Retour en page d'accueil de Dialogus

Yûko
écrit à
Lilith
Lilith


Ooh toi!


    Lilith,

Je croyais que tu n'étais qu'une anarchiste au milieu du beau jardin d'Eden. (Ce n'est qu'une vulgaire comparaison, excuse-moi!). Heureusement que je me renseigne: j'ai lu avec attention la réponse à une lettre qu'on t'a envoyée: «Qui es-tu?»

Tu as dit: «Sans compter que dans nos rapports intimes, il faisait preuve d'un cruel manque d'imagination, et ne supportait pas mes remarques, pourtant destinées à l'aider à améliorer l'ordinaire...».

Adam est un faible en fait. Il aurait dû écouter tes demandes et essayer de s'améliorer sexuellement pour te plaire. Et non cet écervelé veut faire de toi une gentille femme qui est toujours d'accord avec lui et qui simule en plus de cela! Quand on est faible, on l'assume! Te punir pour avoir imposé tes droits en tant que femme, c'est lâche. Oh je t'aime toi!

Yûko


Ha la la! Tu ne serais un peu expéditif Yûko? Je vais mettre ton erreur sur le compte de la fougue et ne pas m’emporter.
 
La lettre à laquelle tu fais référence n’est pas de moi. Elle émane de l’une de mes succubes qui avait eu l’audacieuse idée de se faire passer pour moi.
 
Le différend qui m’a opposée à Adam va bien au-delà de l’absence de fantaisie dans nos parties de bête à deux dos, même s’il est vrai que les choix de mon compagnon n’étaient pas de nature à éveiller mes sens.
 
Le jour où j’ai décidé de quitter l’Éden, c’est bien plus que l’absence d’extase au terme d’une étreinte que je déplorais…
 
LiLiTH

************************Fin de page************************