Retour en page d'accueil de Dialogus

Kalki
écrit à

Lilith


Part obscure


   

Salut Lilith,

Je me permets de te tutoyer, j'imagine que ça ne te dérangera pas. Ce site permettant de se distraire, je rentre dans ce jeu de plain-pied.

Je pensais que tu avais été assez jugée par de jeunes gens qui ont laissé leur éducation parler pour eux. Je vais essayer d'inverser ce procédé: ne pas te juger, mais te voir comme un moyen d'évoluer.

Donc, ayant pris la peine de me renseigner un minimum, il semblerait que tu sois la représentation de la part obscure de la féminité. Je n'arrête pas de croire que tu es sûrement la solution pour toutes les femmes de ce monde.

Tu t'assumes, ainsi que ta sexualité et tes désirs, à la différence de la majorité des femmes qui vivent ici, et à qui la religion et l'éducation ainsi que la morale font reprouver leurs désirs.

J'aimerais maintenant en arriver au but: comment es-tu parvenue à ce stade? Que fais-tu de tes instants?

P.-S. Qu'il est cruel de penser que derrière ce correspondant se cache sûrement un homme barbu qui prend plaisir à voir les demandes qu'on lui fait!

Salutations




Kalki,

Me faire passer pour un homme, oui, pourquoi pas, l'ambiguïté peut être amusante, mais la barbe... allons... cela ne m'irait pas du tout. Je suis la première femme, mon cher, plus femme que votre Ève, si tu veux mon avis. Cesse donc de te torturer en m'imaginant telle que je ne suis pas, nous pouvons trouver mieux pour te faire souffrir, il me semble.

Bien: jouons donc maintenant puisque c'est là ton souhait... oh, tu n'imagines pas à quel point je peux être joueuse!

Et dis moi tout d'abord: pourquoi choisis-tu de me tutoyer pour ensuite passer au vouvoiement après m'avoir indiqué que tu t'étais «ré-enseigné»? Se pourrait-il que la littérature que tu as parcourue pour me connaître mieux soit un outil qui t'inciterait à marquer une distance que tu ne semblais pas souhaiter? J'espère au moins que cela ne t'a pas effrayé, cela pourrait être distrayant -mais le jeu serait trop simple.

Mais abordons donc ta question. Tout d'abord, je ne suis pas la part obscure de la femme, en tous cas pas de mon point de vue. Si tu me regardes avec les yeux des hommes d'église d'autrefois, je le serai certainement. Il n'y a rien d'obscur à accepter le fait qu'on a des buts, des envies, des instincts et à refuser qu'un homme, sous le prétexte qu'il est d'un autre sexe, nous dénie ce droit.

Ce que je suis n'est pas le fruit d'une évolution, j'ai été créée ainsi et je n'ai cessé d'agir selon ma nature, entière, passionnée, vive, sensible aussi. Sensible... c'est devenu une tare dans votre société qui oublie tout ce que la sensibilité a permis à l'humanité de créer. Moi je n'oublie pas.

Et toi, dis-moi, toi qui choisis d'être différent en t'adressant à moi, qu'est-ce qui t'anime? Raconte-moi donc tes instants et, je t'en prie, épargne-moi les banalités, j'en ai eu plus que mon compte.

LiLiTH


************************Fin de page************************