Daniel
écrit à

   


Louis XIV




À Sa Majesté très chrétienne Louis le quatorzième Roi de France et de Navarre

   

Votre Altesse,

Avant toute chose, c'est un très grand honneur de pouvoir m'adresser à un monarque qui marqua l'histoire de l'humanité tout comme les grands pharaons de l'ancienne Égypte, qui nous ont laissé tant de trésors.

Je voudrais savoir, s'il plaît à Sa Majesté de bien vouloir me répondre, quelles furent ses ambitions territoriales, c'est à dire, les territoire qui, selon Elle, reviennent de droit au royaume de France. Moi, je vis dans la région qui à votre époque, se nomme les Pays-Bas autrichiens et aujourd'hui, le royaume de Belgique et qui a Bruxelles comme capitale. En effet, les Habsbourg ont perdu toutes leurs couronnes après un long et douloureux déclin qui a commencé grâce à vous. L'empire lui-même n'est plus; a-t-il seulement existé autrement que de nom?

Vous dites, dans plusieurs lettres à mes contemporains, avoir trop aimé la guerre. Qu'est-ce qui vous fait penser cela? Je sais que pour beaucoup de ces guerres, vous n'aviez pas le choix mais que beaucoup d'autre auraient pu être évitées. Quelles guerres, selon vous, ne furent pas utiles?

À notre époque, du moins en cette partie d'Europe, nous ne connaissons pas la guerre depuis soixante-huit ans. Et j'espère que cela durera encore longtemps. Mais d'autres parties du monde n'ont pas cette chance.

J'espère que Votre Altesse se porte bien et que les aléas de l'âge ne La font pas trop souffrir. J'imagine que si vous aviez vécu à notre époque, vous seriez toujours en très bonne santé; la médecine a en effet fait des progrès extraordinaires. Ainsi, il n'est pas rare de vivre très vieux de nos jours. Mais tout cela ne doit pas intéresser Votre Altesse qui, de par ses fonctions royales, doit être très occupée.


Avec tout mon respect et mon admiration,

Daniel


Monsieur,

Vous me voyez désolé du retard qu’a pris ma lettre avant de vous rejoindre. Mais il semble que le tems ne passe point de la mesme manière pour vous que pour moy.

Il est dit qu’un Roy ne peut avoir d’ambition de conqueste territoriale sans un motif valable. Soyez assuré que toutes les guerres que j’ay menées ont respecté cette règle. Les Pays-Bas espagnols, où vous semblez vivre, font partie de ces territoires.

Il est vray que j’ay trop aimé la guerre. Bien que je croie que toutes les guerres qui furent menées étaient nécessaires au bien du royaume, il me semble que pour certaines, peut-estre une alliance ou une entente aurait pu estre davantage recherchée dans le but d’éviter la guerre ou de la retarder, pour le soulagement de mes peuples. Mais le passé est le passé et nous ne pouvons revenir en arrière. La dernière guerre particulièrement fut bien difficile pour mes sujets.


N’hésitez point à m’escrire de nouveau,

Louis