Jocelyne
écrit à

   


Louis XIV

     
   

L'enfant de Mademoiselle de Fontanges

   

Votre Majesté,
 
On a longuement parlé de vos favorites Louise de la Vallière ou Athénaïs de Montespan. Je souhaiterais vous entretenir au sujet de la jeune Marie-Angélique de Fontanges qui fut votre maîtresse de 1678 à 1681. J'ai entrepris de tracer votre généalogie et j'aurais voulu vous parler de l'enfant que vous a donné Mademoiselle de Fontanges: tout le monde sait que la jeune femme a donné le jour à un fils en décembre 1679 mais en revanche, j'ai du mal à situer son décès. Certaines sources révèlent que cet enfant aurait trépassé sitôt après sa naissance. Selon d'autres, il serait mort en janvier 1680: en effet, il semble que le 1er janvier 1680 Mademoiselle de Fontanges serait apparue à vos côtés «toute radieuse d'être mère» et aurait fait de très beaux présents à tout le monde (elle aurait même offert à la marquise de Montespan un livre garni de pierreries). En revanche, lors du mariage de votre fille Mademoiselle de Blois avec le prince de Conti qui eut lieu le 16 janvier, la Cour fut surprise par l'absence de Marie-Angélique qui était selon Madame de Sévigné «triste de la perte d'une petite personne». Après ce jour, Mademoiselle de Fontanges apparue complètement bouleversée et dans un état de grande faiblesse, écrasée par le chagrin.  

Je voudrais donc la confirmation que le fils né de vos amours avec Marie-Angélique est bien décédé à la mi-janvier 1680.
 
Très respectueusement,

Jocelyne


Madame, 
 
L enfant dont vous me parlez ne vesquit point longtems et Mademoiselle de Fontanges ne se remit point de ses couches.
 
Louis



Votre Majesté,

Beaucoup ne vous attribuent que ce fils né en 1679 de vos amours avec la duchesse de Fontanges. Or, certains historiens ont également écrit que Marie-Angélique avait mis au monde une petite fille en mars 1681 qui ne vécut point.

Je vous demanderais donc si Mademoiselle de Fontanges vous a bien donné un deuxième enfant?

Respectueusement,
Jocelyne



Madame,

Mademoiselle de Fontanges ne m'a donné qu'un enfan qui ne vescu point.

Louis