Retour en page d'accueil de Dialogus

 Séraphiel
écrit à

Lilith

Ah, l'amour...


   

Bonjour Lilith!

Je suis venue me confier à toi, car en tant que première femme, tu as acquis l'expérience que nous, humaines, n'auront jamais. Je viens donc te demander conseil, ma très précieuse aînée.

J'aimerais savoir si tu as déjà éprouvé de l'amour envers qui que ce soit. Si oui, n'as-tu pas trouvé ce sentiment douloureux, destructeur? J'ai le triste sentiment que l'amour est vain -les hommes me désespèrent de plus en plus- à tel point que j'envisage presque de finir ma vie seule afin de ne plus jamais en souffrir. Plus personne ne tombe réellement amoureux, les sentiments les plus délicats sont bafoués et les personnes romantiques sont en voie d'extinction. On ne peut que l'accepter mais je trouve ça vraiment, vraiment triste.

Dis-moi, quelle est ta vie sentimentale aujourd'hui? Es-tu heureuse en amour?

Je suis certaines que seuls les êtres humains perdent de leur passion. Je ne veux plus faire partie de cette race...

J'espère sincèrement que mon message ne t'ennuiera pas, ma chère Lilith. J'attendrai patiemment ta réponse.

Pleins de bisous!

Bien à toi,

Seraphiel...


Seraphiel,


À chaque époque, les hommes ont, d'une façon ou d'une autre, rejeté l'amour, tout en lui consacrant leurs plus belles œuvres d'art. Autrefois, l'amour était le grain de sable dans l'engrenage, le sentiment déraisonnable qui fait oublier qu'un mariage est avant tout l'union des intérêts de deux familles.

Aujourd'hui, vous êtes une multitude à douter de son existence parce que vous ne le trouvez pas. Une multitude sans patience et souvent sans discernement. Car vous pleurez des amours perdues ou sans réciprocité là où il n'y avait qu'un engouement passager.

J'ai connu l'amour, j'ai connu la haine. Les deux ont remué mon âme délicieusement et douloureusement. Et jamais je ne renoncerai à courir sous le prétexte que j'ai trébuché.

LiLiTH

************************Fin de page************************