L'origine de l'univers
       

       
         
         

Patrick

      Bonjour,

J'aimerais avoir votre avis sur mon idée concernant l'origine de l'univers:

Partant de cette première question: comment peut-on expliquer l'apparition de la première chose, devant être à l'origine de l'Univers, sans faire référence à autre chose, qui deviendrait à son tour la première chose, et qui ferait que l'on se reposât cette question.

N'ayant pas de réponse à cette question, j'en déduis quand même qu'il n'y eut rien avant qu'il y eut quelque chose, donc qu'il n'y eut également ni temps, ni espace.

Dès lors, qu'enfin la première chose fît son apparition, dans le rien, je suppose qu'une énergie illimitée fut induite par la présence de cette chose, dans ce rien, et que s'établit ainsi un champ de force, entre cette chose et le rien, qui «éclata» cette première chose.

À partir de ce moment, puisque la première chose se transforma, la notion de temps, ainsi que celle de l'espace firent leur apparition.

Je pense que l'Univers est sphérique, et qu'il se dilate, et que sa surface détermine sa frontière avec le rien, et qu'à l'intérieur, des champs de force s'exercent sur les choses, qui se transforment par «fusion» et ou «éclatement».

Je pense que la notion de temps est différente en fonction des champs de force, qui eux sont fonctions de la masse des choses, et des forces qui continuent à s'exercer, entre le rien, aux bords de l'univers, et ces choses elles-mêmes.

J'imagine qu'il existe des trous de rien, obtenus par le rapprochement ou fusion de matières, par attraction réciproques, situés dans des champs de forces «équilibrés», laissant en leur centre, rien. Est-ce que ces trous de rien pourraient être ce que l'on appelle des trous noirs?

Voilà, j'aimerais qui vous disiez ce qui ne va pas dans cette théorie, car je m'obstine à y croire, et que puisque personne ne me contredit, je persiste, alors qu'elle est peut-être simplement fausse, pour des
raisons physiques ou autres ?

Je vous remercie par avance.
Meilleures salutations.

Patrick H.

 

       
         

Jidhu Krishnamurti

      Cher monsieur,

Je ne suis probablement pas la personne à qui vous adresser pour évoquer les idées et les théories. D'où viennent ces pensées que vous assemblez avec habileté pour produire une théorie cohérente? Pensez-vous que l'univers attende de vous une définition de son origine, issue de la réflexion mentale? Il est possible que votre pensée corresponde à quelque chose de réel. Il est probable que non. Mais sauriez-vous me dire pourquoi vous cherchez à valider une pensée, une construction du cerveau et de ses mémoires, au sujet de l'univers? Avez-vous épuisé les questions qui vous concernent de plus près?

Vous m'interrogez sur l'origine de l'univers, vous êtes-vous interrogé sur l'origine de votre pensée à ce sujet? Comprenez que je ne réduis pas à néant la beauté de l'univers mais comment pouvez-vous parvenir à une conception de la nature de l'univers si vous n'avez pas même exploré la poussière que vous êtes en son sein?

Il arrive que nous fuyions la confrontation avec nous-mêmes et le monde que nous avons construit en voyageant dans l'espace ou en cherchant à des milliers d'année lumière certaines vérités qui se trouvent sous notre nez. Si nous commençons par-là, peut-être alors pourrons-nous avoir une conversation utile.

J. Krishnamurti.
         
         

Patrick

      Bonjour J. Krishnamurti,

Je vous remercie d'avoir répondu à ce message.

Puisque vous avez bien voulu me poser quelques questions, voici :

«D'où viennent ces pensées que vous assemblez avec habileté pour produire une théorie cohérente?»
J'ai eu le loisir de me poser des questions fondamentales, ces derniers mois. Ces questions concernaient le sens que je pouvais donner au comportement humain. Puis j'ai dû m'en poser d'autres, en général sur tout ce qui était vivant, puis sur tout ce qui était matière. Je me suis trouvé des explications, mais j'ai buté sur la dernière question, qui est celle de l'origine de la première chose qui...

«Pensez-vous que l'univers attende de vous une définition de son origine, issue de la réflexion mentale? Mais sauriez-vous me dire pourquoi vous cherchez à valider une pensée, une construction du cerveau et de ses mémoires, au sujet de l'univers? Vous m'interrogez sur l'origine de l'univers, vous êtes-vous interrogé sur l'origine de votre pensée à ce sujet?» Donner du sens à quelque chose, me semble-t-il, n'est réellement possible que lorsqu'on sait situer cette chose, dans "son univers", et qu'à défaut, ce sens manquerait d'objectivité, voir de bon sens, et que, de cet état semblant légitimement naturel, il risquerait de n'en n'avoir plus. Aussi, cette question me semble être de bon sens, pour celui qui aurait le bon sens de s'en soucier, afin d'expliquer le sens des choses, au cas ou il lui parût qu'elles n'en eussent plus.

«Avez-vous épuisé les questions qui vous concernent de plus près? Comprenez que je ne réduis pas à néant la beauté de l'univers mais comment pouvez-vous parvenir à une conception de la nature de l'univers si vous n'avez pas même exploré la poussière que vous êtes en son sein?» Le fait que les hommes s'unissent pour trouver des solutions concernant leur devenir, est le mécanisme de toute évolution, biologique ou autre, que l'on peut observer. Qu'étions-nous avant d'être des hommes, des micro-organismes, puis..., etc. Actuellement, on peut dire que les hommes sont à la civilisation ce que sont les cellules au corps d'un homme. L'homme a une durée de vie limitée, et tous les jours, des cellules de son corps meurent et naissent. Ainsi que tous les jours des hommes meurent et naissent, alors que la civilisation poursuit son existence... Alors disons que les questions qui concerneraient une cellule d'un corps, sont de même ordre que celle que l'on pourrait se poser pour le corps. Mais les questions seront toujours les mêmes quelque soit le niveau d'encapsulation de la chose sujette à question.

«Il arrive que nous fuyions la confrontation avec nous-mêmes et le monde que nous avons construit en voyageant dans l'espace ou en cherchant à des milliers d'années lumière certaines vérités qui se trouvent sous notre nez. Si nous commençons par-là, peut-être alors pourrons-nous avoir une conversation utile.» C'est une question de perspective, plus vous reculez, plus vous voyez loin, plus vous comprenez, et plus vous pouvez envisager, anticiper et vous adapter, voir survivre. Libre à chacun de fixer sa limite. Quand à la notion de vérité, toute subjective, qui confronte des appréciations, elle dépend de chacun et de son environnement, donc de la matière, ...., et constitue donc, comme d'autres, une non réponse, qui fait que nous ne quittons et ne coupons pas le cercle de l'ignorance, qui nous permettrait alors d'expliquer l'origine de...

Meilleures salutations

Patrick H.
         
         

Jidhu Krishnamurti

      Je tentais de vous faire observer que vous accordiez une valeur absolue aux explications que «vous vous êtes trouvé». Sans jugement a priori sur vos capacités personnelles, ma question portait donc sur la réalité de ce que vous avez «trouvé».

Le monde accorde une grande valeur à la réflexion mentale mais les secrets de la vie ne jaillissent pas de telles réflexions. Les explications dont vous parlez peuvent-elles être autre chose que de l'ignorance, étant issues de notre éducation très partielle et de nos conditionnements très étroits?

Pour répondre aux questions que vous vous posez, il faut une relation directe avec le sujet de votre question.

La pensée ne fournit pas ce raccourci.

Vous trouverez les dimensions de l'univers et son origine quand l'esprit sera silencieux. L'esprit voit avec clarté lorsqu'il est vide de toute mémoire. Le seul accès que vous ayez à l'univers est donc bien en vous mais il n'est pas mental. L'esprit peut se projeter de manière un peu imaginaire ou linéaire dans l'espace mais ses déductions ne répondront pas aux questions qui vous habitent. L'origine de l'univers est une réalité intemporelle qui se révèle quand l'esprit cesse de chercher des clés dans l'espace et le temps. D'innombrables spéculations sur la nature de l'univers ont précédé les vôtres, elles ne semblent pas vous avoir convaincu puisque vous en cherchez d'autres. Pourquoi cela? Parce que la pensée ne peut procurer la réponse à aucune question. L'insatisfaction des hommes tient dans le fait qu'ils sont frustrés de réponses tout en continuant à en chercher de nouvelles avec le seul outil qui ne sait produire que de nouvelles questions: la pensée, pensée d'un autre, ou pensée de notre vieux cerveau conditionné. Votre approche «scientifique» ne sera sans doute pas ébranlée par mes affirmations, c'est pourquoi je disais, en introduction à ma réponse, ne pas être pas la personne à qui vous vous adressez réellement.

Une réflexion véritable ne conduit pas aux spéculations de la pensée mais à une perception directe de la réalité.
         
         

Patrick

      Bonjour Jidhu Krishnamurti,

J'ai bien pris note de votre avis, et je vous en remercie.

Je reprendrai contact avec vous, une fois que j'aurai, si elles l'acceptent, obtenu celui d'autres personnalités, afin d'en tirer les meilleures conclusions.

Meilleures salutations.

Patrick H.
         
         

Gian Raim

      Bonsoir Patrick...

Un jour il m'est arrivé de me poser le même genre de questions que les tiennes... En fait cela fait 30 ans que je cours derrière ces réponses et ce soir encore je ne peux pas dire avoir localisé une Origine à ce nous sommes. Entends par là une origine à nous vivants ou plus globalement une origine à l'Univers.
C'est sûr quelque chose a dû se passer à un instant , quelque chose d'inimaginable qui a créé probablement en même temps l'Énergie, le Temps et la Distance.

Pour nous le rien n'est rien. Mais le rien est plein de choses... Seulement on ignore quelles sont ces choses: matière à faible rayonnement, antimatière, trous noirs ou tout simplement «volumes» occupés par d'autre formes d'Univers... Je suis content que d'autres gens que moi cherchent à savoir plus, content de voir qu'il y a encore des gens qui n'acceptent pas les réponses déjà faites sur les bouquins ou sur Internet. On ne peut pas fuir la confrontation avec nous mêmes comme disait Jidhu K. lorsqu'on fouille l'infiniment petit ou les systèmes macroscopiques.

Dites... en fin de compte... c'est quoi la vie? La mort... c'est quoi?

Et... la Vitesse?

Bonne soirée à tous...