Bas et jarretières
       

       
         
         

David Furdos

      Sire,

Que Votre Majesté pardonne à mes questions leur caractère indiscret et saugrenu. Il eut été ô combien préférable, je le conçois aisément, de discuter de telles futilités avec une toute autre personne que vous, dont la grandeur et l'éclat sont au-delà de ces bassesses. Mais le fait est là, je m'interroge. Et vous vous êtes trouvé être le seul intéressé à pouvoir me renseigner. Aussi j'implore Votre Majesté de daigner répondre à la présente.

Un auteur français réputé n'a pas craint de déclarer dans un ouvrage de référence que sous votre règne, Majesté, l'on ne portait pas de sous-vêtements. Pour les femmes, je peux le comprendre. Pour les hommes également, du moins du temps de la rhingrave. Mais enfin, quand on cessa de la porter, cela devait se voir. Qu'en est-il? Cet auteur a-t-il raison? Le sous-vêtement masculin est-il réapparu après la disparition de la rhingrave? Et le féminin?

En outre, monter à cheval sans dessous devait s'avérer douloureux, du moins pour les hommes puisque les femmes montaient en amazones. Encore que leurs accidents devaient être folkloriques si jamais elles étaient troussées par la chute... J'implore donc un cavalier acharné tel que Votre Majesté de me répondre: se peut-il que cet auteur ait raison?

J'espère ne pas trop lasser Votre Majesté par ces futilités, mais une autre question me tourmente. Sous votre règne les femmes attachaient leurs bas à l'aide de jarretières, de nombreuses représentations en attestent. Mais qu'en est-il des hommes du temps de la rhingrave et, après cette mode extravagante? Leurs bas étaient-ils maintenus par la rhingrave ou la culotte, ou par des jarretières, comme les femmes?

Je remercie, d'avance, Votre Majesté pour l'attention qu'elle daignera accorder à la présente et suis, de Votre Majesté, le plus fidèle serviteur.

 

       
         

Louis XIV

      Monsieur Furdos,

Je vous avoue que la lecture de vostre missive m'a bien diverti. Vos questions sont d'une originalité et posées sur un tel ton qu'il ne sera point malséant pour moy de leur faire responses.

En ce qui concerne la première partie de vostre question, la chemise estant d'une bonne longueur, elle est repliée par le dessous, avant de mettre le haut-de-chausse. Cela est confortable, mesme à cheval. Je n'y vois aucun inconvénient. Cela va de mesme pour les femmes, sous les jupons.

En ce qui concerne les bas, que ce soit du temps de la rhingrave ou après, les bas sont tenus en place par des jarretières que l'on attache au dessus du genou.

J'ose espérer que ces quelques renseignements sauront respondre à vos questions.

Louis