Retour en page d'accueil de Dialogus

 Morgane
écrit à
Héphaïstion
Héphaïstion

Confidences

    Cher Hephaïstion,

Je me permets de t'écrire une nouvelle lettre; non pas que je sois impatiente -je me doute que tu as certainement beaucoup de choses à accomplir ailleurs (peut-être une guerre a-t-elle subitement éclaté, peut-être es-tu submergé sous tes obligations...).

Voilà que j'ai trouvé en ta personne un confident de confiance et de savoir, une personne de bon sens capable de m'écouter sans me juger. Je dois dire que cela est assez rassurant, c'est pourquoi je me permets une nouvelle fois de partager avec toi quelques fragments de ma vie. 

Dans quelques jours, je serai fortement prise par mes obligations. En effet, je vais une nouvelle fois me retrouver derrière les bancs de l'école afin d'enrichir mon savoir et de me préparer à mon futur métier. Bien que je me sois montrée certaine du choix que j'ai pris (à savoir devenir professeur de dessin), voilà que la peur et le doute se sont emparés de moi. Je suppose que c'est souvent le cas lorsque la date fatidique approche: on se met à douter de tout pour de futiles raisons. Pourtant, quoique ma mère se méfie tout à fait de l'option que j'ai choisie, une partie de moi se sent tout à fait rassurée par cet avenir qui sera bientôt présent. Je suis motivée, j'ai ici été maîtresse de ma vie et si j'échoue, il n'y a que moi que je pourrais tenir comme responsable. Mais tu dois savoir que sous cette carapace à l'apparence épaisse se cache un caractère fragile et un manque total d'estime pour ma personne, ce que j'ai déjà mentionné par le passé. J'aimerais parfois ressembler à ces statues de pierre ou de bronze qui paraissent si fortes et incassables; pourtant, je ne suis qu'une petite chose fragile, se brisant au moindre courant d'air. C'est du moins ainsi que je me vois. Enfin soit, je digresse. Je vais ici donner le meilleur de moi-même et essayer de trouver des points positifs dans tout ce que je vais entreprendre, même dans les tâches les plus déplaisantes. J'espère cependant pouvoir tenir les promesses que je crée en ce moment puisque, me connaissant assez bien, je sais que rares sont les promesses que j'aie pu tenir vis-à-vis de moi-même jusqu'à présent. Aussi, je me permets de te demander une faveur: tu es d'ores et déjà mon ami et confident; puis-je te demander d'être celui qui me ramènera toujours sur le bon chemin, celui de la persévérance et de l'optimisme? J'ai conscience que cela soit quelque peu délicat mais je te fais confiance: je sais que tu es la voix de la raison et que tu t'adonneras avec facilité à cette faveur que je te sollicite.

Et si je parlais maintenant d'un sujet un peu plus léger? Par exemple, je pourrais te donner des nouvelles de notre ami Thomas. Depuis la dernière fois, le jeune homme, qui est maintenant un père célibataire, se porte un peu mieux. On ne peut pas dire qu'il se soit vraiment remis de la disparition soudaine de sa femme. Vraiment, je ne crois pas qu'il pourra s'en remettre un jour, surtout que son fils, en grandissant, lui posera de plus en plus de questions et que cela le ramènera forcément toujours à ce douloureux chapitre de sa vie.

Son fils a maintenant sept mois. Il lui donne un peu moins de mal le soir, il commence à dormir plus profondément et ne pleure plus toutes les nuits, au grand soulagement de son père! Ainsi, il a réussi à dénicher une personne de qualité à qui il peut confier son enfant en journée. Étant donné qu'il vit seul, il est hors de question d'envisager d'arrêter de travailler, surtout qu'il est son propre patron et que ses congés ne lui sont pas payés. Son travail est une véritable échappatoire, c'est le seul moment où il ne pense véritablement plus à rien. Il a repris un second souffle, ses clichés ne sont plus tout à fait les mêmes qu'auparavant, ils dégagent tous une énergie différente et représentent un monde nouveau, bien que tout ce qu'il capture n'ait pas changé d'un pouce. C'est un mal pour un bien, comme on a l'usage de le dire. Pour ce qui est d'une éventuelle future rencontre, notre cher ami ne pense plus du tout à l'amour. Après l'énorme déception qu'il vient de vivre, je crois qu'on peut aisément le comprendre. Mais qui sait ce que l'avenir lui réserve?

Quelle inspiration m'a capturée aujourd'hui! Je me suis particulièrement appliquée dans cette missive et je dois peut-être cela à l'ouvrage que je lis actuellement. C'est un grand classique de la littérature, mais il n'est apparu qu'au XIXe siècle et tu n'as malheureusement pas eu la chance de le connaître! Je dois presque avouer que le style de cet auteur m'a envoûtée: j'aimerais tant pouvoir m'exprimer avec la même éloquence que les personnages de ce livre, moi qui suis toujours soumise à mes émotions et qui suis incapable de les contrôler! Je suis impulsive, je le sais, mais comment pourrais-je changer? Je sais que cela me perdra un jour (et, pour tout te dire, cela m'est déjà arrivé) mais je n'ai vraiment aucune idée sur la façon d'améliorer mon caractère… Laissons juste le temps faire son œuvre, je me calmerai bien un jour ou l'autre!

Enfin soit, je ne vais guère être plus longue, je crois en avoir déjà trop dit. Je te laisse ici, cher ami, j'attends patiemment tes nouvelles, espérant qu'elles seront positives.

Bien à toi,

ton amie Morgane



Ma Morgane, mon amie,


Encore un retard. Encore un retard pardonné? Si tu savais comme ma vie se bouscule ces temps-ci. Je regrette de ne pas être à tes côtés lorsque tu en a besoin. Je regrette de ne pouvoir te murmurer mes histoires de vive voix. Je regrette de n’être qu’un fragment du temps.

Je te remercie de prendre un soin si particulier aux missives que tu me fais parvenir. J’ai presque l’impression de sentir ton odeur contre les pages. L’écriture est tremblante. Comme la mienne. Il fait nuit noire alors que je t’écrit. Il y a un calice de vin, une bougie et un amour endormi non loin. Le sommeil ne veut pas de moi, dirait-on. Alors que je l’implore de me prendre, il me rappelle que je me dois de te répondre. Et c’est avec plaisir que je m’attèle à ma douce besogne.

Tu parles de tes hésitations, de ton manque de sérénité et je pense franchement que ton idée d'enseigner le dessin est un excellent choix. Tu pourras allier les contraintes imposées par ta famille, apaiser leurs craintes et vivre de ta passion. Mieux encore, tu pourras la partager! C’est vraiment une bonne idée. Je suis fier de ce choix que tu t’imposes.

Comment s’est passé ton retour à l’école? Tu semblais craintive. J’espère que ton professeur est sage et déterminé à vous enrichir. A-t-il beaucoup d’élèves autres que toi? Comment se passe l’école chez toi?

Je suis sûr que tu es capable de grandes choses, et je suis déjà ton ami, ma belle artiste, ton ami et ton confident ainsi que tu le dis. Et cette attribution a autant de valeur qu’un grade militaire! Amie! Et comme tu me le demandes, en invoquant toutes ces belles intentions, je me devrais d'être celui qui te ramènera toujours sur le bon chemin, celui de la persévérance et de l'optimisme.

La vie de Thomas est aussi bouleversée que la mienne! En d’autres circonstances, bien sûr, mais le doute l’assaille, comme il t’assaille aussi, je le sais. Je prie pour que ton histoire continue, pour que notre fier Thomas devienne vaillant et fort, pour son enfant, ainsi que pour lui-même. Thomas et Nicolaos auraient fait de bons camarades.

Laisse-moi te parler de notre ami. Nicolaos a donc neuf ans. Il a fait la rencontre de Thanatos il y a quelques semaines. C’est un garçon sombre et peu apprécié des habitants, particulièrement à cause de son nom. Ils voient en lui un symbole du malheur, l’annonce d’un courroux des dieux. La venue d’un jumeau infernal sur le monde. Mais Nicolaos ne croit en rien, si ce n’est en la vie et en la mort. Aucun dieu n’envoie habituellement un garçon aussi beau pour prévenir la fin de toute chose. Quand Nicolaos est avec Thanatos, il lui parle avec ses yeux. Avec ses doigts qui tiennent les siens lorsque l’aîné, passablement plus grand et fort mais plus sensible aussi, pleure d’être la risée de la Grèce et du monde connu. Nicolaos cille et lui sourit. La passion bout en son sein depuis déjà plusieurs mois et il est persuadé que les premiers mots qu’il prononcera seront pour lui. Thanatos n’a pas d’autre ami. Il n’a pas de famille et vit dans un pavillon d’entraînement, dans la remise des petits cimeterres de bois, à la discrétion d’un professeur tolérant et d’un maître d’armes généreux.

Un soir, alors qu’Hypnos rejetait celui qui porte le nom de son propre frère, il y eut un bruit dans la cour d’entraînement; des petits pas légers fendaient le sable, jusqu’au remises. Thanatos eut peur. Il s’était emparé d’une épée de bois pour surprendre l'intrus et, lorsque sa vue lui montra Nicolaos, il posa son arme et se jeta dans ses bras, le serrant de toutes ses forces, le corps tremblant de peur. Le cadet prit alors sa main et déposa un baiser tout contre. Comme pour le consoler. Le rassurer. Toujours sans mot, toujours sans lâcher sa main, il le conduisit chez lui. Où ses parents accueillirent le mal-nommé avec sympathie, mie chaude et soupe fraiche.

Dois-je continuer? J’attends très vite un retour de ta part, ma belle amie! Crois bien que tes mots sages et tes bonnes nouvelles m’emplissent de joie à leur lecture et que j’aimerais te répondre avec une célérité conséquente. Je te fais la promesse de m’y atteler.

Tien,

Hephaestion


Cher ami,

Je ne sais par où commencer cette lettre. Peut-être devrais-je d’abord te donner mon ressenti par rapport à l’histoire de Nicolaos? Ce nouveau passage de sa vie m’a beaucoup plu; je commence à percevoir les premiers émois amoureux ainsi que la passion qui envahissent progressivement notre jeune ami et cela me rend curieuse. Je me demande si Thanatos ressent les mêmes sentiments pour Nicolaos. Mais tout laisse présager que cela est réciproque et j’espère donc que c’est une belle histoire d’amour sans nuages sombres qui va bientôt éclore. Comme je suis impatiente de savoir ce qui va se passer maintenant!

Pour ce qui est de ton retard, je ne t’en tiens pas pour responsable. Je sais que ta vie est très mouvementée et puis cela me permet de devenir plus patiente et de savourer pleinement les réponses que tu m’envoies.

Je comprends tes regrets: j’aimerais moi aussi être plus qu’une âme du futur pour toi, afin d’être une aussi bonne amie que tu l’es pour moi. Saches que tes mots résonnent dans ma tête, pareils au doux murmure de ta voix, que j’imagine rauque et profonde. Ah, puissance de l’imagination qui nous permet de voir ou entendre même l’impossible!
 
Je suis heureuse d’apprendre que mon choix te rende fier et j’espère ne pas te décevoir. Je ferai de mon mieux pour que ce ne soit pas le cas, évidemment. Je sais que je suis capable de beaucoup de choses mais si tu me soutiens, si tu es à mes côtés, je suis persuadée que je ne baisserai jamais les bras.

Comme cela me fait plaisir que tu t’intéresses à ma rentrée scolaire! Il est vrai que j’avais quelques craintes, car l’an passée j’avais avec moi une amie que je connaissais. Cependant, elle n’est plus là et j’avais très peur de me retrouver seule! Ce qui ne fut pas le cas puisque, dans ma classe, je connais déjà deux personnes. Je me suis encore fait peur pour rien, surtout qu’il est toujours agréable de faire de nouvelles rencontres. Pour le moment, je ne puis rien te dire de très particulier concernant les cours puisque nous n’avons rien entamé. Les professeurs que j’ai vus ont l’air agréables et sympathiques, c’est déjà une note très positive. Ce qui me fait aussi plaisir c’est que nous ne sommes pas très nombreux: seulement quinze élèves. J’ai déjà tissé quelques liens et j’ai le sentiment que nous allons tous bien nous entendre. Je crois que j’aurai plus de choses à te dire lors de ma prochaine lettre car je pars mardi découvrir des sculptures en extérieur, voyage organisé pour notre première sortie dans le cadre de notre formation.

C’est à moi maintenant de te raconter la suite des aventures de notre camarade Thomas. Sa vie a pris une tournure quelque peu inattendue. Comme tu le sais, il s’était promis de mettre sa vie amoureuse entre parenthèses puisqu’il a beaucoup souffert après sa rupture inattendue, mais son travail le mène souvent à rencontrer de nouvelles personnes, parfois par hasard, parfois parce qu’on le sollicite. Il est vrai que son travail commence peu à peu à être reconnu pour son plus grand bonheur. Et donc, alors qu’il était en train de photographier dans son endroit favori, à savoir le parc qui se trouve près de chez lui, il fut complètement fasciné par une jeune fille qui se trouvait assise sur un banc, complètement absorbée par son livre. Discrètement, il se mit à la photographier, constatant avec joie qu’il avait là des clichés de qualité et un modèle tout à fait charmant. Timide par nature, il n’osa pas s’approcher de la jeune fille et se contenta de rester à sa place, la fixant comme s’il s’agissait d’un songe merveilleux. Par chance, la demoiselle ne le vit pas ainsi: qu’aurait-elle pensé en voyant cet homme la regarder avec insistance?

 C’est tout pour le moment! Cette suite aura-t-elle satisfait ta curiosité, c’est ce que j’espère, cher ami bienveillant. Je t’envoie mes plus douces pensées et m’excuse pour cette lettre bien moins passionnée que la précédente, mais aujourd’hui, mon humeur est égale au temps: grise et maussade.

Ta chère «artiste».



Ma belle Morgane,

Tu sais comme mon esprit est embué, ma santé vacille. J'aimerais te répondre plus rapidement, plus souvent, mais la réalité de mes maux m’enchaîne au lit avec souffrance. Je ne suis jamais bien loin de toi, j'espère que tu le sens. Est ce que l'école se déroule sous de bons augures? T'es-tu fait des amis? Je te promets une lettre plus longue, ma douce, dès que je le pourrai.

Je t'embrasse,

Hephaistion



Mon Cher Hephaïstion,
 
Tes mots qui me sont parvenus m'ont fort inquiétée. Je prie pour toi chaque soir afin que tu puisses retrouver toute la force et le courage nécessaires pour affronter ce mal qui te cloue sur ta couche. Si tu savais comme j'aimerais pouvoir être à tes côtés dans ces moments difficiles, pour pouvoir tenir ta main, te raconter les histoires que tu souhaites entendre et qui te permettraient d'échapper, ne serait-ce que l'espace de quelques instants, à tes maux! Je sais que tu es à mes côtés et j'espère que, toi aussi, tu sens ma présence, aussi légère soit-elle.

En ce qui concerne l'école, tout se passe à merveille. Nous ne sommes pas très nombreux et, de ce fait, j'ai pu nouer des liens avec plus ou moins tout le monde.

Cette année, je sens que j'évolue positivement, que je deviens beaucoup plus ouverte et moins timide. C'est une chose dont je suis assez fière car je ne pensais pas pouvoir un jour combattre ce manque de confiance en moi. Il semblerait que je sois dans mon monde, que j'aie totalement conscience de ce dont je suis capable et que cela me rende plus confiante.

Rétablis-toi vite, mon cher et tendre ami. J'ai besoin de toi à mes côtés car tu es devenu mon guide et je ne peux désormais plus me passer de toi.

Mille baisers,

Ton amie Morgane



Ma Morgane,

Merci mille fois de rester fidèle à notre correspondance, elle me fait tant de bien. Cela ne me ressemble pas d'être négligent ou distrait mais en plus d'être occupé, il y a effectivement ce mal qui me compresse la poitrine et m’assomme de temps à autre.

J'aimerais que tu sois auprès de moi, que tu tiennes ma main. Nous pourrions boire dans la même cruche, manger le même raisin mielleux, le même pain. Loin de moi la volonté de t’inquiéter inutilement. Je prie également pour toi, pour que les tensions avec ta famille s'apaisent et pour que ton école comble ta soif de connaissances. Je me remémore tes histoires, je les récite et cela me réconforte.

Prends bien soin de toi, ma douce, et prends soin de notre Thomas.

Qu'Hermès se hâte de te porter ma missive!

Hephaïstion



Mon vaillant ami,

Comme je suis heureuse d’avoir eu si rapidement des nouvelles de toi et positives, qui plus est! Sache que je ne mettrai pour rien au monde terme à cette correspondance qui me tient tant à cœur et qui m’est si agréable.

Manger le même pain, goûter les mêmes fruits tout en discutant de tout et de rien, voilà une belle scène qui semblerait venir tout droit d’un rêve, mais cette amitié qui nous lie n’est-elle pas elle-même un songe?

Moi, une artiste? Qui sait, l’avenir nous le dira! Mais ce compliment m’a, je l’avoue, remplie de fierté et de joie. Tu dis que tu aimerais avoir ce genre de talent. Quant à moi, j’aimerais être un vaillant guerrier comme tu l’es: voici ce que j’appelle un don qui n’est pas donné à tout homme.

Cela fait un bon moment que je ne t’ai pas donné des nouvelles de Thomas. Je sais que cette histoire te plaît alors je vais maintenant te raconter les nouvelles péripéties vécues par notre cher ami car il s’est passé quelques évènements depuis la dernière fois.

Tu dois certainement te souvenir de cette jeune fille qu’il avait rencontrée au parc et prise en photo. Tu dois aussi te rappeler que sa timidité l’avait empêché d’aborder cette inconnue. En vérité, peut-être n’était-il pas tout à fait prêt à franchir le pas, son cœur encore meurtri ne le rendant pas encore capable d’accorder sa confiance au premier venu.

Inconsciemment, il passait de plus en plus de temps au parc. Lui qui d’habitude n’aimait pas se frotter au quotidien s’était pris dans une routine qu’il commençait, sans vraiment savoir pourquoi, à apprécier. Mais n’oublions pas son petit garçon: lui aussi grandit et s'attache de plus en plus à son papa, lui demandant plus de son temps. De fait, il l'emmène volontiers avec lui travailler lorsque cela lui est possible. Et donc Thomas passait quasiment tout son temps dans ce parc, à photographier les paysages qui changeaient au fil des jours et les premiers signes qui annonçaient que l'automne approchait à grands pas. C'était un émerveillement de voir les feuilles changer de couleur et la lumière devenir plus douce. Évidemment, il ne pouvait s'empêcher de chercher, jour après jour, cette demoiselle si charmante qui avait, avoua-t-il, jeté un sort sur son cœur. Il la trouvait la plupart du temps assise sur un banc, écoutant de la musique, lisant un livre ou simplement observant la vie qui s'agitait dans ce lieu. Il la photographiait encore de temps à autre mais se faisait le plus discret possible. Enfin, c'était sans compter sur l'énergie débordante et la malice de son garçon qui remarqua vite que l'attention de son papa n'était pas uniquement portée sur sa petite personne. Il se demandait qui pouvait être cette intrigante qui lui volait l'attention de son papa adoré et, un beau jour, alors que Thomas était plongé dans son travail, son fils se précipita sur la belle inconnue, lui sourit et lui dit qu'il avait envie de jouer avec elle parce que son papa n'arrêtait pas de la regarder et que, s'il était avec elle, alors il le regarderait aussi. D'abord, l'inconnue ne comprit pas le flot de mots que cet enfant lui avait adressait, puis elle vit notre photographe et se souvint l'avoir déjà aperçu à cet endroit à plusieurs reprises. Lorsque notre cher ami se rendit compte de la disparition de son enfant, il fut d'abord pris de panique, puis paniqua totalement lorsqu'il vit son coup de cœur approcher, tout sourire, accompagnée de son petit garçon.

Voilà mon cher ami, je crois que je vais m'arrêter là.


Je t'envoie mille baisers et pense fort à toi,

Ta Morgane.



Tout se trouble, Morgane: tes missives brûlent, la cire est en train de fondre sous mes doigts... Ne m'oublie pas. La fumée. Le vin. Les cendres. Phobos.


Hep..haïs...tion



Mon Cher Héphaïstion,
 
Que se passe-t-il? Quels sont ces troubles qui t'assaillent? Je suis inquiète de ne plus avoir de tes nouvelles, bien que je te sache fortement occupé! Ta santé se serait-elle soudainement dégradée? Envoie-moi de tes nouvelles, je voudrais que tu partages avec moi ce qui ne va pas! Je pense à toi tous les jours et attends de tes nouvelles!


************************Fin de page************************