Marlène Le Barbier
écrit à

   


Louis Antoine Saint-Just

     
   

Pour celui qui s'appelle comme mon papy

    A Vannes, le 30 novembre 2007

Mon très cher Louis Antoine Saint-Just,

Disons que je ne vous connais pas beaucoup et je voudrais en savoir plus à votre sujet. Je m'appelle Marlène, j'ai treize ans. Je suis du collège Notre-Dame le Ménimur, à Vannes, et je vous écris dans le cadre d'un projet scolaire en français. Je voudrais vous poser quelques questions:

1) Quelle est votre profession?
2) Où êtes-vous né et où habitez-vous en ce moment?
3) Avez-vous une famille?

Répondez-moi au plus vite!

Merci et à bientôt. J'ai hâte d'avoir vos réponses aux questions que je vous ai écrites,

Marlène

Chère Mademoiselle,

Je serai heureux d'apporter des réponses à vos questions, surtout qu'elles sont bien simples. Je suis né il y a 26 ans à Decize, département de la Nièvre. Au titre de la famille, j'ai ma mère, mes deux soeurs Louise et Victoire toutes les deux mariées, et des neveux. J'ai également des oncles et des cousins des côtés paternel et maternel, mais nous ne sommes point très proches.

Aujourd'hui, j'habite à Paris, je suis député à la Convention nationale représentant le département de l'Aisne, et également membre du Comité de salut public de ladite assemblée. Quant à ma profession, je n'en ai pas vraiment quoique j'aie été un certain temps clerc dans un office de notaire à Chauny, puis conseil dans la commune de Blérancourt où je vivais avant de venir à Paris.

J'espère avoir satisfait votre innocente curiosité, chère Mademoiselle, et je vais maintenant prendre congé de votre charmante compagnie. Restant votre dévoué serviteur,

 Louis Antoine Saint-Just