Sylviane Trotignon
écrit à

   


Lilith

     
   

Votre bilan?

    Chère Madame Lilith,

Je vous remercie pour toutes ces explications. Mais vous conservez cependant à mes yeux un mystère et je suis heureuse d'avoir enfin l'occasion de vous poser quelques questions.

1) Si vous étiez une déesse sumérienne et chtonienne, qu'est-ce qui a pris à la mystique juive de faire de vous un démon? Ne regrettez-vous pas ce temps d'avant où nul ne vous reprochait votre existence ni la façon de mener votre existence?

2) Quels sont vos rapports actuels avec Ève? Êtes-vous amies?

3) N'êtes-vous pas fatiguée de vous battre? Vous est-il arrivé d'avoir envie de déposer les armes et de jouir du repos -bien mérité- de la guerrière? Et si non, qu'est-ce qui vous donnerait envie d'arrêter de combattre?

4) La vie sans Adam est-elle plus amusante? Avez-vous trouvé quelqu'un qui vous convienne mieux?

5) Êtes-vous heureuse?

6) Quels sont vos projets d'avenir?

Personnellement je vous trouve bien patiente, car accepter de porter à soi toute seule la part d'ombre des autres c'est quand même un sacré boulot.

Merci de satisfaire ma curiosité de femme,

Une terrienne



Madame la Terrienne,

Je découvre ta correspondance et les mystères qui te préoccupent. Je crois que tu as eu l'occasion de converser avec ma succube. Je suis bien aise qu'elle n'ait pas eu l'audace de lever MES mystères.

Si tu veux vraiment comprendre, ôte de ton esprit ce que les traditions y ont mis. J'ai été déesse sumérienne, entre autres. Cela ne me définit pas. C'est aussi réducteur que si, pour te définir, je disais que tu es une femelle.

J'ai rencontré quantité d'êtres plus intéressants que mon premier compagnon et j'ai connu un être, semblable à moi. J'ai appris de lui que deux esprits peuvent devenir un, plus éveillé que la somme des deux.

Je représente peut-être l'ombre pour ceux qui me voient en destructrice, mais je suis le désir et la passion qui engendrent la création et je suis une part d'eux-mêmes chaque fois qu'ils aspirent à un peu de liberté.


Va librement,


LiLiTH