Globalité du regard
       

       
         
         

J Peix

      Bonjour,

À quelques rares moments j'éprouve l'unité entre ma personne et la réalité qui m'entoure; il me semble que cela est possible parce qu'il n'y a pas de but dans ces moments-là. Cependant je retrouve bien vite l'état de séparation entre moi et ma pensée, entre moi et mon désir, moi et l'autre, etc.

Face à ce fait, que faire ou ne pas faire pour sortir de ce dilemne?
         
         

Jidhu Krishnamurti

      Nous pouvons dire que ces moments d'unité sont possibles parce qu'il n'y pas de relation d'attraction ou de répulsion. C'est un phénomène subtil qu'il vous faut observer par vous-même.

Aussi longtemps que vous traitez ce que vous observez en fonction de ce qui vous plaît ou vous déplaît, vous créez une distance avec l'autre, avec vos pensées, avec la réalité qui vous entoure. Même ce désir d'unité que vous évoquez alimente involontairement l'attraction répulsion dans le sens où ce qui semble se rapprocher d'une expérience d'unité sera attirant et ce qui semblera s'en éloigner sera repoussant, tout cela à partir d'une mémoire ancienne qui ne sait pas voir le neuf en chaque moment. Vous créez des images que vous surimposez à ce que vous appelez la réalité. En fait, vous ne connaissez pas la réalité à ce moment-là. Et vous vous sentez attiré par les images que vous avez créées à partir de votre mémoire, ou vous ressentez une répulsion pour elles. Sur ces bases, votre méditation sur cette question importante risque d'être faussée.

Quand, par votre attention, vous aurez découvert que vous avez créé ces images que vous appelez «la réalité qui m'entoure», vous ne pourrez plus les repousser ni les adorer. Cette relation conflictuelle prendra fin et vous réaliserez que l'unité est présente et qu'il n'y a aucun effort pour qu'elle se révèle. L'unité n'est alors pas une image de plus, elle est la réalité même de la vie.

J. Krishnamurti