Retour en page d'accueil de Dialogus

Eric 
écrit à

Lilith


Pistis Sophia


   

Chère Lilith,

Je vous ai écrit il y a quelques années et vous m'invitiez à ce moment-là à laisser mon esprit se souvenir, me rappeler qu'il existe en nous une étincelle divine à retrouver ou à rechercher.

Je crois, aujourd'hui, commencer à comprendre de quoi il s'agit, mais ça reste encore flou. En fait, je suis assez «fanatique» dans mes recherches. J'ai cherché un exemple pour répondre à cette idéal «fou» pour la plupart des humains et j'ai trouvé le Christ. Il peut répondre pour toutes les dimensions, pour soi-même, pour cette humanité malade, pour l'Évolution. Je l'ai choisi, je l'assume dans sa vérité, dans sa force pour construire mon futur, bientôt présent j'espère.

J'ai découvert le livre de la Pistis Sophia et l'enseignement de Jésus, après sa résurrection, pour la libérer. J'ai l'impression que Sophia est le symbole de l'étincelle divine qu'il faut délivrer. Peux-tu me faire part de ton avis?

Et Marie, ta complémentarité à mon avis, ne construit-t-elle pas le Christ en nous lorsque nous communions avec l'étincelle? Pour finir, Samael représente-t-il Lucifer sous un autre nom, ou peut-il être un guide plus personnel lorsque nous l'invoquons?

Au nom de la Vérité et de l'amour, je t'aime, Lilith, ma Kali,toi qui m'a appris à me respecter, à être, et à découvrir que l'homme en fin de compte est GRAND.

À bientôt,

Éric


Eric,

Je me souviens de toi et de la cage que tu dressais autour de ton esprit. J'ai plaisir à te voir revenir, à savoir que tu foules les chemins de la connaissance, même si le pas est hésitant.

Christ... Un personnage intéressant n'est-ce pas? Quelle pitié que son histoire ait été à ce point dénaturée! Qu'il s'agisse de la Pistis Sophia ou des Évangiles, ils nous en apprennent plus sur la vision et la personnalité de leurs auteurs que sur Jésus. Ne considère aucun texte comme totalement digne de foi, mais prends ce que chacun t'offre. La vérité n'est pas en eux, mais en toi.

L'idéal n'est pas un, il est multiple. Chaque étincelle brille à sa manière. Et finalement, le mieux qui puisse t'arriver est de ne jamais penser que tu as atteint ton idéal, car le cheminement est plus riche que l'aboutissement.

Quant à Samael, tu peux l'appeler Lucifer, tu peux aussi l'appeler Satan; il est tout cela. Les noms importent peu. Souviens-toi de lui trônant aux côtés de Celui-que-je-ne-nomme-pas, souviens-toi de sa rébellion et de la lumière dont il est porteur. Peut-être aurais-tu préféré ne pas posséder la lumière pour ne pas connaître l'ombre? Moi pas!

LiLiTH

************************Fin de page************************