Retour en page d'accueil de Dialogus

Blandine
écrit à

Lolita


Humbert Humbert aurait-il pu guérir?


   


Chère Lolita,

J'ai lu, dans plusieur traductions, le livre qui t'est consacré. Certaines choses m'intriguent: je sais qu'Humbert s'est mal comporté envers toi, mais tu dois savoir qu'en même temps, il t'aimait passionnément. Peut-être que si tu étais retournée auprès de lui, il t'aurait aimée en tant que femme, et non plus en tant que nymphette, comme il disait. N'est-ce-pas ce qu'il a affirmé, d'ailleurs,vers la fin de son ouvrage? Il aurait pu être guéri, grâce à toi, de son goût «pervers», et apprendre à aimer une vraie femme, toi en l'occurrence, tout en t'adorant autant qu'avant. N'aurait-il pas alors été un compagnon aussi respectueux, mais plus aimant, que ton jeune mari? Y as-tu parfois pensé?

Blandine


Allô Blandine,

WOW! C'est pas tous les jours que je lis une lettre comme la tienne! Humbert n'a pas été correct envers moi, c'est vrai. C'est chouette que quelqu'un le reconnaisse. D'habitude, c'est plutôt moi qu'on traite de petite agace (dans ces mots-là ou dans d'autres, mais tu sais, moi, je suis «vulgaire»).

Qu'il m'ait aimée? Peut-être. Mais pour moi, il reste un père. Je ne me verrais pas passer toute ma vie avec mon père! Je ne suis pas là pour guérir les gens, moi! J'voulais être une star, pas une psy! Respecteux, aimant...  c'est Dick tout craché, ça! Humbert était plutôt contrôlant et égoïste, si tu veux tout savoir. Me donnait de l'argent pour mes «faveurs», me le reprenait après. Pas sûre que ce soit ça, la définition d'un gars respectueux et aimant.

Meilleure chance la prochaine fois,

Dolly

************************Fin de page************************