Retour en page d'accueil de Dialogus

 Chloé
écrit à

Lilith

Les sorcières, le féminisme et vous.


   

Chère Lilith,

Je m'intéresse beaucoup à votre image, celle que vous représentez: une femme moderne. Vous êtes en fait la toute première figure du féminisme. Mais les sorcières, que vous protégez, ressemblent-elles à de vieilles femmes aux chapeaux pointus? Pourquoi les protégez-vous? Parce qu'elles représentent aussi, d'une certaine façon, le féminisme? Je réalise d'ailleurs un projet scolaire sur les sorcières modernes. Cependant, pour parler de l'époque moderne, il faut partir de l'origine du mythe de la sorcière. Et j'en arrive à vous, Lilith. Vous considérez-vous comme étant une sorcière? Que reste-t-il de l'image de la sorcière (à part les féministes, que les hommes nomment «affectueusement» sorcières, aujourd'hui?
 
En attente de votre réponse, chère Lilith,

Chloé


Chloé,

J'aime à me considérer comme sorcière parce que c'est sous ce terme que les hommes ont désigné les premières femmes de savoir. Celles qui furent pointées du doigt pour un supposé commerce démoniaque étaient en fait des accoucheuses et des guérisseuses. Elles étaient une menace pour l'ordre établi car elles grignotaient un pouvoir réservé aux hommes.

J'en ai connu de très belles, qui ne ressemblaient pas à l'image grotesque que l'on en fit.

Aujourd'hui, elles sont toujours là. Ce ne sont plus des accoucheuses mais elles ont gardé la même curiosité pour l'univers et les forces de la nature. Peut-être que leurs pratiques font sourire, parce que leurs rituels semblent issus d'un autre temps. Pourtant, elles comptent parmi les rares humains à avoir compris que les hommes sont un maillon d'une chaîne infinie et que toute vie est influencée par l'énergie des autres vies.

LiLiTH

************************Fin de page************************