Le mystère
       

       
         
         

Marie-Christine Koenig

      À la fin de votre vie terrestre vous avez dit que personne ne pourrait comprendre le processus qui s'était passé dans votre corps pendant les soixante-dix ans de votre enseignement. Vous parliez d'une superbe énergie, d'une immense intelligence qui avait utilisé votre corps. Vous en parliez parfois en disant l'autre, ou cela, ou cette chose comme si cette intelligence était autre que vous-même et venait de l'extérieur de vous-même. Vous disiez qu'on pouvait en sentir le frémissement dans la pièce.

Vous avez affirmé qu'on ne retrouverait pas un corps semblable ou cette suprême intelligence fonctionnant dans un corps, pendant de nombreux siècles et que lorsque le corps mourrait cela s'en irait, qu'aucune conscience de cette conscience, de cet état ne demeurerait après la mort de votre corps.

Krishnamurti était-il une singularité biologique qui a permis à cette suprême intelligence de se manifester?

Merci de votre réponse,

Marie Christine

 

       
         

Jidhu Krishnamurti

      Pensez-vous que j'aurais pu consacrer autant de temps à inviter autant de personnes à réaliser cette liberté si j'avais eu conscience d'être une «singularité». Si tel avait été le cas, je n'aurais fait que me présenter comme une autorité supérieure et incontestable, digne d'être vénérée, plutôt que comme cet ami qui tente d'observer avec vous la nature de cette réalité et son universalité.

Les choses que j'ai dites, celles que je dirai, ne sont et ne seront pas toujours employées avec le désir de connaître véritablement ce qu'elles désignent. Il y a une curiosité de l'auditeur et du lecteur qui n'est pas toujours orientée vers la liberté et qui nourrit encore la confusion. C'est une des formes de notre conditionnement et de la pauvreté de notre écoute.

L'invitation est simple, elle a été répétée et constitue le coeur de ce que je vous invite à observer. Il s'agit d'une vision directe de la vérité, sans l'ombre d'une influence, du passé, d'une autorité, d'un concept ou d'un dogme.

Ce qui est arrivé à Krishnamurti ou ce qu'il dira peut-être au moment de quitter ce corps n'est d'aucun intérêt pour vous dans ce contexte de la recherche rigoureuse de la vérité.

Pourquoi tant d'intérêt est-il consacré à ce que je suis, à ce qui a pu utiliser mon corps quand vous peinez encore tant aujourd'hui à vous connaître vous-même?

Si quelqu'un doit comprendre le processus qui s'est déroulé dans ce corps, il ne pourra le faire que par une perception directe et certainement pas par des spéculations intellectuelles. Si, à la fin de ma vie terrestre, comme vous dites, je devais avoir une déception, ce serait certainement celle de constater que certains ont investi plus d'attention à démontrer que j'étais un être exceptionnel plutôt que de découvrir avec courage et détermination ce qu'ils sont eux-mêmes.

J. Krishnamurti