Lilian
écrit à

   


Jidhu Krishnamurti

     
   

Image de soi

   

Bonjour,

La question que je pose est simple mais il est vrai que cette réponse vient plus d'une peur que d'une volonté sincère.

Comment voir la réalité de ce que je suis (l'image que j'ai construite) pour savoir qui je suis vraiment?

C'est mon point nodal et cela fait des années en fait que je «tourne autour du pot».

J'ai le sentiment d'avoir le coeur étouffé. Je fais des efforts mais a priori pas les bons. Un ami m'a dit, pour m'aider, que je ne voulais pas égratigner l'image de soi. J'en conclus que je me protège et que je ne suis pas réellement le personnage que je veux faire voir.

Mes plus grands défauts sont la méchanceté, la domination, l'égoïsme et le sentiment que rien ne m'intéresse dans la vie (sorte de dépression.)

Je sais que c'est un passage dans la vie mais mon célibat depuis quatre ans me pèse. Ma situation sociale n'est pas encore fixe alors qu'auparavant tout semblait plus simple sans cette conscience des parties noires en moi. J'ai donc fait un constat mais la volonté de changer et le fait aussi de savoir par où commencer me sont en fait ambigus. Enfin, par les arts martiaux que je pratique, j'ai surtout compris que notre pire ennemi était en nous et que le combat n'était qu'un moyen de voir ses propres peurs. Je connais mes capacités d'endurances mais la joie de vivre n'est plus au rendez-vous.

J'ai pris le défaut d'intellectualiser beaucoup alors que mon passé de «danseur» amateur, ma première passion, donnait un sens à ma vie.

Merci de me donner un conseil. J'ai déjà lu vos livres (Se libérer du connu entre autres) mais je crois qu'il y a des livres qui ne sont pas à mon niveau d'accomplissement.

Enfin, une dernière question: est-ce que l'enfant que l'on a été est toujours présent en soi et comment grandir vraiment pour savoir qui on est?

Merci,

Lilian



Écoutez, madame, pour voir la réalité de ce que vous êtes, il faut regarder cette réalité. Telle qu'elle est. Les questions du célibat, du travail, des arts martiaux sont sur un autre plan. Elles ne sont pas la réalité de ce que vous êtes, même si elles en sont l'expression.

Si vous avez conscience que cet inconnu que vous êtes est la cause de votre souffrance, il est inutile de vous débattre avec les activités que vous entretenez pour continuer de vous cacher à vous-même.

Il n'y a pas de niveau d'accomplissement mais il y a certainement des degrés de courage. Si vous êtes attentive à ce que vous «êtes» sans vous disperser dans le «faire», vous commencerez à voir le jour. Et peut-être que ce que vous faites vous semblera en conséquence plus clair également. Mais c'est une exploration qui demande une attention complète.

J Krishnamurti