Carina
écrit à

   


Louis XIV




Mauvais Roi

    Cher Louis XIV, bonjour,

Je me présente: je m’appelle Carina, j’ai treize ans et je suis en quatrième. Je vous écris car à cause de vous mon professeur d’histoire, monsieur Devillis, me fait dormir en classe quand il donne son cours! Il nous fait étudier votre vie: je sais presque tout sur vous, vous savez, la Fronde, le cardinal Mazarin, quand vous êtes né et tout et tout. Et ce qui m’énerve le plus chez vous, c’est que vous utilisez Dieu pour renforcer votre pouvoir qui est «absolu». Par exemple, vous prétendez que rien qu’en touchant un homme vous pourriez soigner la tuberculose. Il y avait même une formule (tout pour voir que c’était une mascarade): «Le roi te touche, Dieu te guérit.» Et comment votre royaume fait pour gober cela? Vous les droguez ou quoi?!

Bien, je vous quitte sur ces derniers mots.

Carina
 
Mademoiselle,

Je ne prendrois point le tems de vous respondre si ce n’estoit pour vous corriger: le roy est sacré, il est le lieutenant de Dieu sur terre et la cérémonie du sacre lui concède non point des pouvoirs mais des capacités. Ce n’est point le roy lui–mesme qui guérit mais bien Dieu, à travers les mains du roy.

Louis

Cher Louis XIV,

Oui merci, je sais bien que vous êtes sacré et que vous êtes le lieutenant de Dieu sur la terre: comme je vous l'avais écrit dans ma dernière lettre, nous sommes en train d'étudier votre vie en cours d'histoire-géographie. Mais ce que je ne comprends pas c'est que vous utilisez la religion pour renforcer votre pouvoir au sein de votre peuple. Par exemple, si vous dites de faire tout ce que vous ordonnez -comme par exemple travailler dans les champs- il ira au paradis alors que sinon il ira en enfer. Croyez-vous une seule seconde que Dieu tout puissant, lui qui peut décider de la vie ou de la mort d'un être humain, soit d'accord avec votre système monarchique?

Au revoir et merci de votre attention envers mes lettres.

Carina


Madame,

Je ne sais point ce qu’on vous enseigne dans vos escoles, mais si ce que vous m’escrivez là est vray, je vous plains. Cela ne peut pas estre plus éloigné de la vérité et de la réalité.

Louis