Retour en page d'accueil de Dialogus

Philippe 
écrit à
Héphaïstion
Héphaïstion

Megalomanie

   

Salut Général,

Que de tralalas pour de si petits hommes, Napoléon (un autre dingue comme Alexandre qui viendra nous enquiquiner plus tard) disait que l'histoire est une série de mensonges sur lesquels les hommes se sont mis d'accord. Mais enfin quel est ce type que tu as suivi dans l'horreur des campagnes et conquêtes militaires? Des dingues comme lui l'histoire en est pleine... Ils sont souvent mégalos, petits, hâbleurs et très désagréables. Ils enquiquinent tout le monde, font souffrir les gens et tout çà pourquoi? Pour flatter leurs propres ego, leurs propres démesures. Ce sont des gens incapables de maîtriser leurs faiblesses, ils sont les esclaves de leurs ambitions, soif de pouvoir, et même plus bas... Incapables de maîtriser leurs instincts sexuels... Pauvre général, tu as même du te faire tripoter le zizi par ce fou furieux. Enfin que de malheurs! Pourquoi attaquer l'Empire perse, pourquoi en vouloir à ce pauvre Darius et plonger des milliers de gens dans la misère et la mort? Et ce pauvre Bétis torturé à mort parce qu'il vous résistait... Après tout c'était bien son droit de vous résister vous n'aviez rien à faire à... Gaza. Mais depuis lors, général, l'histoire continue... Il y a eu Jules César autre mégalo-maniaque qui a enquiquiné les Gaulois et tué ce pauvre Vercingétorix, on se demande bien pourquoi, il avait aussi son aide de camp, Marc-Antoine, mais il ne lui tripotait pas le zizi. Puis on a encore eu un autre malade... Napoléon, lui il a mis toute l'Europe à feu et à sang, jusqu'à ce que les Anglais lui cassent la figure à Waterloo en Gaule, chez les Belges... Napoléon a aussi eu son pote Murat mais il ne lui tripotait pas non plus le zizi, c'était un vrai mec à femmes. Puis on a eu un vrai dingue complet, Hitler... Quand il était fâché il mangeait le tapis, son copain à lui c'était Goebbels mais il ne lui tripotait rien non plus, d'ailleurs il ne tripotait rien du tout, un vrai dérangé. Mais grâce à Apollon les Terriens se sont organisés et maintenant quand un dingue nous enquiquine trop on appelle les Américains, alors avec eux c'est vite terminé. Sauf que maintenant les Américains en font un peu trop. À propos, ils viennent de flanquer une raclée à un... Perse. Bref, mon Général tout ça ne sert à pas grand chose, car à chaque fois que ces idiots ont voulu «faire l'histoire» ils ont toujours mal fini et de leurs prétendues conquêtes il ne reste pas grand chose hormis des milliers de malheureux et de morts. Bref ces «grands hommes» sont tous des petits péquenots qui auraient mieux fait de recevoir une bonne fessée de leur mère.


Cher Philippe, qui porte le nom du père de mon aimé,

J'ai eu beau relire tes écrits plusieurs fois, je n'en saisis pas toujours le sens.

Je souris en relisant ton récit sur Betis, me rappelant à quel point il était fier, mais tel le dresseur de chevaux de Troie il n'a pas ri bien longtemps. Mais je suis perdu lorsqu'il s'agit d'Américains, de Napoléon et de je ne sais plus qui encore.

Vraiment.

Dis-m'en plus!

Qu'ont-ils accompli de si horrible à tes yeux?

Alexandre me semble au-dessus d'eux. Nous avons le sens de l'honneur et de la gloire, eux s'ils font la guerre en oubliant pourquoi, alors ils me semblent bien démunis, au fond.

Ah! Que je suis avide de savoir maintenant.

Dis-moi tout, mon ami, dis-moi tout.

Hêphaistíôn Amyntaros, Chiliarque et Général d'Alexandre III de Macédoine



Salut mon Général,

Tiens, je ne pensais pas que tu répondrais... Bravo, je sais que tu as tout compris car en effet tous les maniaques que j'ai nommés sont déjà depuis un certain temps avec toi en enfer!Peut-être au paradis? En tout état de cause, je suis certain que Zeus vous a fait une «explication des peintures» à votre arrivée de l'autre côté du Styx! Peut-être crois-tu qu'Alexandre était différent des autres, permets-moi d'en douter, tout n'est qu'une question de moyens! Notre dernière guerre a fait plus de cinquante millions de morts, il est certain que la prochaine risque fort de détruire l'humanité.

Et pourtant l'homme est toujours le même, tous ont l'esprit d'Alexandre (qui lui s'identifiait à Achille), d'ailleurs, ils se prennent souvent comme modèle l'un l'autre, sauf peut-être pour le dénommé Hitler qui lui était tellement à la masse que personne n'oserait vraiment s'identifier à lui, bien que...

En tout cas Alexandre revient souvent dans les références de ces malades d'orgueil. Pourtant, à l'encontre des autres qui pour la plupart étaient ploucs et fils de ploucs, Alexandre était Prince de sang, éduqué par des précepteurs de premier choix comme Aristote, comment n'a t-il pas été plus éclairé, plus sage? De son empire il n'est rien resté, même ses propres hommes ne le suivaient plus... Mais... il était jeune, il était beau, il sentait bon le sable chaud... Alors tu lui pardonnes tout, tu es même prêt à le suivre jusqu'en enfer! mais sais-tu seulement ce que c'est l'enfer?

Pitoyable vie humaine, pitoyable Alexandre qui s'est pris pour un Dieu, pitoyable de toi qui se prend pour l'ami d'un Dieu. Plus tard, bien plus tard est venu un Homme, vrai Roi, vrai fils du vrai Dieu... Il a spontanément donné sa vie en échange de la nôtre, il est mort, sans gloire et sans honneur, crucifié pour le salut de l'humanité, celui-là est Amour et digne d'amour.

Bien Amicalement,

Philippe

(et je n'ai rien à voir avec ce débauché qui servait de père à ton copain).



Cet autre,

Qui est l'imbécile qui t'a dicté tant de mauvais mots? Bon sang, ta lettre est une ignominie, tu y dis n'importe quoi et sans aucune justification! Je t'avais demandé d'être clair; tu n'as fait qu'obscurcir ma vision de ton monde.

Je ne suis pas mort, si je puis te répondre, et celà -quelle que soit l'époque- me semble aller de soi. Alexandre est différent, je le suis, et tu l'es, de par tes bêtises, de par mon honneur, de par sa gloire. J'ai bien compris à quel point tu sembles haïr cet Hitler, sûrement alors que c'était un homme bien, vu le portrait que tu m'en fais, vu de la façon dont tu parles de Mon seigneur, vu de quel culot tu t'imprègnes pour me tenir ces propos. Il est jeune, beau, sent le sable chaud et la chair, mais que peux-tu comprendre à celà? Suivre le rêve d'autres pour donner un sens à sa propre destinée?

Pitoyable de toi qui t'avance dans l'ignorance de ma culture, pitoyable de ceux qui t'ont élevé à ce rang d'ignare, pitoyables tes dieux et seigneurs modestes si bons qu'ils diffèrent des nôtres, de Zeux Amon et pitoyable de vos guerres sans but et sans honneur. Tu ne sais rien de l'amour, alors. Peut-être. Et finalement, oui, tu n'es plus même digne de me saluer, ou de porter le nom de celui qui fût grand avant d'autres.

Qu'Hadès t'accueille dans les honneurs malgré tout.


Hephaistion, empli d'amour, d'honneur, de gloire et de sang.


Que de hargne! Le naturel revient au galop... Il n'y a pourtant aucune haine dans mes propos, un simple constat de l'enfer que des gens comme toi (et comme moi si je me laissais aller) peuvent créer pour les autres! Mais tu ne veux pas savoir. Tu me dis que j'ignore ta culture, mais ta culture n'est en rien différente de la mienne, vos philosophes avaient déjà établi toutes les vérités, car la vérité est une et immuable, c'est pourquoi je t'ai parlé d'Aristote. Mais tu préfères éviter le sujet. L'assassinat de Callisthène est éloquent! Belle réponse au dévouement et à l'enseignement du maître, et quel maître? Belle lignée: Platon, Aristote... et le chaos.
 
Voilà mon ami -car en tant qu'homme tu restes mon ami- la sagesse est connue, elle a été découverte et enseignée depuis la nuit des temps, mais les hommes la rejettent, c'est notre damnation.
 
"Héphaïstion, empli d'amour de gloire et de sang"! Beau programme pour nos enfants! Echec et mat l'enseignement des maîtres, la sagesse et l'espoir pour l'humanité.
 
Adieu général.
 
Philippe



Philippe le Fier,

Alors tu n'as vraiment rien compris.

Je te laisse à tes douces paroles, à ton dieu d'amour et à tes fantaisies.

Ne m'importune plus avec tes missives contraignantes et tes phrases cinglantes.

Hephaïstion

************************Fin de page************************