Darling
écrit à

   


Jidhu Krishnamurti

     
   

Je me pose trop de questions

    Bonsoir,

Je vous écris sans réellement vous connaître. A vrai dire j'avais un sujet de philo à faire sur «qu'est-ce qu'être normal?»  J'ai trouvé mes réponses et cela m'a permis d'avancer dans mon sujet mais je ne vous écris pas pour vous raconter que je suis une lycéenne de 17 ans qui fait ses devoirs.

A vrai dire je ne sais pas pourquoi je vous écris, c'est que dans ma tête toutes mes idées, mes pensées à propos de la vie s'emmêlent, et lorsque j'ai un semblant d'occasion de me libérer d'un certain poids de déprime- que sais-je?- je ne trouve plus les mots pour m'exprimer, alors je me dis que je vais finir par devenir folle.

On ne cesse de me dire que j'analyse trop les choses jusque dans les petits détails et que cela va me rendre folle... J'ai l'impression d'être la seule à voir certaines choses, certains comportements à comprendre, mais que personne ne voit rien et je me sens seule, si seule que ça me déprime car je n'ai personne qui arrive à me comprendre et lorsque j'ai l'impression qu'on me comprend, je me trompe.

Je voudrais bien vous donner un exemple mais j'aurais trop peur qu'on me prenne pour une adolescente qui délire... si cela vous intéresse je vous donnerai des exemples.

Merci


Si vous voyez des choses que les autres ne voient pas, vous avez la possibilité d'être aveugle pour ressembler aux autres ou de continuer à regarder ce que vous voyez sans vous occuper du fait que les autres le comprennent ou non.

La solitude de ceux qui voient dans la masse de ceux qui ne veulent pas regarder est parfois grande. Mais elle n'est pas inintéressante. Les années à venir seront sans doute déterminantes pour vous.

J. Krishnamurti.