Vous êtes le monde
       

       
         
         

Daniel Vandooren

      Monsieur Krishnamurti,

Vous avez souvent répété cette phrase: «Vous êtes le monde et le monde est vous». Vous disiez également que si nous changions, le monde changerait. Pouvez-vous m'expliquer par quel procédé ce changement pourrait s'opérer?

Merci.

Daniel Vandooren

 

       

 

       

Jidhu Krishnamurti

      Il suffit d'observer le monde pour réaliser la profonde vérité de cette affirmation. Le monde est l'expression de ce que nous sommes. Il n'est pas l'expression de quelques-uns, terroristes ou bienfaiteurs de l'humanité. Il est l'expression, à tout instant, de ce que nous sommes tous. Nous pouvons constater cela au sein de notre petit monde personnel. La perception que nous avons de notre univers nous semble être la seule vérité, le seul regard possible. Ainsi, le monde est ce que nous sommes. Mais, plus encore, nous sommes les créateurs de cet univers personnel, et tous les univers personnels sont créateurs de l'univers collectif. On peut enfermer ou tuer les assassins, tant qu'ils sont présents en nous, nous en créerons de nouveau dans notre monde. Nous créons les situations intolérables que nous vivons, et nous pouvons tout autant les dissoudre en un instant.

Pour répondre plus précisément à votre question concernant le procédé, je dirais qu'il est nécessaire de prendre profondément conscience de cela, pour commencer. Sans la conscience de cela, nous ne pouvons espérer un changement parce que le mécanisme se perpétuera. Le changement ne peut provenir que d'une conscience aigüe et impartiale de notre statut de créateur du monde et, par conséquent, de notre responsabilité à l'égard du monde, trop vite éludée par ce doigt vengeur que nous pointons en direction de l'axe du mal, loin là-bas, hors de nous-mêmes, nous laissant dans le sentiment erroné d'être si propres quand d'autres sont si sales.

La conscience du lien naturel qui lie l'humain à son univers est la première étape du changement. Cette vision nous permet donc un regard plus adulte et à la fois serein sur la réalité du changement, car s'efforcer de changer le monde avant de porter un regard honnête sur soi est procéder à l'envers et nous voyons maintenant comment procéder de manière plus juste. Je vous invite à être très attentif à ce qui est dit ici afin d'en saisir véritablement la portée.

J. K.
         
         

Daniel Vandooren

      Bonjour,

Merci pour la réponse que vous m'avez donné lors de ma première interrogation, elle me satisfait entièrement. Qui donc répond avec autant d'à-propos?

Je me permets de vous poser une autre question, si vous me le permettez.

J Krishnamurti a dit que le changement ne prenait pas de temps, qu'il était immédiat. Pouvez-vous m'expliciter un peu ce fait? Merci d'avance.

Daniel Vandooren
         
         

Jidhu Krishnamurti

      Vous semblez douter de l'identité de l'auteur de la réponse tout en lui accordant un certain crédit. Vous avez là une opportunité de voir comment agit la pensée.

Le changement en question ne prend pas de temps, il est instantané, parce qu'il n'est pas un changement de forme mais un changement de fond. Il n'est pas question de travailler laborieusement et progressivement à changer la forme de notre vie, comme on referait la toiture de notre maison mais de porter un nouveau regard -instantané, sans construction ni artifice- sur ce qui existe déjà, sur la toiture telle qu'elle est. Nous nous libérons ainsi du besoin de changer la toiture et le changement se produit pourtant, instantanément par cette simple libération.

J.K.