Spectateur
écrit à

   


Jidhu Krishnamurti

     
   

Maîtres, enseignement, sexualité

    Cher Khrishnamurti,

C'est avec grand plaisir que je vous écris aujourd'hui. J'ai parfois regretté de ne pouvoir m'adresser directement à vous, et maintenant que j'ai la possiblité de converser avec vous, les idées me manquent.

Les expériences qui m'ont emmenées à vous, ont été le théâtre de beaucoup d'enseignements, de beaucoup de questions aussi. Ainsi, j'aurai aimé connaître votre opinion sur Osho, qui vous portait une grande admiration et vous considérait comme un authentique éveillé. Je ne vous ai jamais connu de propos à son endroit. Les écrits d'Osho m'apparaissent comme sublimes parfois, et sa vie a contrasté indéniablement avec votre vision. Je m'imagine votre opinion à son égard. N'était-ce qu'une illusion de plus pour l'esprit, par l'esprit?

J'adhère à ce principe de liberté que nécessite aucune adhérence, et c'est cette approche de la connaissance dans vos mots qui me touchent. Pourtant, je cherche, avec l'esprit, avec le coeur, et recherche le sentiment juste. La nébuleuse de ceux qui ont fait votre «découverte», et les courants de pensées innombrables qui ont suivit, comme les théories du Metraya, les mots d'Arnaud Desjardins, les professeurs sincères de l'Inde, crées espoir et confusion. Confusion des doctrines, de ce qui structure le mental et fait barrière. Espoir vers la fin de cette confusion, de véritables appels au retour à l'unité, à la fin des séparations. Je retouve ces messages dans des oeuvres aussi variées que Gibran ou les dernières productions hollywoodiennes. Que pensez-vous de ces courants de pensées? Ne sont-ils qu'entraves ou porteurs de liberté?

Enfin, ma dernière question pour aujourd'hui (et quelle joie de savoir cette tribune ouverte!) concernera la sexualité. Le désir de la sexualié m'apparaît comme le désir le plus tenace tant il s'ancre dans des racines physiques doublées d'un mental renforcé à sa réalisation. Quelles sont les ressources qui vous apparaissent tangibles pour la maîtrise de cette énergie? Le yoga tantrique constitue-t-il une solution? Vos écrits quant à l'énergie sexuelle font toujours référence à l'amour divin. Comment transformer cette énergie de manière pratique?

Merci pour vos réponses, vos actes, vos paroles.

Un lecteur



Mon opinion au sujet de Rajneesh est sans importance et c'est sans doute la raison pour laquelle vous n'avez rien trouvé d'écrit à ce sujet. Il est vrai, en effet, que son mode de vie et le camp qu'il a créé en Oregon sous sa domination ne m'encouragent pas à parler de lui.

Mais la vraie question aujourd'hui n'est pas de me demander de valider les paroles ou les actes de telle ou telle personne. Si vous devez vous faire une opinion réelle sur une question ou une autre, une opinion qui ne soit pas seulement une pensée conditionnée, vous devez observer par vous-même.

Vous m'interrogez sur les courants de pensée, monsieur. Un courant peut vous emporter, surtout s'il est fait de pensées. À nouveau, et il m'arrivé de me dire que ces paroles si souvent répétées ne sont pas comprises, je ne peux que vous inviter à faire l'exploration par vous-mêmes plutôt que vous désespérer devant des courants de pensées qui apportent la confusion dans votre esprit. Le message n'est pas dans le livre, même pas dans les paroles que je suis en train d'écrire pour vous à cet instant. Les mots ne peuvent que produire de la confusion s'ils ne sont pas l'expression directe de votre expérience.

Vous m'interrogez maintenant sur le sexe. Avez-vous pris le temps de pénétrer la question avant de me la retourner? Le sexe est un sujet important pour l'humanité parce qu'il est une de ces rares activités qui produisent un bref moment d'abandon. Mais vos tourments susbistent ensuite, comme vous l'avez sans doute remarqué, et le désir de reproduire cet instant où rien ne semblait plus exister se manifeste.

Pour comprendre plus profondément cette pulsion sexuelle il faut une intelligence nouvelle que l'éducation actuelle des jeunes gens ne fournit pas et le chaos est donc généré en conséquence.

Aujourd'hui, on cherche un compagnon ou une compagne comme une source stable de plaisir. C'est juste une habitude sans intelligence, et l'habitude est une désintégration. Si vous pouvez confronter cette habitude afin de la briser, vous découvrirez que la nature du problème est à l'envers de ce que l'on en fait. Il ne s'agit plus alors de répondre à la pulsion à tout prix (au prix de l'habitude, de la désintégration, du mensonge de l'amour, de l'égoïsme), de se vautrer dans l'habitude. Que vous tentiez de supprimer tout à fait le besoin, vous savez comme dans l'idéal du Brahmacharya, ou que vous vous vautriez dedans est la même chose. Il n'y a aucune intelligence en cela.

Quelle est la nature du problème? La voyez-vous? Il y a un moment de fusion, la fin de tous les conflits, un abandon au bout de cet acte alors que tout le reste de votre vie est vécue dans la division. Le conflit provient de ce besoin de devenir quelqu'un ou quelque chose, d'obtenir un statut, un prestige et cela se fait dans la lutte alors que dans le sexe vous pouvez vivre un moment de complet abandon.

D'un côté vous avez peur de n'être plus rien et de l'autre vous éprouvez la joie d'être sans conflit. L'amour est absent de votre vie quotidienne, vous êtes un prédateur, un dominateur ou au contraire une proie ou une victime. Vous aspirez cependant à la paix et le sexe semble être la seule porte qui y conduise. Mais vous retournez immanquablement à la guerre dans votre vie quotidienne.

Le problème du sexe est le problème du manque d'amour, là où il y a de l'amour, pas seulement dans un acte isolé de votre vie, il n'y a plus ce besoin douloureux et récurrent de compenser l'épuisement de la lutte quotidienne que vous menez. Si vous souhaitez résoudre le problème du sexe, il vous faut explorer votre coeur et votre esprit, accepter la transformation que cela implique en particulier dans le besoin de devenir quelqu'un selon certains standards alors que le sexe vous rappelle votre désir profond de déposer les armes.

J. Krishnamurti