S.A.R Marie Antoinette Josèphe Jeanne de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche, princesse impériale, princesse royale de Bohème et de Hongrie
écrit à

   


Louis Antoine Saint-Just

     
   

Votre action pour la république

   

Bonjour cher citoyen,

Je pense à votre étonnement en lisant mon nom. Je descends de l'ancienne reine déchue dont je porte le nom. Cependant, je voudrais vous remercier pour ce que vous et Monsieur de Robespierre avez fait de la France de mon époque, belle, calme et respectueuse envers tout le monde, nobles, pauvres, filles, handicapés, étrangers... C'est avec joie que je peux vous dire que sans cela rien de serait possible pour que l'équité règne. Pour ce qui est de la reine mon arrière-arrière...tante, le sujet est clos depuis longtemps: qu'elle repose en paix. Savez-vous qu'à notre époque les femmes votent et que c'est une citoyenne qui dirige le gouvernement républicain? Qu'en pensez-vous? Je termine en finissant pour m'excuser si j'ai fait des fautes d'orthographe, car je peine à maîtriser la langue française.

Bien amicalement,

Citoyenne Marie Antoinette d'Autriche-Habsbourg



Le citoyen Robespierre vient de me toucher un mot sur vous, puisque vous l’avez également honoré de votre attention, paraît-il. Aussi, je m’empresse de vous répondre.

Je n’ai pas à me prononcer sur les coutumes de votre époque, car je ne saurais être juge des générations à venir. Si nos descendants trouvent que les femmes doivent voter ou prendre place au gouvernement, qu'il en soit ainsi, pourvu que ladite citoyenne «dirigeant le gouvernement républicain» soit à la hauteur de la tâche. Par contre, ce qui me fait immanquablement rire, c’est le mot «citoyenne» accolé à Marie-Antoinette d’Autriche.

Vive la République!

Saint-Just