Fronde, Versailles et Ministres
       

       
         
         

Arwen

      À ce Grand Roy devant qui l'astre des cieux pâlit,

Tout en me promenant parmi les splendeurs de votre château de Versailles, quelques questions me sont venues à l'esprit, auxquelles j'espère que votre grandeur voudra bien répondre avec sa grâce habituelle.

1. Est-il vrai que Versailles permettait en quelque sorte à Votre Majesté de tenir en laisse ces grands Seigneurs afin que ne se répètent plus les événements du type de la Fronde?

2. Était-ce aussi une revanche sur la misère dont Votre Majesté a souffert durant son enfance?

3. Votre valet La Porte a colporté bien des rumeurs dont une particulièrement troublante concernant le Cardinal de Mazarin qui expliquerait les rapports amour/haine que vous aviez. Est-ce que cette histoire est fondée? Ainsi que l'anecdote du «Grand Turc»?

4. Sans vouloir offenser en quelque manière que ce soit Votre Majesté, permettez-moi de Vous dire que j'ai été quelque peu surprise en visitant Versailles: autant les jardins créent un effet de perspective qui rend le château imposant, autant les pièces me semblent modestes pour accueillir la foule de courtisans qui s'y empressent. Et on m'a dit que ces derniers sont logés dans des réduits sous les combles. Je n'ose imaginer dans quelles conditions et encore moins celles de vos serviteurs dévoués. Auriez-vous la grâce de m'éclairer sur ce point?

5. En fin politique que vous êtes, pratiquiez-vous le principe «diviser pour mieux régner» en ce qui concerne vos principaux Ministres, Messieurs Louvois et Colbert?

Je suis infiniment reconnaissante à Votre Majesté de Son attention.

 

       
         

Louis XIV

      Madame, dont je n'ay pas l'honneur de connaistre le nom, je vous donne le bonjour.

Voici les responses à vos questions, et j'y respondrai dans le mesme ordre et de la mesme façon que dans celui où vous me les avez posées.

1. Il est toujours préférable d'avoir ses amis, comme ses ennemis potentiels, près de soy, plutost que de les laisser comploter au loin. Si je n'avois pas cette idée précisément en teste lors de la construction du chasteau et des jardins de Versailles, il est vray cependant que Versailles fut d'abord et avant tout le lieu de mes plaisirs et de mes divertissements et mes divertissements, comme tout le reste, avoient aussi une utilité politique. Si l'on veut que les gens ne s'esloignent point trop de soy, il faut les divertir, eut comme moy et Versailles eut son rosle à jouer en ce domaine.

2. Vous avez raison, les lieux où j'habitois dans mon enfance, bien que très beaux, n'avoient pas le charme irrésistible de Versailles. Je ne sais point si l'on peut parler de revanche mais Versailles est certainement un goust de bastir que j'eus dès mon jeune asge et qui ne se démentit jamais. Il s'agit aussi et surtout de démontrer à toute l'Europe ma magnificence et ma gloire et par le fait mesme celle du Royaume.

3. Je ne me préoccupe point des historiettes, vrays ou non, colportées par La Porte. Tellement de gens disent tellement de choses. L'on m'informe de tout ce que je dois savoir et là s'arreste mes connaissances des rumeurs et historiettes. Quoi qu'il en soit, je n'eus jamais de haine envers feu le Cardinal Mazarin, qu'avoit choisi la Reyne ma mère pour s'occuper de mon Royaume pendant ma minorité. Quant au Grand Turc, sans doute voulez-vous parler du moment où je reçu à la Cour une personne en provenance de la Porte qui se trouva finalement n'estre point un ambassadeur officiel.

4. En ce qui concerne les logements à Versailles, ceux-ci sont distribués en fonction de la qualité des gens qui les habiteront. Imaginez la grandeur qui auroit esté nécessaire pour le chasteau s'il avoit fallu faire de grands appartements avec fenestre pour tous les courtisans de toutes les conditions? Aussi, comme je vous le disois, mon but premier avec Versailles n'estoit pas pour loger toute la Cour et le gouvernement en permanence, mais plutost pour les plaisirs et les divertissements. Les problèmes de logement se posèrent au moment du déménagement du gouvernement à Versailles. Je ne décidai que plus tard de m'y installer pour tout de bon et je fis construire de nouvelles ailes. Les constructions à Versailles n'estant jamais vraiment terminées, le problème du logement est en constante esvolution.

5. Ce que je peux vous dire sur ce sujet, c'est que pour Louvois, Colbert, leurs familles et les autres personnes qui sont à mon service, ceux-ci ne sont jamais assurés de ma faveur esternelle. Je suis libre de favoriser une personne ou l'autre, une famille ou l'autre selon les circonstances du moment et les besoins du Royaume. Ils se doivent donc de tenter de conserver ma faveur et de faire preuve de zesle pour mon service et celui du Royaume.

Vous semblez avoir aimé les jardins de Versailles. Les avez-vous visités dans l'ordre dans lequel ils sont le plus à leur avantage?

Louis