Retour en page d'accueil de Dialogus

Morgane 
écrit à
Héphaïstion
Héphaïstion

Sujet

    Cher Héphaïstion,

Quand la plupart des gens de mon époque vous questionnent sur la relation entre Alexandre et vous, moi, je m'interroge sur votre vie et seulement la vôtre.

J'ai toujours aimé l'histoire et les grands personnages qui ont marqué nos siècles m'ont également toujours fascinée, c'est pourquoi je m'intéresse à vous puisque vous semblez être un grand homme de l'Antiquité.

À notre époque, on peut lire de nombreuses choses sur Alexandre, mais beaucoup moins à votre sujet, je dois dire que je n'ai en quelque sorte appris votre existence que depuis peu, mais j'aurais aimé que vous me racontiez votre histoire (si cela ne vous dérange pas, évidemment). La seule chose que je sais, c'est que vous avez été un grand général et le «bras droit» d'Alexandre le Grand, enfin je ne suis même pas tout à fait certaine de cela!

J'attends votre histoire avec impatiente.

Je vous transmets ma plus grande admiration,

Morgane


Morgane, mon amie, fidèle amie,

Je m’interroge à mon tour sur ta vie! J'ai répondu à tant de missives concernant la mienne, des questions souvent semblables sur mes habitudes, mon amour, la politique et la guerre, mais je suis moi aussi avide d'en apprendre plus sur votre vie, vos loisirs, vos guerres et vos amours.

Parle-moi de toi! Si tu savais comme j'ai hâte de te lire.

Hφαιστίων


Cher ami,

Ton retard est tout à fait pardonné. Moi-même ai eu de nombreuses choses à accomplir, et ma réponse n’aurait pas été des plus rapides.

J’espère pouvoir trouver la sérénité dans un avenir très proche, car figure-toi que je pense avoir trouvé la solution à mon dilemme. J’ai en effet la possibilité de pouvoir devenir professeur… de dessin! C’est une façon futile de mêler passion et sécurité d’avenir. Bien que je n’en ai pas encore discuté avec ma famille, ma décision est toute prise.
 
J’aimerais beaucoup te montrer ce que je suis capable de faire de mes mains, mais je ne sais comment je pourrais te transmettre cela… C’est assez ennuyeux.

Tu dis ne pas être capable de sculpter, mais je suis certaine que tu excelles dans bien d’autres domaines. Tu es par exemple un excellent guerrier; cette qualité n’est pas donnée à tout homme. Je suis intimement convaincue que chaque être porte en son sein un don et que celui-ci ne demande qu’à être révélé!

Ah, comme je suis soulagée que ton cœur ne soit pas vide d’amour! Et comme je me sens niaise d’avoir pu penser cela. Ma foi, je te souhaite tout le bonheur du monde. Il n’y a rien de meilleur en ce bas monde de se savoir aimé, chéri et de pouvoir compter sur la personne que l’on aime en toute circonstance.

Parlons un peu de la mère de Thomas. À vrai dire, je ne sais pas pourquoi elle est partie… Je suppose que mon côté dramatique a, une fois de plus, pris le dessus sur mon récit. Mais, si je m’y attarde un peu plus, je crois que cette femme manquait totalement de confiance en elle: si bien qu’elle a cru préférable de quitter les deux personnes qu’elle aimait plus que tout au monde, persuadée qu’elle ne leur apporterait rien de positif. C’est étrange comme raisonnement mais voilà à quoi pousse le manque de confiance en soi!
 
Je suis désolée mais je ne vais pouvoir t’en dire plus au sujet de notre jeune héros dans cette lettre. J’ai encore des milliers de choses à faire et je regrette de ne pouvoir t’en dire plus, mais c'est préférable car je ne ferais que bâcler le prochain chapitre en essayant de trouver rapidement une suite.

La vie de Nicolaos me passionne de plus en plus: il arrive à un moment de sa vie où l’on s’interroge sur tout et où l’on commence à découvrir le monde sous un autre angle. Je me demande ce qui va lui arriver.
 
Je m’excuse une nouvelle fois de ne pouvoir t’en dire plus sur la vie de Thomas dans cette lettre, mais je promets d’être plus loquace prochainement. Je t’envoie mes plus douces pensées et attends ta réponse avec toujours le même empressement.

Sincèrement tienne,

Morgane


************************Fin de page************************