Citoyen Maurice
écrit à

   


Louis Antoine Saint-Just

     
   


Je ne te désavoue pas, je charche seulement à comprendre
 

    Citoyen et ami,

Je ne te demande pas de désavouer la justice révolutionnaire (qui suit son cours). Moi non plus, je ne désavoue pas. Je cherche seulement à comprendre. Quelle était la faute des carmélites de Compiègne guillotinées place de la Nation à Paris?

Je ne connais pas bien cette histoire. Peux-tu me dire ce qu'elles avaient fait de répréhensible? Avaient-elles comploté avec des ci-devants? Ou pire encore?

Je connais le descendant d'un membre de la famille de l'une d'elles. Il est médecin allergologue et il habite Gonesse en banlieue Parisienne. Il pense sincèrement que la République et la démocratie sont de bonnes choses, mais il déplore le côté abusif des exactions de la Révolution.

Il pense que ces femmes étaient innocentes, car l'idéal de leur religion est de venir en aide à tout être humain en détresse, quelles que soient leurs idées politiques, philosophiques ou religieuses.

Alors, peut-être avaient-elles caché des royalistes?

J'ajouterai que ce monsieur est catholique pratiquant, ce qui pourrait expliquer sa prise de position. Mais à vrai dire, qu'en est-il vraiment?

Je te remercie à l'avance de bien vouloir m'éclairer sur ce sujet.

Bien que hostile à la peine de mort, je demeure ton fidèle ami et ton admirateur le plus zélé.

S'il te plaît, réponds-moi à propos des carmélites de Compiègne.
 
Je te l'ai déjà demandé à deux reprises, mais rien ...

Je ne te demande pas de désavouer leur condamnation, je veux seulement savoir en quoi elles étaient coupables .

Salut et fraternité,

Citoyen Maurice

Citoyen Maurice,

Toi qui me comprends, tu dois savoir que je n’ai pas de regard sur les dossiers qu’instruit le Tribunal révolutionnaire. Si je le pouvais, je n’en aurais guère le loisir. D’emblée, je m’étonne que l'on parle des religieuses alors que les vœux monastiques sont supprimés. Je suppose que, comme bien des fanatiques, ces nonnes devaient être royalistes, attachées au roi et repoussant la République et la constitution.

En outre, pourquoi n’irais-tu pas consulter ce dossier puisque cette affaire t’intéresse tant? Vu que votre époque est bien éloignée dans le temps, je me permets de penser que ces informations ne sont pas considérées comme secrètes.

Salut et fraternité!

L. A. Saint-Just