Leila
écrit à

   


Louis Antoine Saint-Just

     
   

A votre noblesse d'âme

    Monsieur,

Je ne sais comment vous remercier pour l'honneur que vous m'avez fait! Vous resterez pour moi l'un des plus grands hommes que la Terre ait porté et partout où je serai, je réveillerai les mémoires endormies sur l'homme que vous étiez. Je vous suis reconnaissante de votre gentillesse vis-à-vis de ma petite déclaration.

Monsieur, mon coeur vous appartient.


Madame,

Honoré que je suis, je ne peux que rester muet devant votre déclaration, de crainte de vous offenser en répétant que mon coeur est déjà donné à une autre personne, et par dessus tout à la Révolution.

Je reste, Madame, votre humble et très obéissant serviteur et concitoyen,

Louis Antoine Saint-Just