Retour en page d'accueil de Dialogus

Gerard lison 
écrit à
Héphaïstion
Héphaïstion

Coût humain

    Votre Excellence,

C'est un honneur pour moi de pouvoir écrire au compagnon du plus grand conquérant de l'Antiquité.
Alexandre demeurera de par les siècles, le stratège de référence dont les tactiques seront étudiées dans toutes les académies militaires et auxquelles tous les conquérants se réfèreront et seront comparées dans les siècles des siècles, la plus célèbre de vos victoires restant celle de Gaugamèle contre les Perses.
La seule question qui m'inquiète est le coût humain de toutes ces batailles et conquêtes.
Autant le dire, il fut considérable; certes les pertes humaines furent toujours moindres du côté grec que du côté adverse mais comment les justifier aux yeux de l'Histoire?
De tous les conquérants, Alexandre fut pratiquement celui qui fit mourir le plus d'hommes sur les champs de bataille, et à quelques exceptions près, celui qui fit ravager et piller le plus de villes (surtout Persépolis).
Pourquoi donc un tel recours à la guerre plutôt qu'à -disons- des méthodes plus économiques sur le plan humain?
Comment Alexandre espère-t-il asseoir son pouvoir sur des peuples qu'il a tant fait souffrir?
Enfin une telle arrogance de la part d'un simple mortel ne risque-t-elle pas d'irriter les Dieux et d'attirer sur vous leur courroux?

Amicalement.
Gérard.



Noble Gérard,

C'est un honneur que de recevoir une telle missive.

Tu sembles intéressé et vif. J'aprécie cela, mais tu sembles également être incertain. Tes «pratiquement» et «exceptions» concernant les décisions de mon seigneur montrent un certain déséquilibre.

Certes, notre armée a longtemps subi les ravages de la barbarie adverse. Mais je parlais hier encore avec une Phalange de quarante-deux ans! Te rends-tu compte? Cet homme à combattu aux côtés de Phillipe. Les meilleurs sont là pour rester. Qu'importe le goût des âmes. L'honnêteté de leur mort et la volonté qu'ils suscitent sont louables.

Les dieux nous ont toujours aidés et protégés. Souviens-toi d'Achille, brave Gérard; ses mirmydons étaient moins nombreux que nous, mais alors, quelle était sa philosophie?

Et puis, souviens-toi de nous.

Héphaïstion.
************************Fin de page************************