Sabine Masy
écrit à

   


Louis XIV

     
   

À la tête des troupes

    Bonjour Sire,

J'ose espérer que votre majesté se porte bien.

Il est juste qu'un Roi se mette à la tête de ses troupes et qu'il assume le rôle de commandant en chef des Armées. Votre Majesté aurait-elle l'amabilité de me rappeler en quelle circonstance, le Roi s'est mis en première ligne?

Respectueusement,

Sabine Masy

P.S. Comment se porte Madame de Montespan? Cela fait longtemps que je n'entends plus parler d'elle.



Madame,

J'ay toujours aimé estre à la teste de mes armées et je l'ay souvent fait. Cependant, l'on m'a souvent empesché de le faire comme je l'aurois voulu, estant donné les dangers que cela impliquoit. Cela ne m'empescha point de m'y mettre quand mesme, dans plusieurs circonstances.

Madame de Montespan nous a quittés il y a desja plusieurs années, en 1707.

Louis



 
Je suis très peinée d'apprendre la disparition de Madame de Montespan. Veuillez accepter, Sire, mes plus sincères condoléances.

Vous êtes un roi très courageux; cela dit, se mettre en première ligne, comme vous le dites si bien, comporte certains dangers, et c'est chose normale que de vouloir protéger le chef de l'État.

Aimez-vous toujours autant les pièces écrites par Molière? Dansez-vous toujours sur la musique de Monsieur de Lully?

A bientôt, Sire, ce fut pour moi un immense honneur que de pouvoir correspondre avec votre majesté.

Respectueusement,

Sabine Masy,
Sujette du Roi d'Espagne



Madame,

Monsieur Molière a escrit des pièces sublimes que j'apprécie encore, bien que celles-cy ne soient plus jouées aussi souvent que par avant et que le ton et le goust de mes divertissemens aient changé quelque peu avec le tems.

Bien que je continue d'apprécier la musique de Monsieur de Lully, je ne danse plus sur le théatre depuis de très nombreuses années. À vray dire, je ne danse plus tout court, puisque je souffre malheureusement de la goutte depuis longtems desja et cela m'empesche bien entendu de danser, comme vous le pouvez bien vous l'imaginer.

Je vous donne le bonjour, chère Sabine, sujette du Roy d'Espagne, mon petit-fils.

Louis



Je remercie votre majesté pour l'honneur qu'elle me fait de me répondre avec autant de rapidité. Hélas! Sire, je ne suis pas assez brillante épistolière. Je n'ai pas le talent de Madame de Sévigné qui fut en son temps l'une des plus brillantes. Ma foi, Sire, on ne peut tout avoir!

Il est vrai, Sire, que Molière n'est plus assez joué même à mon époque et c'est bien dommage car les textes écrits par ce brillant auteur n'ont pas pris une ride et les défauts de l'homme qu'il décrit dans ses pièces sont toujours bien présents. Monsieur de Lully semble aussi bien tombé dans l'oubli à l'heure actuelle, sauf pour les mélomanes avertis comme moi, qui trouvent cette musique magnifique. Mais bon! À mon époque, je passe pour une douce rêveuse...

Sire, si Votre Majesté souffre de goutte (aïe, c'est douloureux ça!) il faut qu'elle se soigne bien. Avez-vous de bons médecins? Je pense bien qu'avec votre âge vénérable vous ne montez plus sur scène, mais que ce sont des danseurs professionnels qui le font à votre place.

Comment se porte le petit dauphin (je parle de votre arrière-petit-fils)? Il y a longtemps que je n'ai plus eu de nouvelles de Son Altesse Royale.

Remerciez pour moi Sa Majesté le Roi d'Espagne (je crois qu'à votre époque, mon pays, la Belgique, faisait partie de ses provinces du Nord, mais je n'en suis plus très sûre).

À bientôt, Sire, que Votre Majesté se soigne bien!

Respectueusement,

Votre dévouée,
Sabine



Madame,

Ne vous inquiétez point, je vous prie, de ma santé. J'ay les meilleurs médecins du Royaume.

Vous avez bien raison, il y a déjà longtems que je ne danse plus sur scène, et mesme bien avant que la goutte ne m'assaille.

Le Dauphin se porte à merveille. Mais il est encore si jeune et à cet aage, les enfans sont si fragiles.

Je vous donne le bonjour,

Louis



Sire,

Je remercie Votre Majesté pour l'immense honneur qu'elle consent à me faire en correspondant régulièrement avec moi.

Comme les fêtes de fin d'année approchent, je me permets de souhaiter à Votre Majesté de Joyeuses fêtes de Noël et une bonne et heureuse année.

Je travaille pour le moment sur le château de Versailles. Votre Majesté aurait-elle la gentillesse de m'éclairer sur la vie de Cour telle que vous l'avez connue, cela me serait utile pour la rédaction de mon texte.

À bientôt Sire, vos lettres me font un immense plaisir.

Votre humble sujette
Sabine



Sire,

J'aimerais beaucoup que Votre Majesté m'éclaire sur les points suivants: quand et comment se déroulait la cérémonie du grand couvert? Quelles étaient les personnes autorisées à vous accompagner dans ce cérémonial? Était-ce les membres de la famille royale proche? Les princes du sang?

Qui était autorisé à vous approcher lors des cérémonies du petit et du grand lever?

L'étiquette régissait-elle tous les aspects de la vie quotidienne de la cour de France? Y avait-il des rituels précis à suivre selon que Votre Majesté parcourait les Jardins de Versailles (mes compliments, Sire, c'est une pure merveille ces jardins), se rendait à la Messe ou assistait à une pièce de théâtre ou à un concert? Qui était admis dans votre cercle intime?

Voilà, Sire, j'ai fait un peu le tour des questions que j'avais à poser. J'espère qu'elles sont assez précises?

À bientôt, Sire, c'est toujours un immense honneur de correspondre avec Votre Majesté.

Votre dévouée sujette,
Sabine



Madame,

Il m'est arrivé de respondre à ces questions d'Etiquette à un autre de vos contemporains. Je vous repeteray donc ici ce que je luy ay dit, mais si vous désirez que je vous entretienne plus longuement de l'un ou l'autre de ces sujets, n'hésitez point à me le demander.

L'Etiquette de la Cour règle le quotidien, du matin jusques au soir, et il existe bien évidemment certaines variations selon les événemens et circonstances. Je vous descriray icy une journée typique à Versailles. Le réveil se fait à 8 heures et demie, mais les officiers de ma maison s'affairent desja depuis quelque tems. À 8 heures et demie donc, c'est le réveil. Après la prière, je me lève et commence le Petit Lever. Ont droit d'assister au Petit Lever les Princes de la famille royale, c'est-à-dire ceux qui ont les Grandes Entrées, bien que maintenant, après la mort de Monseigneur mon fils, de mes deux petits-fils les ducs de Bourgogne et de Berry et le départ du duc d'Anjou devenu Roy d'Espagne, les Princes de la famille royale se fassent moins nombreux. Y peuvent assister cependant le duc d'Orléans mon neveu, le duc du Maine et le comte de Toulouse, mes fils. Après m'estre fait laver, raser et peigner, vient le moment du Grand Lever et ont droit d'y assister ceux qui ont les Petites Entrées. C'est là que je prens mon bouillon et que je m'habille avant de passer dans le Cabinet du Conseil où je donne l'ordre de la journée, savoir s'il y a chasse, promenade, etc. Les Audiences peuvent estre aussi données à ce moment là.

Suit la Messe que j'entens quotidiennement, entre 10 et 11 heures. À cette heure, c'est le moment du Conseil. Dépendant du jour de la semaine, ce peut estre le Conseil d'En-Haut, des Despesches, des Finances.

À 1 heure, c'est le disner, le plus souvent au Petit Couvert, c'est-à-dire seul dans ma chambre. J'entens par seul que ce n'est point un disner familial ou avec aucun invité particulier.

L'Après-Disner est réservé à diverses activités, comme la promenade. L'Etiquette s'applique ici, comme ailleurs.

Au retour, vers 6 heures, c'est le moment de travailler dans le particulier avec un ministre préalablement convoqué, et ce jusques à 10 heures, le moment du souper au Grand Couvert, c'est-à-dire que les Princesses y assistent.

L'Après-Souper est consacré à passer quelques momens avec les dames puis avec la famille. Vient ensuite la cérémonie du Coucher, d'abord vient le Grand Coucher puis elle se termine par le Petit Coucher, suivant mesme principe que pour le Lever. Il est aux alentours de la minuit lorsque j'ay loisir de m'endormir.

Comme je vous le disois plus haut, si vous désirez d'autres renseignemens, il me fera grand plaisir de vous respondre plus longuement sur un ou plusieurs des sujets dont il est question ici.

Louis



Sire,

Je remercie Votre Majesté des renseignements si précieux qu'elle consent à me donner. Cela m'aidera pour terminer mon travail. J'étais à cours d'inspiration. Mais, grâce à ses conseils, je vais pouvoir achever ce que j'avais à faire.

Merci, Sire, c'est toujours un immense plaisir et un honneur que de pouvoir correspondre avec vous.

Joyeux Noël et une bonne heureuse année à vous et à votre famille.

Votre dévouée sujette,
Sabine



Madame,

Ce fut, comme tousjours, un grand plaisir de pouvoir vous estre utile.

Louis



Merci, Sire, et à très bientôt, votre amie prend quelques jours de vacances bien méritées à l'occasion des fêtes de fin d'année.

Sabine