Retour en page d'accueil de Dialogus

Suzanne Poirier 
écrit à
Héphaïstion
Héphaïstion

Cartographie

    Salut à toi, général,

Je n'aurai qu'une question en deux parties:

- Utilisez-vous des manuscrits représentant les lieux où l'armée se dirige ou peut-être qu'en tant que conquérant, vous ou Alexandre lui-même en avez fait les tracés pour la postérité?

- Quelle était la ou les stratégie(s) d'attaque «préférées» ou «inventées» par vous en tant que général ou par Alexandre?

Force et courage!

Suzanne Poirier
Sergent Major 2ème classe
Canada


Je te salue Suzanne,

Tes questions sont très pertinentes et je te remercie par avance de les avoir posées.

Nous utilisons effectivement des cartes, des manuscrits. Certains scribes en ont fait d'excellentes sur les rapports d'anciens ou d'éclaireurs, que nous envoyons régulièrement. Darius possédait une grande bibliothèque, qui regorgeait de cartes et d'itinéraires parcourus par exemple par Héraclès en personne! Tout cela est très utile, même si c'est d'une précision moindre. Nous nous repérons aux montagnes et aux cités ainsi qu'aux étendues d'eau.

Nos stratégies sont variées mais les deux principales sont respectivement nommées Stratégie du marteau et de l'enclume et Stratégie de l'échelon. Les deux incluent deux bataillons dont les phalanges sont constituées de deux corps: Cavalerie d'un côté et infanterie de l'autre. Cette technique n'est possible que lorsque les deux armées sont de force et de nombre égaux.

Le Marteau est représenté par la cavalerie qui va «assommer» et rassembler les forces ennemies dans un espace fermé. L'Enclume est représentée par l'infanterie et intervient dans un deuxième temps. Une fois encerclée, l'armée ennemie est prise au piège. Et généralement, il règne une certaine confusion au sein de cette dernière car les unités sont mélangées et donc mal coordonnées. Attaquées par derrière, les troupes ennemies sont surprises par la rapidité et par la technique; l'infanterie de notre armée avance pour ouvrir le deuxième front. Les armées ennemies sont dépassées par les évènements: ils se dé-coordonnent, facilitant ainsi notre victoire. Sachant que l'armée de Darius nous était quatre fois supérieure en nombre,
nous n'avons pu utiliser cette stratégie, une longue réflexion nous révéla quelles tactiques adopter, et nous avons vaincu encore et encore avec cette stratégie.


Afin de ne pas se faire encercler, nous avons décidé de disposer les troupes en échelon. Personne n'y croyait et pourtant... Il faut dire que cela n'avait jamais été fait auparavant! Mais Alexandre est visionnaire. Alexandre et moi-même avons pris la tête de la cavalerie droite, tandis que le roi des Perses est resté à l'arrière de ses troupes. Afin d'occuper le maximum de terrain, nous avons décidé de partir loin sur son flan droit. En y allant à cheval mais uniquement au trot, car nous disposions d'une petite armée de frondeurs disposée à l'arrière. Le but étant de masquer leur présence à la vue de l'armée de Darius, notre infanterie et la cavalerie ayant pour mission de maintenir le plus longtemps possible leur position. La manoeuvre
avait pour but d'occuper le plus de terrain possible, puis de créer une brèche dans l'armée adverse, de revenir sur nos pas, de découvrir donc nos frondeurs et archers pour s'engouffrer dans ladite brèche. Dans ce cas notre flanc de cavalerie gauche était notre grande faille!


J'espère avoir été clair sur mes explications!

De votre côté, quelles sont vos stratégies actuelles? Dans quelle armée combats-tu? Je suis un peu trop curieux peut-être... Pardonne le retard épistolaire d'un mourant.
Force, honneur et courage.

Héphaïstion
************************Fin de page************************