Virginie
écrit à

   


Louis XIV

     
   

Madame de Montespan

    Votre Majesté,

Je suis une grande admiratrice de Madame de Montespan, pour sa clairvoyance sur son temps, son honnêteté envers elle-même, son goût du «Beau». Mais aussi pour l'intérêt qu'elle a manifesté, sous votre royale protection, pour les grands artistes de votre règne, dont les oeuvres nous sont encore d'extraordinaires références. Elle est aujourd'hui décrite comme une femme acariâtre, dépourvue de compassion et plus préoccupée de son prestige que des gens qui l'entouraient.

Une question se pose à moi.

Comment auriez-vous pu aimer une femme durant dix ans, avoir sept enfants d'elle, si elle était de cette composition-là?

Pourriez-vous me parler d'elle, de ce qu'elle fut pour vous et pour son temps?

Merci de me faire la grâce d'un peu de votre temps, que je sais très précieux et croyez, Votre Majesté, que je reste votre dévouée servante.

Virginie



Madame Virginie,

Je doy dire que vous avez tout à fait raison dans vostre façon de voir Madame de Montespan et je suis tout à fait désolé d'apprendre dans quels termes l'on parle d'elle à vostre espoque. Madame de Montespan avoit des deffauts, comme tout le monde, mais elle avoit aussi de grandes qualités incontestables qui me l'ont fait apprécier et aimer.

Madame de Montespan avoit un goust excellent en ce qui a trait aux arts. J'oserois dire qu'elle avoit un goust excellent en tous les domaines! Elle estoit une femme remplie d'esprit et de repartie, ce qui rendoit sa compagnie des plus agréables (ou des plus insupportables, selon les circonstances!). Elle a de plus le mérite d'avoir esté la mère de mes enfans et cela est suffisant pour que l'on luy accorde le respect qu'elle mérite.

Louis