Samy
écrit à

   


Louis XIV




Connaître votre vie

    Sire,

Je me prénomme Samy, je vis à Saint-Ouen, je suis né le vingt-quatre février 1994 ,je vais au Collège Michelet. J'ai choisi de vous écrire à vous, Louis XIV, car à l'école je vous ai étudié pendant deux années consécutives donc je connais beaucoup d'informations sur votre vie.

Vous êtes né à Saint-Germain-en-Laye le 14 mai 1643, tout le monde vous surnommait Louis Dieudonné. Vous n'aviez que cinq ans lorsque Louis XIII, votre père, est mort: étant alors si jeune, aviez-vous conscience des responsabilités qui allaient vous revenir? Avez-vous eu du chagrin? Quelles relations aviez-vous avec votre père? Vous enseignait-il le métier de roi?

J'ai l'honneur d'être, Sire, de votre majesté, le très humble et très obéissant serviteur,

Samy

Monsieur,

Cela est bien drole de lire vostre année de naissance, 1994, pour moy qui vous escris de l'an 1715!

Vous semblez en effet me connoistre assez bien, mais je me doy de corriger un petit quelque chose: je suis bel et bien venu en ce monde à Saint-Germain-en-Laye mais non point le 14 mai 1643, date du decès du Roy mon père, mais bien le 5 septembre 1638. Mais je voy par là que vous avez bien retenu la date précise où je suis devenu Roy. Il est vray que je n'avois que cinq ans à ce moment-là et je n'avois alors aucune conscience de mes responsabilités. Par contre, j'en pris conscience en grandissant et cela assez rapidement.

Je ne puis dire avoir eu beaucoup de chagrin… J'estois si jeune et je n'estois point très proche du Roy mon père. Je n'ay point beaucoup de souvenirs de ce tems, mais l'on m'a souvent raconté que mon frère et moy avions parfois peur de luy lorsqu'il nous rendoit visite. Sans doute ne méritoit-il point un tel traitement et il s'agissoit là de ces peurs d'enfans, souvent incontrolables. Avant l'age de sept ans, les enfans passent leur tems avec les femmes.  À sept ans, leur veritable education commence. On dit alors que les enfans «passent aux hommes». Si mon père avoit vescu jusque là, sans doute auroit-il pu m'enseigner le mestier de Roy et j'aurois peut-estre alors entretenu des relations plus estroites avec luy.

N'hesitez point, Monsieur, à m'escrire de nouveau,

Louis