Alexandre
écrit à

   


Louis XIV

     
   

Gêne et sujets

    Majesté,

Envoyer une missive au roi le plus célèbre de France, c'est pour moi un honneur.

Pardonnez-moi cette question indiscrète, mais n'avez-vous jamais été gêné lorsque vos sujets vous regardaient vous lever, vous habiller ou même faire vos besoins?

J'ai lu, d'après Mme de Sévigné, que vous aviez humilié un de vos sujets en lui faisant lire un de vos poèmes et en lui demandant ce qu'il en pensait. Est-ce vrai, Majesté?

Votre jeune serviteur,

Alexandre 14 ans


Monsieur,

Ne craigniez rien, vostre question n'est point indiscrète et il me fait grand plaisir de pouvoir y apporter response.

Ces cérémonies (celles du Lever, Coucher, etc.) ont toujours fait partie de ma vie, au plus loin que je me souvienne. Je n'ay jamais esté seul pour me lever, me coucher, m'habiller, manger ou quoi que ce fust d'autre. Il n'est point non plus gesnant de faire mes besoins, chose tout à fait naturelle. D'ailleurs, les medecins qui m'entourent assistent souvent à ces besoins naturels, car ils doivent recueillir et observer le résultat pour s'assurer de ma santé. Vous voyez donc par ces explications que ce genre de choses n'est point gesnant et plutost habituel. Un Roy n'a point de vie que celle d'exercer son mestier. Et je vous asseure que j'adore ce mestier qui est le mien. Je ne ressens donc point de gesne dans ces situations, qui furent des plus communes pour moy dès mon jeune age.

Il m'est arrivé, surtout dans mon jeune tems, d'escrire des poèmes et de les faire lire sans en dire l'auteur. Ces situations permettent de connoistre ce que pensent vraiment les lecteurs, au travers des multiples flatteries que l'on pourroit me donner si je disois ouvertement par qui ils ont esté escrits. J'ay renoncé assez tost à l'exercice d'escrire moi-mesme des poèmes et je peux bien vous avouer que je n'ay jamais esté très doué dans cet art.

Voilà, Monsieur, les responses à vos questions.

Louis