Anaïs
écrit à

   


Louis XIV




La Couronne d'Espagne


    Votre Majesté,
 
À la mort du Roi d'Espagne Philippe IV, vous avez revendiqué le royaume du jeune Charles II car la dot de votre épouse Marie-Thérèse n'avait pas été réglée. Avez-vous conclu un accord avec l'Espagne à ce moment là pour qu'en 1700, Charles II lègue sa couronne à votre petit-fils le Duc d'Anjou?

Lorsque vous avez accepté l'Espagne pour le Duc d'Anjou vous avez été entraîné dans une guerre contre les autres prétendants. Quels pays vous soutenaient et qui soutenait vos ennemis? Avez-vous dû céder quelque chose pour que le jeune Philippe V garde sa couronne? En mariant les filles du Duc de Savoie Marie-Adélaïde et Louise-Gabrielle à vos petits-fils, espériez-vous l'appui de la Savoie dans cette guerre?
 
Je voudrais également savoir si le premier enfant que vous a donné la Marquise de Montespan est décédé en 1669 ou en 1672 car les sources varient à ce sujet.

Respectueusement,

Votre fidèle sujette Anaïs
Mademoiselle la petite curieuse,

Aucun accord n’a esté conclu avec feu le Roy d’Espagne Charles II pour qu’il lègue son royaume à mon petit-fils. Il estoit impossible de savoir au moment de la guerre de 1667 si le nouveau Roy alloit mesme survivre, puisqu’on le disoit d’une santé fragile. De plus, rien ne pouvoit nous laisser prévoir qu’il n’auroit point de descendance au moment de sa mort.

Vous savez, la guerre pour la succession d’Espagne estoit inévitable. En refusant le testament, l’Europe auroit dû s'arracher de l’Espagne et de ses possessions. En l’acceptant, les autres royaumes allaient craindre la puissance que la France et l’Espagne pourroit acquérir, sans parler des autres prétendants au trosne qui allaient se battre contre le nouveau Roy et de leurs alliés qui allaient vouloir se séparer les possessions espagnoles. Vous le voyez, l’Europe entière avoit son mot à dire et les alliés sont rares dans ces cas-là.

Philippe V a en effet dû céder des territoires qui lui appartenoient.  Ce fut aussi le cas de la France, notamment pour certains territoires d’Amérique. Il a aussi fallu inclure une clause au traité d’Utrecht stipulant que mon petit-fils le Roy d’Espagne renonçoit à ses droits sur le royaume de France. La guerre a esté longue, Mademoiselle Anaïs…

Les mariages royaux ne sont jamais innocents sur le plan des alliances. L’alliance de la Savoie m’estoit importante pour plusieurs raisons, et entre autres en prévision de la mort éventuelle du Roy d’Espagne.

En ce qui concerne l’enfant dont vous me parlez, j’ay déjà eu l’occasion, dans mes précédentes correspondances avec vos contemporains (que, paroit-il, vous pouvez consulter), de dire tout ce que j’avois à dire à ce sujet.

Louis