Retour en page d'accueil de Dialogus

Charles 
écrit à
Lilith
Lilith


Chère Lilith


    Bonjour chère Lilith,

Moi, Charles, fils d'Adam je viens devant toi humblement.

Je prends conscience que l'égoïsme est dans ma nature. Je suis porté à prendre tout le plaisir pour moi-même et ne pas me préoccuper de l'autre.

Tu as vécu une situation similaire. Ce mal qui rongea Adam me ronge aussi. Et tu en es encore victime au travers de toute ces femmes qui souffrent de l'égoïsme des hommes. Alors je te demande aujourd'hui en toute humilité: as-tu découvert le remède à cette maladie? Mon égoïsme est source de souffrance chez les autres et la désharmonie résultante me déplaît.

Je préfère quand tout vas bien, quand il y a satisfaction des deux côtés. Mais pour cela je dois me débarrasser de cet égoisme qui me pousse a prendre pour moi le plaisir.

Que faire? Je t'admets que je me sens désarmé devant ce problème tant il me semble profondément ancré en moi. Que s'est-il passé lorsque l'androgyne fut séparé? Une chose est sûre, il est temps pour moi de cesser de n'en faire qu'à ma tête et de t'écouter.

Alors, j'attends avec impatience ta réponse. Je suis ignorant, Lilith, je l'ai toujours été, seule ta voix peu me guider. Une partie de toi est en moi dans mon psyché...

Charles


Charles,

Point de remède, ni de cure, l'égoïsme n'est pas une maladie.

Curieusement, je te répondrai que pour t'ouvrir aux autres, il faudrait t'ouvrir à toi, t'estimer un peu plus. Te contenteras-tu longtemps de ces petits plaisirs limités à ta seule appréciation, à ta seule sphère de conscience?

Reconstituer un androgyne n'est pas jouer au puzzle, c'est entrer en harmonie avec l'autre, c'est le stade ultime de la compréhension.

Si vraiment tu l'envisages, apprends à te connaître, à ressentir les limites que tu t'es fixé pour les dépasser.

Quant à ton rapport à l'autre, si tu considères les conséquences néfastes pour toi qu'entraîne ton comportement, tu fais encore fausse route. Observe l'autre, pour ce qu'il est, jusqu'à ce que ton regard reconnaisse chaque parcelle de son être comme unique. Alors apprends à comprendre ses émotions, jusqu'à les aimer, jusqu'à espérer les voir encore.

LiLiTH

Salutations Chère Lilith,
 
Pour entrer en relation avec les sentiments de l'autre, je dois entrer en relation avec mes propres sentiments, mes propres ressentis. Trop longtemps je les ai ignorés pour n'en faire qu'à ma tête avec les conséquences que tu connais...
 
Nous, les hommes, tel Adam, nous vivons dans notre tête et nous mentalisons tout. Tournant notre attention vers l'extérieur plutôt que vers l'intérieur nous cherchons à contrôler l'autre, alors que c'est nous-mêmes qu'il faut contrôler, maîtriser.
 
M'ouvrir à moi, m'estimer plus? De quelle façon? Et surtout au nom de quelle vertu? A voir comment je t'ai traitée au fil des âges je ne considère pas mériter beaucoup. Si tu daignais me parler, me pardonner... Si cela venait de toi et non de moi... Alors peut-être... J'ai été si stupide... Je te demande ce que je ne suis même pas sûr de mériter.
 
Je ressens la présence, la puissance de la psyché en moi et je me dis que c'est toi... C'est la partie de toi qui est restée en moi. C'est toi qui crée mes rêves, qui anime ma conscience. Et j'ai eu la stupidité de me montrer arrogant avec toi.
 
Je tenterai de mon mieux de faire comme tu me le conseilles, je ne peux qu'espérer un jour te voir prendre une forme physique et me parler de vive voix, ou alors lorsque je me souviendrai pleinement de qui je suis, je viendrai vers toi suivant le parfum des roses... Mais tu agiras comme bon te semblera et j'accepterai tes choix, quels qu'ils soient.
 
Mais, entre toi et moi, je trouve que nous avons été divisés assez longtemps. D'autres se moquent de nous et les humains continuent de souffrir. Je trouve que c'est indigne autant pour l'homme que pour la femme.
 
Je suis idéaliste, me diras-tu, mais je souhaiterais que nous soyons unis, pour ne jamais plus être divisés, que nous retrouvions notre forme originelle, celle d'Adam Kadmont.
 
L'irrespect de l'homme à sa propre sensibilité ainsi que de celle des femmes est hautement responsable du bordel planétaire que sont les affaires humaines. Mais j'admets honnêtement que c'est pour que moi-même et tout les autres humains vivent dans un meilleur confort que je fais tout cela. Mais le vrai confort, à mon avis, vient avec la sagesse et la sensibilité respectée. Le confort de bien vivre avec soi-même et tout ce qui nous entoure comme dans le bon vieux temps, au début de l'Éden.
 
Maintenant j'aimerais te poser une question à laquelle je te laisse libre de répondre selon ton désir. Comment les choses ont-elles ainsi dégénéré? Ma stupidité est-elle la seule cause? Ou nous sommes-nous fait avoir par des intrus qui nous ont manipulés? N'avons nous pas été créés parfaits? N'étions-nous pas parfaite harmonie au tout début? N'aurions-nous pas dû l'être pour l'éternité, tel que nous a faits notre Créateur? Tout cela me frustre, Lilith, car cette condition est indigne du potentiel que notre Créateur a placé en nous. Si tu voyais le souvenir que je garde de toi... Pure splendeur au féminin...
 
C'est toujours ainsi que je te verrai car c'est ainsi que tu m'as quitté. Mais je te comprends, j'ai été stupide... Je me suis fais avoir... Mais quand je me réveillerai pleinement je ne laisserai pas les choses continuer ainsi. Nous a-t-on manipulés, craignant que notre potentiel arrive à pleine maturité, ou ai-je simplement toujours été ignorant et stupide?
 
Charles  


Charles,

Il est assez logique de se demander si la volonté de dominer d'Adam est à l'origine de tout ce qui a suivi et de ce que l'humanité connaît aujourd'hui. D'une certaine façon c'est le cas. Pourtant il y a une autre question que l'on pourrait se poser: lorsque notre Créateur nous a conçus, savait-il que l'une de ses créatures voudrait prendre le pouvoir sur l'autre?

Je comprends que tu aspires à connaître la félicité de l'androgyne, pourtant tous tes doutes, toutes tes questions montrent qu'au fond de toi, tu perçois une incapacité de reconstituer cet androgyne, du fait de ta nature de fils d'Adam. La véritable épreuve est probablement là, Charles: ne pas chercher ce qu'était ta nature antérieure, celle d'avant la séparation, mais dépasser ta nature actuelle.

Constituer le nouvel androgyne...

LiLiTH



Charles,

Il fut un temps, alors que j'errais sur les bords de la Mer Rouge, où j'aurais voulu entendre ces mots dans la bouche d'Adam. Mais s'il les avait prononcés, est-ce que cela n'aurait pas été le discours de tous les hommes qui ont malmené leur compagne et tentent de la ramener au foyer? Je ne sais quel aurait été mon choix.

Depuis, tant de choses se sont produites...

Je ne me sens pas amputée d'une moitié de moi car j'ai rencontré un être qui a su qui j'étais et m'a aimée pour ce que j'étais.

Je ne puis non plus me fier à Celui-que-je-ne-nomme-pas et espérer qu'Il veille sur la créature que je suis. Je n'oublie pas Ses menaces, Sa malédiction et et la petite chose asservie qu'Il a modelée pour Adam.

Il a offert aux hommes la culpabilité; j'offre à ceux que je considère comme mes enfants la liberté d'être.

L'amour que tu cherches n'est pas celui des origines, l'homme que tu veux être n'est pas un fils d'Adam.

Tu veux renaître.

LiLiTH




Charles,
 
Tu as tant d'aspirations et tant d'entraves...
 
La première des libertés est celle de l'esprit, et je te vois si imprégné de croyances et de préjugés! Devenir un nouvel homme n'est pas reprendre une histoire qu'on croit connaître pour tenter de la recréer parfaite, sans les erreurs du passé. Il ne faut pas corriger, Charles, il faut réinventer!
 
La pomme n'était pas empoisonnée, elle était le fruit de la connaissance. Je ne l'ai pas mangée en effet, je me suis contentée de la tendre. Et si tu crains le serpent, fuis-moi!
 
Ton discours suinte l'envie de croire que Celui-que-je-ne-nomme-pas est bon, qu'Il est le seul juge impartial de cet univers, soucieux de Ses créatures. Regarde le monde, Charles...
 
Tant que l'homme pensera que sa vie est guidée par Lui, il ne se donnera pas la peine d'être un véritable humain, de cultiver cette connaissance qu'il reçut autrefois en Éden.
 
Tant que l'homme, noyé sous des siècles d'obscurantisme, croira qu'il est porteur d'un péché originel, il se verra comme une créature qui doit se racheter, se laver, au lieu de se considérer comme un être porteur d'une étincelle et qui doit attiser le feu pour devenir un homme vrai.
 
Le serpent, la pomme, rien ne t'a sali; c'est ce que l'on veut te faire croire pour t'asservir. Oublie cela et considère enfin la matière que tu es et ce que tu pourrais en tirer.
 
LiLiTH





L'homme a acquis la connaissance du bien et du mal! L'homme peut évoluer, apprendre, explorer, grandir! C'est cela que la pomme apporte.
 
Si l'homme était persuadé qu'il n'a pas la capacité de distinguer le bien du mal, il devrait s'en remettre à Celui-que-je-ne-nomme-pas pour décider en ses lieu et place et alors, Charles, vous connaîtriez une société arriérée, levant les yeux vers les cieux pour guetter des signes, incapable d'avancer.
 
L'Éden, c'était un bonheur de nourrisson: aucune décision à prendre, aucune connaissance à acquérir, aucune préoccupation, aucune passion, ni bonne ni mauvaise... Simplement le temps qui passe. Mais l'homme valait mieux que cela.
 
Alors l'homme a appris et certains ont eu comme tu le dis «la prétention de connaître les choses». Mais l'Humanité est une multitude et d'autres savent bien que le chemin est long et que ce qu'il savent leur montre l'étendue de ce qu'il ne savent pas encore.
 
L'homme peut grandir, s'il le veut.
 
Renais, Charles, mais la clé est en toi, pas dans des livres écrits par des hommes imparfaits, traduits par des hommes emplis de préjugés.
 
LiLiTH


************************Fin de page************************