RSC SPRL
écrit à

   


Jidhu Krishnamurti

     
   

Réaction à «La solitude»

   

Cher Jiddu,

Vous écriviez dans «La Solitude»:

«La liberté est une solitude totale dans laquelle il ne se trouve pas d'élaboration cérébrale ou de désir d'agir à partir de ce dont les autres auraient besoin et que nous pourrions peut-être leur apporter. Il faut encore et encore mourir à ce passé, à ces constructions pesantes à partir desquelles le besoin d'être une autorité pour les autres se consume nécessairement.»

Si moi je dis que:

«La liberté est l'état dans lequel l'absence d'élaboration cérébrale et de désir d'agir témoignent d'une véritable émancipation et par là permettent une véritable spontanéité et efficacité d'aide et d'action», qu'en pensez-vous? La solitude n'est-elle pas, en tant que négation d'Autrui, tout aussi illusoire que le désir d'aider (qui avoue déjà son incapacité à aider Autrui, mais surtout nie chez Autrui la capacité à réussir!), ce qui ne veut pas dire que le soutien naturel et spontané envers autrui est inexistant, bien au contraire!

La solitude est un travestissement de l'émancipation
Le désir est un travestissement de la réalisation

Le non-dualisme doit nous apprendre que le non-deux n'est pas un non-plus. Soi et l'Autre n'y sont ni unifiés ni désunifiés. Ils n'y sont ni existants, ni inexistants.

Stéphane


Je tentais de souligner, en réponse à la question de cette personne, que le désir d'aider n'était pas une liberté.

Si vous reprenez ce que j'ai dit pour démontrer le contraire, il est possible que vous soyez à nouveau en train de défendre le désir d'aider.

L'aide, si elle est spontanée, ne se discute pas, ne s'approprie pas et ne se planifie pas. C'est la solitude profonde et digne de la liberté qui est à l'origine de la révolution de nos vieux cerveaux conditionnés. Les plans de carrière n'ont rien à voir avec cela. Le monde est rempli de personnes qui veulent «aider autrui» tout en présentant cela comme une «mission». Il est grand temps que l'on réalise que la révolution ne se produit pas dans ce sens.

J Krishnamurti.


Non, certes non, cher Jiddu, il ne s'agit pas de défendre le désir de sauver qui est vain, nous le savons, mais de faire valoir simplement que la «solitude» dont il s'agit n'est que celle de la véritable émancipation et ne doit pas se comprendre dans le sens habituel du mot solitude qui ne s'applique pas à l'existence non-dualiste.

Stéphane