Retour en page d'accueil de Dialogus

BleuCIEL
écrit à
Lilith
Lilith


Le bien, le mal


    Hello Lilith,

On s’aperçoit au fil du temps que les forces du mal triomphent en général des forces du bien: que retient-on de l’histoire? Les guerres, les famines, le côté obscur. Quand on dit que l’amour et l’espoir sont plus forts que tout, n’est-ce pas simplement pour faire vivre une maigre tranche de vie de laquelle jailliront l’effroi et la mort?

Quel est ton point de vue? Que ressens-tu?

BleuCIEL


Il n'y a pas de force du bien, ni de force du mal, voila la vérité. Tant d'hommes se parent d'une belle idéologie pour légitimer leurs crimes et tant d'autres se veulent sombres et dissimulent ainsi leur vulnérabilité.

Nul homme, nulle société humaine ne peut légitimement affirmer qu'elle est totalement mauvaise ou totalement bonne. Ainsi ni le mal ni le bien ne triomphent jamais et l'humanité peut continuer à palpiter entre ces deux extrêmes.

LiLiTH


Bonjour LiLi,

Je suis surpris que toi qui représentes le mal dise: «Il n'y a pas de forces du bien, ni de forces du mal, voilà la vérité» et «Ainsi ni le mal, ni le bien ne triomphent jamais». Tu n'as pas la gnack, tu as pas mangé ton Nesquik ce matin?

Ta belle prose ne me convainc pas car ce qui compte ce sont les faits, pas les intentions... On ne retient de l'Histoire que les guerres, les famines, les tsunamis... Et pas les joies éphémères, le bonheur, tout ce qui ne dure pas bien longtemps car toujours le mal y met un terme: la mort par exemple... Ne vient-elle pas mettre un terme à la vie?

BleuCIEL


Ce serait simpliste de penser qu'il y a le bien, le mal et que ces forces sont distinctes. Tu évoques ce que l'Histoire retient, les guerres notamment; je suppose que selon ta vision il s'agit là d'expressions du mal. Pourtant nombre d'historiens et d'économistes t'instruiront sur les avancées technologiques ou sociales que ces conflits ont provoquées.
 
Tu me voudrais incarnation féminine du mal et moi je te dis que je ne le suis pas. Au nom de quoi devrais-je l'être? S'opposer aux règles d'Adam serait donc se placer dans le camp du mal? J'ai fait des choix qui me semblent éclairés et lorsque je les ai faits, je n'ai pas décidé de «faire le mal», j'ai décidé de ne pas obéir à des lois sans fondement, j'ai décidé que l'humanité avait le droit d'accéder à la connaissance et j'ai décidé d'être libre.
 
Tu penses que la vie est sacrée, que la mort est un mal qui finit par gagner? J'aurais préféré la mort à une vie d'esclave!
 
Je te le répète, il n'y a pas le bien d'un côté et le mal de l'autre. Ils s'épousent, s'affrontent et s'enfantent l'un l'autre.
 
Laisse tomber ton Nesquik et grandis!
 
LiLiTH


Salut,

Dis-toi bien que ce n'est pas parce que tu t'ériges en Lilith que tu dois faire la leçon. Je trouve que tes considérations sur les guerres sont dénuées de fondement: certes, on pourra toujours dire que les tortures infligées aux Juifs ont permis de faire avancer la science... Nul!

Ta prose reste superficielle et ne repose ni sur une réflexion de fond ni sur une appréciation fine et sensible des choses. Reine des succubes et mère des démons, tu ne peux philosopher de manière objective: ta place ne le permet pas. Prends du recul et regardes d'où tu parles: tu n'es pas à contempler la scène, tu es dans l'action, alors tes réflexions sonnent creux. Qu'est-ce que cela te fait de pervertir, de provoquer, de vampiriser? C'était ma question de départ.

Bise, poison mortel,

BleuCIEL


Ta "question de départ", à laquelle tu reviens, était puérile, à l'image de ton argumentation. J'ai plaisir à argumenter avec mes détracteurs lorsqu'ils ont de l'esprit, mais tu en es dénué. Pire, tu contemples le monde avec des œillères.
 
Ce débat est stérile car en réalité tu ne cherches pas la discussion. Tu le dis toi-même: pour toi je ne peux être objective. Ha, tu me fais bien rire, petit Adam: comme si tu l'étais, toi!
 
Inutile de me répondre, je ne perdrai plus mon temps avec toi; je vais le réserver à batailler avec de plus talentueux opposants.
 
LiLiTH
 

************************Fin de page************************