yann.pennec+voila.fr
écrit à

   


Jidhu Krishnamurti

     
   

Rejet de l'autorité

   

Salut Jiddu!

Je me demandais comment tu pouvais à la fois, comme tu l'as répété dans tes causeries multiples, prôner un rejet total de toute forme d'autorité et, en même temps, créer des écoles en ton nom? Ces écoles me semblent être une forme d'autorité que tu rejettes.


Il faudrait donc fermer les écoles pour être cohérent avec mes propos sur l'autorité? L'enseignement serait une autorité dont nous devrions nous débarrasser?

Soyez attentif, je vous prie. Vous n'avez peut-être fait que saisir au passage un mot qui vous convient sans en pénétrer le sens.

L'autorité que j'évoque à l'occasion de conversations ouvertes avec des personnes comme vous n'a pas grand-chose à voir avec une structure comme une école ou un enseignement. L'autorité dont je parle est celle du passé, de l'expérience d'un autre, c'est l'autorité qui nous masque le flot de l'existence tel qu'il se présente à nous dans le présent.

Il n'est pas nécessaire de fermer des écoles pour cela, car le lieu importe peu. Il n'est pas nécessaire de refuser l'enseignement, ni même ce que je suis en train de vous dire, même si je vous invite à le vérifier par vous-même. Il est nécessaire de garder l'esprit frais et ouvert, à l'école ou ailleurs. C'est une découverte personnelle qui ne dépend pas de l'expérience d'un autre, c'est une aventure vivante, et l'école, lieu de l'enseignement, est un très bon endroit pour cette découverte, pour peu que nous permettions aux jeunes esprits d'entreprendre cette découverte de soi plutôt que de les alourdir avec les découvertes des autres. C'est ce que j'ai tenté d'instaurer dans ces écoles.

J. Krishnamurti