Retour en page d'accueil de Dialogus

Olivier Latteur
 
écrit à
Héphaïstion
Héphaïstion

Les généraux d'Alexandre

   

Héphaïstion, je te salue,

C'est un véritable plaisir que de te voir ici! Je profite de ta présence pour te demander ton avis sur les autres généraux d'Alexandre III de Macédoine.

Que penses-tu de Séleucos, de Ptolémée, d'Antigone Gonatas,de Cratère et de Lysimaque en tant qu'hommes et en tant que généraux? Les crois-tu capables, en cas de nécéssité, de succéder à Alexandre? Ont-ils son génie? Les penses-tu fidèles à Alexandre et à ses projets?

De même, quel est ton avis sur le vieux Parménion, fidèle serviteur de Philippe puis d'Alexandre? Et comment considérer son exécution commanditée par le roi lui-même? Etait-il absolument nécessaire d'en venir là?

Enfin, question plus anecdotique: je me demandais quelles sont tes impressions sur l'Inde (le pays étrange de Porus) et si, en tant que général avisé, tu penses que l'éléphant a un avenir dans les armées hellènes et qu'il peut jouer un rôle dans les batailles à venir.

Mes respects,

Olivier Latteur


Je te salue cher Olivier,

Je suis honoré que tu daignes m'écrire; dans l'absolu, beaucoup doivent passer devant moi dans cet éther ou l'on correspond sans même savoir qui je suis, finalement. Les blâme-t-on à propos?

Que me parles-tu de ces hommes! Humainement je n'ai jamais aimé Séleucos. Ce n'est pour moi qu'un fourbe satrape de plus, quelqu'un qui sait parfaitement s'octroyer le pouvoir et en faire abus. Il a violé et souillé plus que je n'ai bu de vin dans toute ma vie. Sans doute a-t-il alors forniqué avec ces chevaux qu'on lui demandait de mener. Ptolémée a grandi auprès de nous, je le connais bien et je lui fais confiance; c'est l'un des rares à penser à l'expansion bénéfique. Il est toujours tourné vers l'ouest. Toujours. Mais grand bien lui fasse. Antigone... Cratèros, oui tu connais bien mes généraux. Cela est une bonne chose de venir à moi avec toute cette ardeur. Le génie. Alors? Alexandre reste Alexandre. Moi-même bien plus haut placé hiérarchiquement que tous ceux que tu nommes, me trouve bien en deçà à présent! Et je n'arriverai jamais à égaler Alexandre. On me dit que son rêve a survécu mais je n'y crois pas. Personne d'autre n'a pu faire ce qu'il a fait. Parménion est mort! Mort! Pourquoi encore se complaindre de ces histoires? Lui, son fils, sa chienne d'épouse et leurs champs fertiles. Les écrits, les regards, et le sang, tout attestait de son dégoût et de sa félonie, je ne saurais tolérer le respect d'une telle mémoire. Olivier, ne te range pas à ses côtés, alors que je t'apprécie déjà. Peu de doutes sont permis, auccune demi-mesure ne saurait être autorisée. Il faut être entier, et mener des hommes, il ne s'agit pas de moissons ou de brassage de liqueur.

J'ai aimé l'Inde. J'ai aimé les animaux étranges qui y regorgeaient, j'ai aimé les étreintes de mon amour, sous les lourdes pluies mensuelles. Mon coeur est en Macédoine, mon cadavre déjà à Babylone je le crains.

Les éléphants sont forts et robustes, mais je ne pense pas que, climatiquement, ils puissent survivre dans nos steppes! De plus ils sont lourds, maladroits et encombrants. Les nourrir doit être un calvaire et les dresser, un autre encore. Nous n'y avons jamais vraiment pensé, je crois.

Mes respects.
Force et honneur.

Héphaïstion

************************Fin de page************************