la danse. Peut-estre est-ce pour cela qu'on me dit en estre l'inventeur? Le ballet fut pour moy une grande passion, qui avoit de plus le grand avantage de me servir en mesme tems que de servir l'Estat.

Pour les danseurs, il y a des maistres à danser qui enseignent le ballet et qui dansent aussi lors des représentations. Je ne vous nommerai que le mien, Beauchamps, qui contribua grandement par son talent à l'évolution du ballet. Estant aussi asgé que moy, il ne danse plus aujourd'huy.

Voilà, Mademoiselle. Au plaisir de vous lire de nouveau,

Louis
         
         

Carole

      Sire,

Votre Altesse n'est certes pas l'inventeur du ballet, mais c'est peut-être grâce à votre Majesté qu'il est aussi connu à présent.

Je n'ai pas grand chose à demander à votre Altesse... Ah si! Je me suis toujours posé cette question stupide: quelle était la couleur des yeux de votre Majesté?

Au plaisir,

Carole
         
         

Louis XIV

      Mademoiselle Carole,

Vous me posez là une bonne question. La couleur de mes yeux est difficile à décrire. Disons que mes yeux ne sont point trop foncé ni trop pasle. Leur couleur se situe juste entre les deux.

Louis
         
         

Carole

      Sire,

Merci de me répondre toujours sans retard.

J'aimerais savoir si votre Altesse avait de bons rapports avec les autres despotes. Je sais que votre Altesse a fait la guerre, mais a-t-elle connu la paix entre les monarques? Si oui, quels étaient vos amis?

Au plaisir,

Carole
         
         

Louis XIV

      Mademoiselle,

Les souverains ont entre eux des liens familiaux créés par les mariages qui se sont conclus au fil des années et des alliances. Bien que mon règne ait connu beaucoup d'années de guerre, le royaume connut aussi la paix entre celles-ci. Les liens qui unissent ou séparent les royaumes durant ces périodes ne sont dictés que par la politique et les intérests du moment et il ne s'agit point ici d'une question d'amitié. Chaque guerre vit se conclure des alliances différentes, avec les amis ou les ennemis d'hier.

Je vous donne le bonjour, chère demoiselle.

Louis
         
         

Carole

      Votre Majesté,

J'aimerais savoir si votre Altesse a voyagé en Europe, si oui où? Toutes les cours d'Europe ont cherché à imiter la célèbre galerie des glaces de Versailles. Votre Majesté en était-il fier?

Et bien à présent, Sire, je vous salue,

Carole
         
         

Louis XIV

      Mademoiselle,

Je n'ay point eu l'occasion de voyager, sauf bien entendu lors des campagnes militaires. Certains souverains le font, mais ce ne fut point ma manière.

Si toutes les cours d'Europe tentent d'imiter Versailles, je n'ay qu'une chose à respondre à ce sujet: c'est qu'elles ont un goust sûr!

Vostre dévoué,

Louis