André
écrit à

   


Jidhu Krishnamurti

     
   

Un dialogue

   

Bonjour,

Nous sommes en 2006 et le monde ne va pas mieux. C'est vrai qu'il est question de perception et je vois facilement que la pensée, notre pensée, ne nous mène nulle part.

Vivre dans le monde actuel devient difficile. Autour de moi, j'ai l'impression que personne ne veut être dérangé, les gens se rangent facilement derrière un militantisme à trois francs tel que faire une donation pour une oeuvre de bienfaisance. Je suis presque déçu de voir que personne ne veut rien faire et les gens vont toujours voter bêtement pour ces politiciens qui pensent à notre place. C'est presque un ennui de vivre dans cette société où tout le monde se plaint mais personne n'affronte réellement le vrai problème. C'est à dire celui que l'on se crée soi-même. Le problème du monde n'est en définitif qu'un problème de conscience, qu'un problème psychologique unique pour chacun.

Ce que je décris est peut-être mon problème en définitive, mais, quand je suis heureux, il suffit que je traîne un peu en société pour être dégoûté de l'espèce humaine assez rapidement. Sa façon de fuir dans une volonté sécuritaire, par le sport ou les plaisirs de tous genres pour s'oublier soi-même me perturbe quand même.

Tout cela me préoccupe.

Je ne sais pas trop pourquoi je vous dis tout ça, mais je vous le dis. Si vous êtes disponible pour un dialogue par rapport à ces quelques remarques (puisque l'on est sur Dialogus!) J’attends votre réponse.

Bien à vous,

André



Votre constat du monde tel qu'il se présente à nos yeux, monstrueusement brutal, est une observation lucide. Mais si vous êtes capable de faire la même observation en vous-mêmes, peut-être alors y a-t-il un espoir d'aller au-delà.

Il ne s'agit pas que d'un dialogue, d'un divertissement intellectuel, mais d'une approche sérieuse.

Peut-être aussi pensez-vous que vous êtes un tout petit grain de sable, que les autres doivent évoluer et que vous êtes impuissant.

Si vous pouvez concevoir qu'il s'agit d'un sujet sérieux et que l'attitude des autres n'a pas d'importance, alors nous pourrons avancer dans un dialogue utile.

Si je ressens profondément que le monde doit changer, je dois le faire pour moi-même. Vous ne pouvez demander cela à personne, il est nécessaire que ce soit une urgence vécue pour vous et à travers vous. L'exploration du monde commence en soi, mais elle demande du courage. En particulier, celui de voir les choses telles qu'elles sont. Si vous y êtes disposé, votre perturbation va trouver son sens.

J. Krishnamurti