Retour en page d'accueil de Dialogus

Brasse-Bouillon
écrit à
Lilith
Lilith


Brasse-Bouillon s'adresse à Lilith


   
Chère Lilith,

Si votre nom ne m'est pas inconnu, ce n'est certainement pas grâce à l'enseignement que nous prodiguent nos abbés, mais aux diverses lectures proscrites que j'ai eu l'occasion de lire en cachette… Ainsi, vous êtes la première femme d'Adam! Quelle surprise pour un jeune garçon catholique qui ne connaissait que la Genèse, Adam et Ève, la Pomme, le Serpent, le Paradis Terrestre… J'ai vraiment du mal à croire que nos congénères nous cachent un épisode crucial dans la création de l'Homme… et vous pouvez imaginer à quel point je suis troublé; les fondements de mon éducation sont désormais ébranlés… Je peine aujourd'hui à croire en mon avenir, me sachant lésé de la sorte…

Me permettrez-vous quelques questions personnelles? Le fantôme de ma mère hante sans cesse mon esprit, et je ne sais si un jour je connaîtrai le sentiment que l'on nomme Amour… Vous savez, ces confidences ne sont pas faciles à avouer, et je ne sais pourquoi je suis enclin à me mettre ainsi à nu devant vous… J'ai connu il y a quelque temps une jeune demoiselle qui porta, à mes côtés, l'étiquette de bonne amie, mais nous rompîmes très vite. Pourriez-vous me conseiller et me sortir de ce tunnel dont je ne distingue pas la sortie? Comment est ce sentiment que l'on nomme amour? Quels symptômes trahissent nos pensées dans ces moments bénis? L'amour prend-il forme avant ou après un baiser?

Sans doute trouverez-vous mes interrogations ridicules, mais j'ose espérer que vous aurez l'extrême bonté de me donner quelques clés… ou du moins que vous ne condamnerez pas mon ignorance.

Avec toute ma confiance,

Brasse-Bouillon

Brasse-Bouillon, mon petit guerrier,

Toi qui viens à moi, l'esprit agité de questions, je te propose de chercher des réponses en commençant par le commencement, pas le commencement de ton histoire, jeune homme, mais par le commencement de l'Histoire de l'Humanité.

Adam et moi avons été créés de la même glaise primordiale, principe masculin et principe féminin, égaux dans leur nature et dans l'amour de Celui-que-l'on-ne-nomme-pas. La solitude n'étant pas bonne pour les êtres vivants, il était naturel que l'Homme naisse double. Plus encore que ces deux créatures humaines s'accordent -s'emboîtent, dirais-je même.

Tout aurait pu être pour le mieux dans le meilleur des mondes si l'une de ces créatures n'avait décidé de soumettre l'autre, rompant l'équilibre de la dualité sereine qui existait jusqu'alors. La soif de pouvoir et de domination était née... la rébellion aussi.

Il se trouve que celui qui a voulu dominer, celui qui m'a contrainte à fuir l'Eden, était un homme. Devrais-je renoncer à éprouver quelque sentiment que ce soit pour les hommes? Si je faisais ce choix, mon petit guerrier, je ne te considérerais pas, toi qui t'es pourtant, comme moi, opposé à une créature qui voulait te dominer.

Le sexe n'est pour rien là dedans. Ne t'attache qu'à l'esprit; écarte les rejetons d'Adam -les mâles comme les femelles- et cherche tes semblables.

LiLiTH

Chère Lilith,

Vos paroles sont sages et je ne sais si je serai digne, tout mortel que je suis, de suivre vos préceptes. Ainsi, il ne faut s'attacher qu'à l'âme, et non au corps... Mais, Folcoche n'occupait que mon esprit, si ce n'est les quelques contacts violents que nous pûmes avoir... Comment pourrais-je donc éloigner de mes souvenirs tout le mal qu'elle me fit et aimer pleinement une jeune fille aimante, fragile et douce, sans voir apparaître dans mes pensées les plus profondes la tête de celle qui hante mes jours et mes nuits depuis des lustres?

J'imagine bien que votre temps est précieux, tout intemporelle que vous êtes, mais j'ai un besoin profond de me chercher et de me redécouvrir en jeune homme amoureux; et vos conseils sont des atouts formidables.

Bien à vous,

Brasse-Bouillon


Jean,

Chacun réagit à sa façon lorsqu'il a été victime d'un tortionnaire. Certains sont capables de faire abstraction, d'autres vont choisir de combattre le même genre d'individus, d'autres encore vont décider de témoigner, de faire connaître ce qu'ils ont vécu.

Tu n'arrives pas à faire abstraction; il te reste les deux autres voies: combattre d'autres marâtres, aider des enfants victimes ou bien raconter ton histoire, confier tes cauchemars au papier. Folcoche doit cesser d'être un fantasme qui te hante, pour n'être qu'un souvenir.

Alors peut-être pourras-tu aimer une jeune fille, pas forcément fragile d'ailleurs; ne cherche donc pas l'opposé de ta mère.

Tu aimeras, petit guerrier, lorsque tu sauras t'abandonner.

LiLiTH
************************Fin de page************************